Accueil > Amandiers, Chênes pubescents > Amandier de Garrigues-Sainte-Eulalie (Gard)

Amandier de Garrigues-Sainte-Eulalie (Gard)

Continuons de suivre Francis dans ses pérégrinations gardoises…

“Alors poursuivons notre petite balade entre garrigues et oliveraies gardoises. Justement, allons dans le charmant petit village de Garrigues contempler un arbre fruitier commun dans cette région-ci de France. Cet arbre je l’ai découvert un jour où l’on se rendait avec ma formation, au CIVAM bio du Gard. Comme à mon habitude, pendant le trajet, j’observe le paysage à la recherche de la perle rare. Et ce jour là, je l’ai pas loupé, j’ai aperçu une masse importante au bord de la route à l’aller et je n’attendais qu’une chose c’est de pouvoir à nouveau l’admirer au retour. Il y avait aucun doute, il s’agissait d’un amandier, un comme on aimerait en voir plus souvent dans les vergers. (clic les photos)

Quelques jours plus tard, décidé à aller lui rendre une petite visite pour confirmer mon enthousiasme, je me rend à Garrigues et là, le résultat parlait de lui même. 2m68 de circonférence à 90 cm, ses charpentières se formant à 1m10 environ, et une hauteur avoisinant les 10m. À la connaissance du résultat, j’en ai tout de suite informé Yves Maccagno pour en savoir plus, et là il m’apprend qu’il s’agit tout bonnement d’un des plus imposants amandier du Gard.

“L’amandier se situe entre la commune de Garrigues-Sainte-Eulalie et Moussac, sur la D982 sur le coté gauche de la route en sortant de Garrigues, en face du hameau de Sainte-Eulalie.”

“Le plus imposant connu étant très certainement celui de Poulx, qui mesurerait 2m95 de circonférence. À ce propos, je suis parti à sa recherche mais malgré une localisation très précise, je n’ai pas réussi à mettre la main dessus, où presque… je m’explique, délimité dans la rue de la garrigue (décidément), je n’ai vu aucun amandier de cette envergure, cependant à la naissance de la rue on peut apercevoir un tronc d’amandier qui traverse un mur, j’ai tenté de l’escalader et là j’ai pu voir un très vieux amandier pouvant être celui référencé, car celui-ci possédait un très gros tronc. Par contre, niveau état général, j’ai déploré une taille plus que stricte. En tout cas j’ai hâte de pouvoir admirer la floraison de l’amandier de Garrigues et des amandiers qui peuplent la campagne gardoise en général, car paraît-il que celle-ci est extraordinaire et haute en couleur.”

Merci pour cette découverte Francis, en quelques mois tu t’es spécialisé en essences méditerranéennes, oubliés les grands chênes de futaie et les grandes sylves. Place à la garrigue ! D’abord un genévrier plus que séculaire, et maintenant un amandier superbe avec un port encore harmonieux malgré les années… tu nous gâtes, merci l’ami !

____

A 9km au Nord de Garrigues-Sainte-Eulalie :
“Très franchement, arrivé dans le Gard je ne pensais pas pouvoir admirer des chênes tels que celui-ci, avec une taille si imposante, pour un département au climat chaud et sec en été. J’imaginais devoir me recycler dans les arbustes où les plantes aromatiques ! Mais que nenni, ce département rivalise en terme de diversité et de taille avec bien d’autres région plus au nord. Partons au hameau de Fontcouverte appartenant à la commune de Baron, pour y découvrir un chêne pubescent, ou blanc.”

“Ce chêne blanc mesure aux alentours de 15m de hauteur pour 4m24 de circonférence.”

Localisation chêne Fontcouverte - clic pour agrandir“Le chêne se localise dans un petit champ à gauche de la D981, en face du hameau de Fontcouverte. La localité est vraiment diversifiée en arbres remarquables, à quelques kilomètres de là, les genévriers cade d’Euzet et de Castelnau-Valence, l’amandier de Garrigues et les nombreux arbres d’Uzès qui bientôt je l’espère nous serons dévoilé.”

(Petite dédicace au Sisley, un cormier de 1m08 pour 4m50 de hauteur à quelques km de là)

Merci pour la découverte de ce chêne pubescent Francis, ce sont des chênes qui aiment bien les grosses chaleurs, par ici ils sont les rois des causses. Et si peu d’entre eux peuvent rivaliser en longévité avec le chêne rouvre, j’ai depuis appris à les connaitre et à les aimer. De très beaux spécimens à Murs [1] dans la forêt de Vérignon [2], à Pontcirq [3]…

Catégories :Amandiers, Chênes pubescents
  1. Francis
    10 février 2010 à 20:05

    ptdr ! Le chapeau de l’article c’était pas nécessaire de le mettre, là où j’raconte ma vie. (lol)

    Sinon j’avoue que les grands chênes et les grandes sylves du Nord-Est me manquent un peu quand même ! Mais ça fait du bien un peu de changement, découvrir de nouveaux horizons. Y’a de belles découvertes à faire dans ce département, le Gard présente une typologie géologique, d’habitats… très diversifiées, au plus grand bonheur des naturalistes !

