Accueil > Chênes de futaie, Chênes multitroncs > Le massif forestier de Mervent (Vendée)

Le massif forestier de Mervent (Vendée)

Pas encore de reporters pour la Vendée… Qu’à cela ne tienne, Yanick habite un département limitrophe, et des Deux-Sèvres il fera parfois des incursions pour dévoiler des pépites, comme à Fontenay-le-Comte où il avait retrouvé une glycine séculaire [1].

« Après ma balade hivernale en forêt de l’Hermitain [2], je vous invite à découvrir le massif forestier de Mervent [3]. Direction la Vendée, environ une quinzaine de kilomètres au nord de Fontenay-le-Comte pour y découvrir le Chêne Marinier. » (clic les photos)

« Comme son nom l’indique, ce chêne sessile est le dernier descendant de futaies destinées au bois de marine pour les ports voisins de la Rochelle ou de Rochefort-sur-mer. D’une circonférence de 4,30m à 1.30 sa hauteur est de 23 m. L’observation de sa base et de ses racines me laissent deviner un tronc en partie creux. Son état s’est beaucoup détérioré en peu d’années et son houppier a perdu de sa superbe. »

« Je crains que cet arbre ne résiste pas à une forte tempête et qu’il ne finisse rapidement comme le chêne « les cinq jumeaux » qui trônait encore il y a quelques années dans ce massif forestier. Ma fille Rachel qui a eu la chance de le voir du temps de son règne m’assure qu’il était alors vraiment superbe (+ de 9 m de circonférence). Ce n’est plus aujourd’hui qu’un squelette ayant servi de sculpture à artiste local. »

Un petit aperçu du chêne les cinq jumeaux du temps de sa splendeur ici (« La semaine de l’arbre en Vendée », magazine du Conseil Général de la Vendée, n°15 – Novembre 1993).

« Entre le chêne Marinier et le pont du déluge, Yann et moi avons découvert un autre chêne sessile que j’ai appelé le chêne tire-chaille (lance-pierre). »

« Celui-ci fait 4,02 m de circonférence à 1.30m et semble lui en bonne santé. »

Merci pour cette virée en Vendée Yanick, car jusqu’à présent je n’ai réuni que très peu d’informations sur ce département. Souhaitons que ce reportage incite les habitants à nous dévoiler leur patrimoine arboré, en première ligne lors des gros coup de vent en provenance de l’océan. En c’est un joli trio que tu nous présentes : un vieux chêne de futaie, témoin vivant de l’ancienne marine à voile ; un chêne plus jeune à deux brins qui deviendra peut-être aussi imposant que ses cousins [4] ; et enfin la carcasse blanchie des cinq jumeaux impressionne fortement, qu’il devait être fantastique en pleine gloire ! Ça me plait que des artistes laissent aller leur imagination sur ces arbres morts, ils offrent ainsi une seconde vie à ces vieilles branches, témoin de l’histoire de tant de générations d’hommes ; comme à Saint-Roch [5], ou encore à Brocéliande avec l’Arbre d’Or [6].

Publicités
  1. 24 juin 2010 à 21:29

    Belle promenade forestière toute en variété.
    Les forêts, c’est comme les parcs et jardins. Il y a toujours plusieurs découvertes à faire. A la différence près qu’il faut parcourir bien plus de km à pieds le long des sentiers forestiers.

  2. Yanick
    24 juin 2010 à 21:42

    Je t’avouerais que c’était une ballade rapide, il ne faisait pas très chaud.
    Donc, je pense qu’il y reste encore pas découvertes à faire.
    Je me souviens quand j’étais enfant, il y avait des hêtres. Mais là pas moyen d’en retrouver d’intéressant . Peut être que comme à Chizé la plupart sont tombés en 99.
    C’est une variété qui racine en surface et qui résiste très mal aux tempêtes.

  1. 29 janvier 2011 à 12:55

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s