Accueil > Chênes sacrés > Le gros chêne de la Chevasse, Saint-Sulpice-le-Verdon (Vendée)

Le gros chêne de la Chevasse, Saint-Sulpice-le-Verdon (Vendée)

En Vendée, le village de Saint-Sulpice-en-Verdon abriterait un chêne-chapelle millénaire…

Un arbre qui hante les listes de vieux arbres depuis fort longtemps, mais dont il est bien difficile de trouver des photos récentes et/ou des précisions sur son histoire. Tout juste évoqué dans le livre de Robert Bourdu « Arbre souverains », puis dans son autre ouvrage « Arbres de mémoire » où une petite photo de Georges Feterman nous le présentait [1].

Lors d’un déplacement en Vendée, Yanick a décidé de faire un détour pour rencontrer ce colosse légendaire. Et, triste nouvelle : l’arbre est mort depuis plusieurs années.

« Le chêne de Saint-Sulpice-le-Verdon est mort depuis plusieurs années comme tu le découvriras sur les photos. Ceci explique sûrement le peu d’information que l’on en trouve. »

« Malgré tout cet arbre dans son état actuel reste très impressionnant. J’ai pu en mesurer un 1/2 périmètre à 1,30m de 5m arrondi (avec l’imprécision que cela peu représenter). »

Merci pour le reportage Yanick, bien content de découvrir enfin ce chêne légendaire !  Un arbre mort depuis peu, mais son tronc conservé en place nous laisse l’imaginer du temps de sa splendeur, imaginez un peu : une circonférence à la base de 14,50m et de 9,50m à 2m de haut, ce qui faisait de lui un des plus gros chêne du territoire. On raconte localement que ce chêne est millénaire, car depuis fort longtemps sa présence est attestée, et il aurait même donné son nom à la commune. Enfin, cette petite chapelle dédiée à la Vierge à l’intérieur de son tronc, témoigne du respect et de la dévotion que lui ont voué les habitants des environs.

Bien qu’il soit mort, ce chêne vénérable a naturellement sa place dans la forêt du blog…
____

Quelques précisions étymologiques et historiques sur ce vieux chêne (écrit en 1972)  :

« Le berceau de Saint-Denis-la-Chevasse est aujourd’hui Saint-Sulpice-le-Verdon : la fluctuation des frontières en est la cause. On trouve d’intéressantes précisions à ce sujet dans les archives du diocèse de luçon, à la date du 28 avril 1906. On y lit notamment : Ce mot de Chevasse n’a pas manqué d’exciter la sagacité des chercheurs d’étymologie. Ce surnom de Chevasse, dit M. Aillery, vient d’un village de ce nom ainsi appelé, de Caput Vassalorum, chef-lieu des vassaux, ou de quercus vassalorum, chêne des vassaux. Ce village, autrefois de Saint-Denis, dépend aujourd’hui de Saint-Sulpice-le-Verdon : c’est là que les vassaux, dit la tradition, se rendaient sous un chêne séculaire qui existe encore aujourd’hui, pour y rendre foi et hommage au suzerain du lieu. »
« D’autre part, nous lisons dans les notes de la paroisse de Saint-Denis, des détails presque identiques à ceux de M. Aillery : Le village de la Chevasse a joui autrefois d’une certaine célébrité. Un bailly y rendait la justice et sa juridiction s’étendait sur Saint-Denis, qui, pour cela, aurait conservé le nom de ce hameau ajouté à celui du premier apôtre des Gaules. Il existe encore à la Chevasse un vieux chêne d’une dimension extraordinaire, et sous lequel on prétend qu’un seigneur des environs réunissait jadis ses vassaux : le chêne des vassaux, par contraction Chevasse, aurait donc donné son nom au village dont nous venons de parler. »