  2. 10 février 2010 à 20:09

    Salut Francis,

    pas de problème, je fais une petite modif et ça rentre dans l’ordre..
    t’as l’air d’avoir le sourire et d’être heureux, c’est cool ça !

    à plus

  3. Francis
    10 février 2010 à 22:53

    lol no souci

  4. 11 février 2010 à 14:52

    Un amandier ça ? Nooon ! C’est trop gros voyons, on sait que tu as migré dans le sud, Francis, mais tu ne vas pas nous faire croire qu’une sardine a bouché le port de Marseille ! LOL!!!
    Superbe découverte en tout cas.

  5. Sisley
    11 février 2010 à 15:31

    Et oui, le voilà, notre bon Francis, sur les traces de la variété méridionale et près à se faire griffer les vêtements par je ne sais quelle arbuste, pour arriver à ses fins (lol).

    On avait déjà quelques amandiers, mais celui là, est tout particulièrement séduisant et a le mérite d’être, dans les plus volumineux du Sud.
    De la libre expression !
    Vivement les fleurs.

    Ça me fait penser à un spécimen allemand dans les coteaux à vignes (Rhônanie), entre 2,15 et 2,50 et qui aurait la centaine d’années. Un fruitier qui a été aussi, largement répandu avec les romains, surement en même temps que la vigne.

    Il paraît que l’amandier se taille très peu, voire pas du tout, c’est tant mieux.
    …………….

    Si tu suis les pas de Y.Maccagno, tu vas en avoir des semaines de prospections, surtout en sachant qu’il s’est limité aux plus gros.

  6. 12 février 2010 à 20:15

    Et en plus, il a pris une stagiaire !

  7. Sisley
    13 février 2010 à 13:31

    Regardez, c’est pas qu’un fruitier du sud, après tout :

    http://www.alsacephotos.fr/2008/printemps/010308/mittelwihr.htm

    J’ai aussi entendu parler de chênes pubescents, situés dans des forêts ‘sèches’ dans le piémont alsaco-vosgien et une espèce de cigale y serait présente. L’Alsace et son tempérament méditerranéen !

  8. cheyenne
    14 février 2010 à 21:15

    …magnifique !
    un si gros et bel amandier…. et les amandes fraiches ? miam !

  9. 15 février 2010 à 14:49

    Salut Cheyenne,

    un des plus gros amandiers du Sud de la France,
    je suis certain que la récolte doit être abondante et délicieuse…

  10. Sandrine
    3 mars 2011 à 14:31

    Bonjour,
    j’habite Ste Eulalie juste en face de ce bel amandier, j’y ferai très attention… merci

  11. 3 mars 2011 à 23:39

    Bonsoir Sandrine,

    c’est un amandier splendide, comme tu es sa voisine, je compte sur toi pour nous donner des nouvelles de son état de santé au fil des années.

  12. nalix christian
    6 mars 2011 à 12:13

    bonjour, j’ai acheté l’olivette qui est au pied de l’amandier celui ci est situé juste à la limite du terrain voisin, mais pour l’instant c’est moi qui l ‘entretien et c’est vrai qu’il est magnifique! j’aimerai savoir quel âge il peut avoir à peu près.

  13. Sisley
    6 mars 2011 à 14:35

    Bonjour,

    Je dirai qu’il pourrait se situer entre 75 et 120 ans, c’est difficile d’être plus précis, car d’une année à l’autre les cernes de croissances peuvent aller du simple au double, mais l’amandier dépasse très rarement les 150 ans.
    En tout cas votre exemplaire est de toute beauté, vous avez de la chance d’en bénéficier, je pense pas qu’il est nécessaire d’intervenir sur l’arbre, et de plus arrivé à cet âge la production de fruit ralentit pas mal.

  14. François Lannes
    19 mars 2011 à 18:59

    C’est la saison des fleurs, pour les amandiers.

    J’en profite donc pour faire « remonter » ce reportage dont les 2 très belles photos de fleurs blanches méritent qu’on les regarde.

    Il me faudrait d’ailleurs aller demain dans la campagne, et scruter les houppiers blancs, de loin. C’est la période idéale pour faire de belles découvertes, plutôt facilement vu la façon dont ces arbres se distinguent des autres en ce moment.

  15. Sisley
    19 mars 2011 à 20:02

    C’est vrai François !

    Mais pour ma part, ça va être dure vu la région où je vis (lol).
    En même temps à 150 km de chez moi, je vais dépêcher mon frère qui vit dans le Haut-rhin, près de Colmar il y a de beaux vieux amandiers ça et là dans les vignes..

  1. 8 juin 2010 à 15:15

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :