La mort d’Absalom dans la forêt d’Éphraïm

L’histoire est racontée dans l’Ancien Testament – deuxième livre de Samuel.

Absalom était le troisième fils de David, roi d’Israël. Il était réputé pour être le plus bel homme du royaume. Après avoir tué son frère Amnon qui avait violé sa soeur Tamar (XIII), Absalom reçoit le pardon de son père David, qui a un faible pour lui en raison de sa beauté (XIV).

Absalom séduit les israélites en voulant rendre la justice (XV, 1-6). Il se fait couronner à Hébron (XV, 7-12), le peuple suit Absalom (XV, 12-15), lassé peut-être de la guerre. Sur les vils conseils d’Akhitophel, Absalom s’installe à Jérusalem, et a commerce avec les concubines de son père au vu de tout Israël pour que la rupture soit irréversible (XVI, 20-22).

David organise une armée et écrase celle de son fils dans la forêt d’Éphraïm.

La troupe sortit dans la campagne à la rencontre d’Israël et il y eut une bataille dans la forêt d’Éphraïm. La troupe d’Israël y subit une défaite devant les serviteurs de David et ce fut là une grande défaite, en ce jour : vingt mille hommes ! De là le combat s’étendit à la surface de tout le pays et la forêt dévora d’entre la troupe plus d’hommes que n’en avait dévoré l’épée en ce jour-là. (XVIII, 6-8)

Absalom se prend les cheveux (qu’il portait long) dans un chêne.

Or Absalom se trouva par hasard en présence des serviteurs de David. Absalom était monté sur un mulet et le mulet arriva sous le branchage d’un grand chêne. Sa tête se prit dans le chêne et il resta suspendu entre ciel et terre, cependant que le mulet qui était sous lui passait outre. Un homme l’aperçut et en informa Joab, il dit : « Voici que j’ai aperçu Absalom suspendu à un chêne ! » (XVIII, 9-10)

Joab dit à l’homme qui l’informait : « Ainsi donc tu l’as vu ! Et pourquoi ne l’as-tu pas frappé sur-le-champ ? J’aurais dû alors te donner dix sicles d’argent et une ceinture ! » Mais l’homme dit à Joab : « Même si je soupesais sur mes paumes mille sicles d’argent, je ne porterais pas la main sur le fils du roi, car à nos oreilles le roi t’a donné ordre, ainsi qu’à Abisaï et à Ittaï, en disant : Conservez-moi le jeune Absalom ! Que si je ne m’étais menti à moi-même rien n’eût été caché au roi et, toi, tu te serais tenu à l’écart ! » (XVIII, 11-13)

Absalom est tué contre l’avis de David.

Joab dit : « Je ne vais pas hésiter ainsi devant toi ! » et il prit dans sa main trois épieux qu’il enfonça dans le cœur d’Absalom, qui était encore vivant au milieu du chêne. Puis dix jeunes gens, porteurs des armes de Joab, se mirent à frapper Absalom et le mirent à mort. (XVIII, 14-15)

Alors Joab sonna du cor et la troupe revint de la poursuite d’Israël, car Joab retint la troupe. Ils prirent Absalom et le jetèrent dans une grande fosse de la forêt. Ils érigèrent sur lui un très grand monceau de pierres. Tout Isarël s’était enfui, chacun à ses tentes. (XVIII, 16-17)

On n’ose annoncer la mort d’Absolom à David, il devine. Il pleure, Joab le lui reproche (XIX). Il revient à Jérusalem et pardonne à tout le monde, sauf aux concubines : elles sont séquestrées jusqu’à leur mort en état de veuvage perpétuel (XX, 3). Israël et Juda se divisent (comme si c’était la sanction du crime d’Absalom). Mais Cheba, fauteur de division, est décapité, et l’unité est rétablie (XX). À la mort d’Amnon et d’Absalom, le quatrième fils de David, Adonias, appuyé par Joab et le prêtre Abyatar, se considère comme l’héritier de David. Mais le prêtre Sadoq, le prophète Nathan et le chef de la garde de David Benayahu, tenus à l’écart, soutiennent le plus jeune fils, Salomon, fils de Bethsabée. Salomon est couronné du vivant de son père qui meurt quelque temps après.

Notes :

Israël représente l’armée d’Absalom / La forêt d’Éphraïm était située en Transjordanie, peut-être aux environs d’es-Salt, dont le nom vient du latin salbus « bois, forêt » / Le mulet est la monture des fils de roi / Dévorer, littéralement « manger », en parlant de l’épée. La forêt fait des victimes parmi les fuyards qui s’y égarent ou qui tombent dans les précipices / La ceinture est une pièce de l’équipement militaire.