« Ce chêne vénérable existe toujours effectivement, mais pour combien de temps ? Il est vrai qu’il est d’une robuste santé, ainsi qu’en témoigne son histoire. On raconte en effet, que deux sabotiers vinrent un jour s’y établir et travaillèrent longtemps à l’intérieur de son tronc creux. Ces deux artisans furent remplacés par un nid de frelons. Pour chasser les insectes, il fallu les enfumer, ce qui provoqua un début d’incendie. »
« Puis en 1908, la commune la commune de Saint-Sulpice vota la construction de la route de la Chevasse à Saint-Denis. Les racines du malheureux chêne s’étendaient jusqu’au milieu de cette nouvelle route. Les ouvriers qui les coupèrent racontent que certaines étaient grosses comme des barriques. »

« En 1911, l’intérieur du chêne fut aménagé en chapelle. Les érudits qui se sont intéressé à ce chêne, lui assignent un millier d’années. »
____

Un reportage de 8′ réalisé par TV Vendée :

Publicités
Catégories :Chênes sacrés
  1. Sisley
    6 juillet 2010 à 17:42

    Merci !!

    Super reportage où cette fois, on a même un descriptif vidéo.
    ça devait être un sacré chêne pendant ses belles années.
    1000 ans, ça peut se tenir, la circonférence est appropriée, l’état général avant 1900 aurait été intéressant à constater afin de se faire une idée du stade où il se trouvait.

    Ce qui m’a le plus énervé, c’est le passage où il est question des incendies ‘involontaires’ et les travaux de terrassement au XIX e !!!

  2. 6 juillet 2010 à 17:52

    Salut Sisley,

    pareil, j’ai enragé à la lecture de ces lignes ! Ah si seulement, ça pouvait servir d’exemple pour les générations à venir… Lorsque j’étais parti à la recherche de l’orme de Cassignas dans le Lot-et-Garonne, un agriculteur m’avait raconté l’histoire de cet arbre mort dans les années 80 :
    les nouveaux propriétaire du terrain sur lequel se trouvait l’orme millénaire, n’avaient rien trouvé de mieux que de construire un barbecue dans le creux de l’arbre !! Inutile de vous raconter la suite… Des vandales !

  3. 6 juillet 2010 à 17:58

    D’ailleurs, ça m’y fait penser il existe un autre vieux chêne en Vendée dont il m’est impossible d’avoir des nouvelles, j’ai pourtant envoyé de nombreux mails, mais sans réponses… « Talmont St Hilaire – Chêne vert millénaire »

    Le vieux chêne vert serait toujours vivant,
    si quelqu’un est intéressé j’ai une carte à disposition…

    • etienne
      15 décembre 2010 à 12:35

      Bonjour, j’habite en vendee, si jamais je peux aller faire un saut!

  4. 6 juillet 2010 à 20:06

    Merci pour ce chêne, j’ai souvent pensé faire une excursion exprès pour lui. J’aurais été bien déçu de le découvrir mort…

  5. 6 juillet 2010 à 20:26

    Idem, je comptais bien m’y rendre un jour où je monterai sur Nantes…

  6. 6 juillet 2010 à 21:31

    Rien à voir :

    – ajouté le badge wikio qui indique le classement du blog, l’image est cliquable et renvoie à la liste ; et pour eux que ça intéresse possibilité de s’abonner au flux, mais aussi de noter les articles.
    – également ajouté un bouton « social bookmark » cela permet de marquer la page, ou de la signaler via les réseaux sociaux.

    Tout ça pour favoriser la diffusion des articles et récupérer ce référencement perdu lors de la migration, Google est bien lent à ré-indexer les pages…
    (j’ai choisi des boutons et couleurs qui restent discrets)

  7. 6 juillet 2010 à 22:08

    Photos de Patrick Cuvillier :

  8. 7 juillet 2010 à 10:46

    Quelle histoire!! Avec tout ce qu’il a du subir pas étonnant qu’il est fini par dépérir!!! Pauvre Arbre!! T_T snif!snif!

