Accueil > Chênes isolés, Séquoias > Parc municipal d’Obernai (Bas-Rhin)

Parc municipal d’Obernai (Bas-Rhin)

Sisley nous propose une visite d’un parc arboré (2-3 ha) situé non loin du centre ville d’Obernai, une petite ville du piémont vosgien.

“M’engageant au dessus d’une petite passerelle, puis traversant quelques allées en flânant, je fus enfin dans la ligne droite menant au spécimen notable des environs, aucun besoin de s’en rapprocher pour être sûr de savoir à qui j’avais à faire, un grand exemplaire de séquoia géant, qui au bas mot s’élançait au-delà des 36 m. Mais le clou du spectacle fut d’observer sa forte base, un tronc conique d’un tour de 7,16 m.” (clic les photos)

“Cette bonne croissance est certainement explicable, du fait l’humidité régnante dans le couvert environnant et la présence d’un petit cours d’eau, coulant à son pied.Tout comme la plupart de ses semblables, ce séquoiadendron fut planté peu après les années 1850, donnant ainsi un bel âge supérieur à 150 ans.”

En repassant quelques mois plus tard, Sisley poursuivit plus avant son exploration du parc : “cette fois ci, je fis preuve d’un peu plus de rigueur, car en avançant dans les sentiers, je remarquai un nouvel arbre, digne d’intérêt, un beau chêne pédonculé au port fastigié,

la circonférence s’approchait des 4,25 m et la taille des 22 m, un arbre dont la plantation peut probablement remonter au début de la deuxième moitié du XIXe siècle.”

“Content d’être tombé sur cet individu, je continuai en pensant faire une autre découverte, il me fallut une minute, pour pouvoir contempler un autre remarquable, situé à peine 100 m plus loin. Pour y accéder, je dus faire un détour, m’amenant à apprécier la précieuse architecture d’un manoir abandonné, et là dans l’angle le vieux chêne apparu

tranquillement juché sur le haut des douves du bâtiment, du haut de ses 20 m cet honorable sujet, me montra à quel point, il est utile d’explorer minutieusement un endroit, sous peine de louper de grands moments. Car pour un arbre, légèrement camouflé, j’eus la surprise de voir le décamètre se dérouler de 4,70 m. Là aussi je pense, qu’une juste estimation le rapprocherait des 150 ans d’existence, mais il n’est pas impossible qu’il ait pu franchir le cap des deux siècles.”

“En résumé, un bien bel endroit, où il est plaisant de se promener entre les cimes en tout genre, et apprécier le calme des lieux.”

“Mais comme il n’est pas aisé de stopper en si bon chemin, je vous emmène finir le circuit quelques kilomètres plus au nord dans les environs de Bischoffsheim où un conservateur des sites alsaciens, m’a indiqué une belle trouvaille : un cormier champêtre,

de taille modeste avec 9 m, bien que son tour de tronc arrive tout de même à 1,82 m. Un charmant spécimen de vignoble, qui est superbement mis en valeur de par le paysage environnant.”

Génial, comme d’habitude de belles découvertes l’ami Sisley ! De beaux individus : un séquoia avec une très belle base, un très beau chêne fastigié élégant comme il se doit, et un autre plus rustique mais qui s’intègre admirablement dans le décor. C’est marrant comme certains arbres arrivent parfois à se cacher des regards, je suis parfois étonné de découvrir un arbre dans des parcelles déjà parcourues. Comme tu le soulignes, ce doit être un parc  tranquille, bien agréable pour une petite flânerie en milieu urbain.

Catégories :Chênes isolés, Séquoias
  1. Francis
    12 avril 2010 à 22:12

    Ces conifères géants m’émerveillent toujours autant, quand j’ai la chance d’en croiser de cette taille je reste scotché. C’est hallucinant les dimensions qu’ils peuvent atteindre en si peu de temps. Et que dire de ses admirables chênes et de ce magnifique cormier remarquablement conservé au milieu du vignoble ! L’Alsace possède vraiment un riche patrimoine arborescent qu’ils savent mettre en valeur et conserver.

  2. 12 avril 2010 à 22:42

    Salut Francis,

    l’infatigable Sisley nous régale encore…

  3. 13 avril 2010 à 12:15

    Grâce à cet article, j’ai fait des recherches sur le cormier, que je ne connaissais que vaguement de nom, sans savoir de quoi il s’agissait.
    J’ai d’ailleurs trouvé ceci, qui est intéressant :
    https://krapooarboricole.files.wordpress.com/2010/04/cormier-sorbus-domestica-andreas-rudow-ofefp.pdf

    Ce qui m’intéresse moi (chacun son dada, en ce qui me concerne, c’est l’utilisation alimentaires de plantes et fruits sauvages ou oubliés), c’est de savoir que ses fruits (les cormes) sont comestibles, et ont même été très utilisés à une époque.
    Cela dit, vu la rareté apparente de cette essence, il y a peu de chances que j’en rencontre, mais au moins maintenant, si ça m’arrive, je pourrai peut-être le remarquer et le reconnaitre🙂

  4. 13 avril 2010 à 12:17

    Bonjour et bienvenue Tinuviel,

    Grâce à l’ami Sisley, nous avons pu plusieurs fois découvrir des cormiers (forestiers & champêtres), de beaux spécimens à voir par ici :
    https://krapooarboricole.wordpress.com/category/arbres-coup-de-coeur/cormiers/

    personnellement je n’ai encore jamais gouté au cidre de cormier, il titre un peu plus fort que le cidre de pomme, et aurait un goût inoubliable…

    Un lien pour plein de boissons à fabriquer soi-même :
    http://www.coplfr.org/confectionboissons.html

  5. 13 avril 2010 à 12:53

    C’est toujours le « soucis » de ces parcs. En tant que chasseurs d’arbres, on a l’habitude de ne trouver que des individus isolés, alors que dans les jardins, il s’agit d’une population entière qui est remarquable.
    Ainsi, si l’on rajoute l’aspect vaste des lieux, il est vite fait de mésestimer un pied qui sur le moment semble anodin, alors qu’en situation isolée dans la campagne, on n’aurait vu que lui.
    J’adore le pied du séquoia avec ses contreforts bien marqués. Une belle impression de puissance.

  6. Sisley
    13 avril 2010 à 18:51

    Salut tout le monde !

    Un des sequoias les plus beaux qu’il m’ait été donné de croiser !!
    L’Alsace n’a pas fini de m’en faire faire voir.

    J’en ai déjà visité des parcs, mais c’est toujours délicat d’en faire le tour sans oublier un ou deux remarquables.
    ……….

    Le cormier n’est pas très fréquent par ici, mais dans la limite vosgienne, on en trouve encore quelques uns dans les vignes, vieux vergers et des fois en lisière.

    (5 pages d’infos en vrac)
    http://www.greffer.net/forum/viewtopic.php?t=1211

    et 18e paragraphe :
    http://www.coplfr.org/transformation.html

  7. 14 avril 2010 à 17:46

    Merci pour les liens Sisley !

  8. 16 avril 2010 à 17:02

    Merci pour la bienvenue, et surtout pour l’intéressant lien sur les boissons, que je ne connaissais pas encore.

    Il ne me reste plus qu’à trouver des cormes… plus facile à dire qu’à faire à mon avis🙂

  9. 19 avril 2010 à 11:50

    Hello Tinuviel,

    tu me tiendras au courant des boissons réalisées ?

  1. 10 juin 2010 à 16:59

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s