On montre sur les flancs du Cédron un tombeau d’Absalom « Yad Avshalom » qui date de la fin de la période hellénistique et n’a aucune prétention à l’authenticité, puisqu’Absalom aura un monceau de pierres pour sépulture. De son vivant Absalom s’était fait ériger une stèle dans la Vallée du Roi, car n’ayant pas de fils pour commémorer son nom (XVIII, 18) et pourtant une autre partie du Texte nous informe qu’Absalom avait trois fils et une fille (XIV, 27) ?

  • La Bible – Ancien Testament, traduit par Édouard Dhorme, édition La Pléiade, 1956.
  • Absalom se prend les cheveux dans un chêne – Cathédrale de Nicolet (Québec).
  • Absalom sur fond de forêt – Bréviaire de Charles V – XVè siècle.
  • La mort d’Absalom – Bible de Luther – 1594.
  • Mort d’Absolom – gravure conservée au British museum (1450-1475).

9 réflexions sur “La mort d’Absalom dans la forêt d’Éphraïm

  1. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un « mythe », mais la bataille a lieu dans la forêt, qui elle-même « dévore » les soldats imprudents qui auront oser s’y égarer. Enfin, l’épisode où Absalom reste accroché par les cheveux à un chêne méritait d’être dévoilée.
    « le cœur d’Absalom, qui était encore vivant au milieu du chêne »
    -> au milieu, littéralement « dans le cœur » du chêne.

    Je me suis toujours demandé si la branche du chêne ne symbolisait pas la main de Dieu s’emparant d’Absalom, le laissant ainsi à la merci des soldats du Roi David ? Après tout, Absalom était narcissique, il a tué son frère, puis n’a pas honoré son père comme il se doit, et s’est même rendu coupable d’adultère avec les concubines de son père. Par la suite son jeune frère Salomon deviendra le roi le plus sage et juste de l’Ancien Testament.

    Et puis comme j’ai retrouvé de belles illustrations,
    j’ai eu envie de vous présenter cette histoire.

  2. Yanick

    T’as bien fait !!!

    Un arbre s’est dessiné
    Tout le long de mon dos
    Comme tous les déracinés
    Ses racines sont en haut
    Tout le monde n’a vu que l’écorce
    La forme déguisait la force.

    Serge Fiori

  3. Pfiouuuu…Les Histoires qu’on trouve dans le vieux testament sont d’une violence hallucinates, ç’est presque aussi horrible que les contes des frêres Grimm!!!!!°_°’
    je suis sidérée aussi par le faite que le pére d’Absalom lui pardonne « d’avoir tuer son frêre non pas parce qu’il a vengé sa soeur (qui a été violée tout de même merde!!!) , mais parce qu’il est beau!!
    La vie et la dignité d’une femme vaut vraimment bien peu de chose!!
    Quant au sujet du chêne, je pense que ta théorie comme quoi: « il serait la représentation symbolique de la main de Dieu » est tout à fait plausible!!

  4. Salut Léno,

    et encore ce n’est pas la pire ! Viols, meurtres, enlèvements, génocides… étaient monnaie courante dans l’Ancien Testament ; quand à la place de la femme : n’oublions pas que ce fut l’avènement d’une religion patriarcale « au nom du Père, du fils », la femme quand à elle se voit reléguée au second plan.

    Un personnage est évoqué au début : Akhitophel « frère de la folie » le premier conseiller du Roi David. Personnage de haute réputation :
    « Les conseils que conseillait Akhitophel en ces jours-là, c’était comme si l’on eût consulté la parole de Dieu. Ainsi en était-il de tout conseil d’Akhitophel soit pour David, soit pour Absalom. » (XVI, 23)
    Mais bien qu’il soit une éminence grise, Akhitophel trahit David à la première occasion, et suggère même un plan à Absalom pour assassiner son père après lui avoir conseillé de déshonorer les concubines du Roi.

    Ce conseiller dépourvu de morale se pend chez lui (XVII, 23), la trahison et le destin d’Akhitophel sont la préfiguration de la vie de Judas. (On peut dire qu’une bataille spirituelle se déroule en arrière plan des luttes terrestres).

    En conclusion : « Un homme politique supérieurement doté de qualités intellectuelles et sociales peut être en même temps honteusement déficient sur le plan moral. Impressionnant et abject tout à la fois. »

  5. Ping : Index : symboles, mythes, textes divers « Krapo arboricole

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s