  9. Yanick
    7 juillet 2010 à 11:23

    J’avoue que ce fut une grosse déception de découvrir cet arbre mort et d’apprendre les conditions qui ont accéléré son déclin. Pour ma part je reste convaincu que le fait d’avoir laisser tout ce lierre l’envahir a mis le dernier coup fatal. Nombreux sont ceux qui prétendront le contraire mais j’ai souvent constaté que les dégâts causés par les racines du lierre sur ces vieux tronc favorise les infiltrations d’eau de pluies. Un hiver bien froid et le gel finira de décollé l’écorce protectrice. Je ne nie pas que le lierre abrite nombre d’insectes et d’oiseaux, mais sur des arbres comme celui-ci il est nécessaire de faire le maximum pour prolongé leur survie.
    Combien de ces vénérables le XXème siècle a vu périr par la bêtise de l’homme.

    • Arrigo
      20 février 2014 à 12:31

      Le lierre est pas une plante parasite , il puise les minéraux au sol !
      Un lierre c’est comme un manteau l’hiver , et un t-shirt l’été !
      C’est bon pour l’arbre et pour la bio dirvesité !
      Mais vous avez raison si l’arbre meurt le lierre ne pourra pas le sauver !
      Un arbre comme nous peut mourir de vieillesse ! Doit on toujours trouver un bouc émissaire !
      Dans ce cas une chose est sûr , c’est l’homme pas le lierre!

  10. Yanick
    26 août 2010 à 14:49

    Il existerait un autre chêne millénaire (le Chêne Chevreux)encore bien vivant à 6km de St Sulpice le Verdon dans la forêt de Grasla sur la commune Des Brouzils:
    http://www.les-brouzils.fr/1024_cadre4.htm
    Si quelqu’un passe dans le coin, je serais heureux d’en savoir un peu plus.

  11. 15 décembre 2010 à 12:46

    Salut Étienne,

    c’est avec le plus grand plaisir que je publierai photos & mesures du chêne,
    je t’envoie mes coordonnées par mail pour que l’on puisse correspondre.

    à bientôt

  12. AIGRON Michel
    19 décembre 2010 à 18:38

    après 2 journées de recherche sur les lieux suposés de l’existence de cet arbre, que je voulais montrer à un ami ingénieur des eaux et forets , Mr . Pierre RAMBAUD ancien conseiller municipal de ST. DENIS LA CHEVASSE où je réside , m’a expliqué comment m’y rendre ce que j’envisage de faire demain Lundi; j’avais vu cet arbre il y a 20 ans encore vivant , mais je n’arrivais pas à le retrouver , le paysage ayant énormémen,t changé depuis. BRAVO poudr cette vidéo qui explique bien l’histoire de ce chene millénaire et pour les superbes photos.

  13. 15 juillet 2011 à 12:14

    J’étais depuis longtemps à la recherche d’un autre chêne creux des Deux-Sèvres ou les moines réfractaire donnaient la messe pendant la révolution:

    Il me fait beaucoup penser à celui de Montravail.
    Je me suis donc rendu hier à la Petite Boissière pour y découvrir que cet arbre est mort depuis une quinzaine d’année et il n’en reste aujourd’hui qu’un semblant de vieille souche en décomposition. Encore une grosse déception, quoique vu la photo, je ne me faisais guère d’illusions.

  14. 16 juillet 2011 à 15:44

    Dommage, il était superbe ce chêne !

    • 16 juillet 2011 à 16:37

      Coucou Tof,
      Je vais quand même essayer de trouver des photos anciennes et quelques infos supplémentaires; car apparemment ce chêne à l’air d’avoir une histoire intéressante d’après ce que m’ont raconté les habitants du coin.
      Mais t’inquiète pas j’ai fait une belle récolte ce jour là. Et je tiens enfin mon premier hêtre. Et c’est du lourd !!!!

  15. 16 juillet 2011 à 19:58

    Excellent !

  1. 20 septembre 2010 à 12:50

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s