Accueil > Islam > Mi’râdj nâmeh – Le Livre de l’ascension du Prophète

Mi’râdj nâmeh – Le Livre de l’ascension du Prophète

Lorsque je vous avais présenté les arbres dans le Coran [1], j’avais illustré mon article d’une calligraphie de Lassaâd Métoui car je n’avais pu retrouver de représentation de ces arbres mythiques. Il y a peu, sur le site de la Bibliothèque Nationale de France, j’ai découvert un magnifique manuscrit timouride, le manuscrit supplément turc 190, comportant deux textes rédigés en langue turque tchaghataï et calligraphiés  en écriture ouighoure par le copiste Harû Malek Bakhshi ; le premier intitulé Mi’râj  Nameh, est un texte anonyme relatant L’Ascension céleste du Prophète Muhammad, le second est un compendium de biographies de soufis célèbres, Le Mémorial des Saints du persan Farid al-Din Attar. Ce manuscrit fut copié à Hérat en Asie centrale en 1436 sous le règne du souverain timouride Shâh Rukh, petit-fils du grand Timûr Leng, mécène éclairé et amateur d’art.

Outre la remarquable qualité des illustrations qui l’accompagnent, le texte du Mi’râj Nâmeh est une traduction d’un ouvrage persan intitulé Le chemin du paradis. Les 57 miniatures, qui, pour l’essentiel, n’ont jamais été étudiées, retracent les étapes de l’ascension nocturne du Prophète Muhammad mentionnée dans quelques sourates du Coran (XVII,1 et LIII).
Une nuit de l’an 618, l’ange Gabriel vint chercher dans son sommeil le Prophète Muhammad à La Mecque et, lui offrant comme monture al-Burâq, l’accompagna à Jérusalem, sur l’esplanade du temple de Salomon ; après avoir été reçu par les prophètes bibliques, ses prédécesseurs, il s’envola vers les cieux depuis les rochers dont les califes omeyyades firent un martyrium, la Qubbat al-Sakhrah ou Dôme du Rocher. Ascension mystique ou voyage réel, les autorités religieuses du monde musulman eurent du mal à se prononcer sur ce point bien que l’Ascension du Prophète demeure fondatrice pour l’Islam.

Si le manuscrit supplément turc 190 nous présente des éléments relevant du merveilleux, voire issus de l’imagination de peintre, d’autres sont des faits reconnus de l’eschatologie musulmane et mentionnés dans le Coran. Deux enluminures nous présentent l’arbre Thoubaa, le sidrat al-muntahâ (35) ; mais aussi l’arbre infernal, le Zaqqoum, al-shajara al-mal’unâ (49).

Le manuscrit est splendide avec de très belles enluminures, mais comme l’exploration est compliquée sur la B.n.F., j’ai créé cet album pour vous permettre de le consulter.

Mi’râdj nâmeh ; Afghanistan – Hérât – 15ème siècle (hégire 840 = 1436)

(Les 63 planches sont numérotées, la lecture se fait par colonne du haut vers le bas)
____

Si vous aimez les enluminures, découvrez le site de l’association Enluminor, une sorte de musée virtuel spécialement dédié à l’enluminure ; vous verrez le choix de pays, d’époques et/ou de manuscrits est assez impressionnant, c’est par ici.

Sans oublier Mandragore, la collection des manuscrits enluminés de la Bibliothèque Nationale de France ; actuellement la base de données contient plus de 50.000 notices accompagnées d’une image numérisée, à consulter par ici.

Catégories :Islam
  1. 26 juin 2010 à 12:18

    Note: le manuscrit est connu sous le nom « supplément Turc 190 »
    http://expositions.bnf.fr/parole/grand/097.htm

    « Le Livre de l’ascension du Prophète, Mi’râdj nâmeh, reprend un épisode esquissé dans le Coran et développé dans la tradition musulmane. Il retrace les étapes du voyage miraculeux effectué en une nuit par Muhammad, transporté jusqu’au trône de Dieu. Monté sur sa jument ailée al-Burâq, il est conduit par l’ange Gabriel de La Mecque à Jérusalem où il célèbre la prière, puis, s’élevant à travers les sept cieux au milieu des anges, il rencontre les prophètes qui l’ont précédé depuis Adam jusqu’à Ibrâhîm. Il atteint, seul, le trône divin, point extrême de son ascension. Son périple, au retour, l’emmène aux portes de l’enfer et du paradis. »

    « Considéré tantôt comme un miracle tantôt comme une vision, le voyage nocturne du Prophète est pour les soufis le modèle du voyage mystique.
    Traduit d’un original arabe, cet exceptionnel manuscrit fut achevé dans l’atelier royal timouride de Hérât en 1436 dans un contexte turco-persan ; copié en turc oriental en caractères ouigours, avec des titres en arabe et des légendes en turc et en persan en caractères arabes, il est illustré de soixante-trois miniatures dont l’iconographie s’inspire, pour certaines, de modèles bouddhistes et chamaniques hérités des turco-mongols. »

    « Bouddhisme, chamanisme, manichéisme et culte de Zoroastre – l’Arda viraf nâme de la littérature mazdéenne est très proche du Mi’râdj nâmeh – furent particulièrement florissants en Asie centrale jusqu’à l’apparition de l’islam. »

  2. 26 juin 2010 à 21:24

    Encore une fois, choux blanc dès que c’est sur l’Islam,
    m’en fiche ça ne m’arrêtera pas, je fouillerai les mythes,
    (même si je me sens bien seul sur ces articles)

    Des illustrations du Zaqqoum et du Thoubaa introuvables via Google images ; tout comme l’étude sur les arbres dans le Coran. Mais je suis content malgré tout, car j’aurais lu le Coran, comparé le Texte avec celui de l’Ancien Testament, et je sais maintenant les différences fondamentales qui existent, mais aussi les nombreux points communs entre ces deux religions patriarcales. Souvent ce qu’on vous en raconte sur ce livre saint , ne sont que des généralités grossières, ou des propos ouvertement islamophobes.

    « Où vous ne voyez qu’une phrase concrète et brutale, l’exégète voit un sens mystique dont la hauteur échappe à votre entendement. »
    (Pierre Louÿs ; Les aventures du roi Pausole -1901)

    A ma façon j’essaie de lutter contre ce racisme devenu presque ordinaire.
    ___
    La France épinglée pour racisme par le Conseil de l’Europe, le 15 juin 2010 la Commission Européenne contre le Racisme et l’Intolérance (ECRI) a publié son rapport sur le racisme en France (dossier de 62 pages) :
    http://www.coe.int/t/dghl/monitoring/ecri/Country-by-country/France/FRA-CbC-IV-2010-016-FRE.pdf

  3. 26 juin 2010 à 22:17

    Sinon, rien publié aujourd’hui car je suis parti explorer un canton à la limite Sud du département, causse du Quercy blanc 280m d’altitude, sec et aride : royaume des chênes truffiers et des cailloux… Pas retrouvé le chêne qu’on m’avait indiqué mais un vieux papy de 88 ans m’a fait rencontrer le plus vieux chêne du coin, des dimensions ridicules par rapport à d’autres régions, mais par ici c’est un vrai trésor !!

    D’ailleurs ça me fait penser qu’il faudrait un jour que je vous présente nos fameux chênes « bonsaïs » du causse, parfois moins d’1,20m de haut et des circonférences de 30-50cm, et pourtant si vieux ; au sol uniquement du cailloux et aucun autre végétal n’arrive à survivre, pas même de l’herbe !

    • Sisley
      1 juillet 2010 à 17:52

      Je suis intéressé par toutes ces vieilles légendes et histoires qui ont alimenté les pensées des anciennes civilisations mais des fois j’en perd un peu le fil, tant ce domaine est vaste et quelques fois compliqué.

      C’est pour ça que les pays des vieux continents peuvent être fiers de ces trésors du passé.
      Si je cite par exemple les Etats-unis, eux n’ont réellement que 300-350 ans d’histoire. Il y avait bien évidemment les différents peuples avant eux.
      ……………

      Ces petits chênes doivent être de vrais beautés !

      • 1 juillet 2010 à 20:52

        Pour les mythes, le fait que je cite uniquement ce qui se rapporte aux arbres doit gêner un peu pour appréhender l’histoire dans son intégralité. C’est des pistes pour ceux qui voudraient aller plus avant, mais aussi une mise à dispositions de documents qui ne sont pas encore présents sur le net.

        Ces petits chênes sont terribles ! Ils doivent trouver des failles dans la roche pour atteindre des poches d’eau souterraine, et ça me laisse toujours en admiration. J’en ai suivi sur plusieurs années, et la circonférence ne bouge presque pas d’une année sur l’autre, il faudrait passer tous les 5 ans pour effectuer de bons relevés…

  4. 27 juin 2010 à 11:34

    Super cette animation en cooliris ! Bravo.

  5. 27 juin 2010 à 11:42

    Salut Mila,

    Cooliris est un super outil, j’adore cette présentation, d’autres albums sont visibles par ici : https://krapooarboricole.wordpress.com/albums-2/

    Merci d’avoir laissé tes mots sous cet article, il y a des fois où je me sens bien seul avec ces articles consacrés aux mythes & légendes. Peu de retours, du coup je me demande toujours si ça plait et/ou intéresse les lecteurs.

  6. 28 juin 2010 à 08:18

    Une fois de plus je suis épatée de la qualité et de la profondeur de tes recherches ! J’ai admiré ce magnifique manuscrit – et j’étais heureuse de trouver ensuite un résumé de cette histoire mystique. Merci !

    • 28 juin 2010 à 09:57

      Coucou Agnès,

      merci d’être venu admirer ce vieux manuscrit, je suis heureux d’avoir trouvé des représentation de ces deux arbres mythiques du Coran ; car j’ai fouillé pendant des semaines, mais n’écrivant pas arabe je n’avais pu accéder aux banques d’images du Moyen-Orient.

      Ça me plait tant d’explorer les Traditions à la recherche des mythes, légendes et symboles liés aux arbres. les arbres sont un bon fil directeur pour étudier les Textes, et remonter aux origines de nos croyances. Et j’en suis à 71 articles publiés, c’est pas mal du tout ! D’ailleurs le stock d’illustration présent sur le blog montre bien que je me décarcasse :
      https://krapooarboricole.wordpress.com/albums/

      En tout cas, bravo au travail de numérisation effectué par la B.n.F., pour ceux que ça intéresse : Mandragore est la collection des manuscrits enluminés de la Bibliothèque Nationale
      http://mandragore.bnf.fr/html/accueil.html

  7. Yanick
    28 juin 2010 à 09:00

    Salut Tof,
    Mais non tu fais pas choux blanc, il est super ton article, on est aussi amoureux des Muses et des Mythes !!!!
    Connais-tu les Rubaiyats d’Omar Khayyam ?
    Sinon je te conseille aussi le roman « Samarcande » d’Amin Maalouf,
    et bien sûr les traductions des Rubaiyats.

  8. 28 juin 2010 à 10:06

    Salut Yanick,

    ah ça me fait plaisir de savoir que ça vous a plu ! (Mais comme il y avait zéro commentaires sous les articles Islam, je m’interrogeais) Bien sûr je connais Amin Maalouf, mes livres préférés sont Le rocher de Tanios et Léon l’Africain. Tu as éveillé ma curiosité avec Omar Khayyam, et il va falloir que je retrouve les écrits de ce poète persan…

    « Hier est passé, n’y pensons plus
    Demain n’est pas là, n’y pensons plus
    Pensons aux doux moments de la vie
    Ce qui n’est plus, n’y pensons plus »

    « Ce vase était le pauvre amant d’une bien-aimée
    Il fut piégé par les cheveux d’une bien-aimée
    L’anse que tu vois, au cou de ce vase
    Fut le bras autour du cou d’une bien-aimée! »

    « Elle passe bien vite cette caravane de notre vie
    Ne perds rien des doux moments de notre vie
    Ne pense pas au lendemain de cette nuit
    Prends du vin, il faut saisir les doux moments de notre vie »

    • Yanick
      28 juin 2010 à 10:50

      J’attends toujours ta réponse pour le chêne de la Chevasse.

      • 28 juin 2010 à 11:20

        Je publierai sur ce vieil ancêtre qui est malheureusement mort, mais il a alimenté tant de légendes en plusieurs siècles, qu’il mérite de venir sur le blog. je crois que je vais créer une catégorie « chers disparus »

        • Yanick
          28 juin 2010 à 12:33

          Cool, de plus il n’est pas vraiment « disparu ».
          J’étais tellement déçu de le découvrir mort. J’aurai alors l’impression qu’on lui offre quelques instants de vie supplémentaires en de voyant sur le blog.

  9. Yanick
    28 juin 2010 à 10:47

    Toute la beauté des mots du poète Persan, qui lui ne crachait pas sur la bibine.

  10. 28 juin 2010 à 11:35

    😀

  11. 5 août 2010 à 00:10

    Salam,
    Baraka Allahou fik pour tes liens qui me seront surement tres utiles inchallah.
    salam

  12. 5 août 2010 à 14:32

    Salut à toi,

    merci d’être passé voir les liens arbres & Islam.

  13. 25 janvier 2011 à 18:43

    N°62 de la Revue de Téhéran (janvier 2011) consacré à : la calligraphie iranienne,
    continuité et renouvellement de l’art de la “belle écriture”
    http://www.teheran.ir/spip.php?rubrique1

    – La calligraphie et son évolution dans les arts publicitaires
    – Le point de vue d’Aydin Aghdashloo
    sur la calligraphie iranienne
    – L’art calligraphique et scriptural de la Perse antique
    – La dimension spirituelle et gnostique de la calligraphie :
    du sentiment esthétique à la voie vers l’Origine de toute beauté
    – Entretien avec Mohammad Salahshour, maître calligraphe
    – La calligraphie de l’époque des deux premiers empereurs safavides
    Shâh Esmâ’il et Shâh Tahmâsb
    1501-1576
    – Entretien avec le maître Gholâmhossein Amirkhâni
    – Les différents styles de calligraphie islamique et iranienne
    – Entretien avec Abdollah Kiae,
    maître calligraphe
    – L’esthétisme de la calligraphie islamique

  1. 3 avril 2014 à 22:56

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s