Accueil > Chênes colosses > Le chêne séculaire de la ferme du Ré, La Forêt-Auvray (Orne)

Le chêne séculaire de la ferme du Ré, La Forêt-Auvray (Orne)

Voici un chêne que j’avais oublié de mentionner sur l’avis de recherche pour la Normandie [1], et pourtant il s’agit-là d’un véritable patriarche, une allure typique en rappelant d’autres [2][3]. Il veille solidement depuis plusieurs siècles à l’entrée d’une ferme, au lieu-dit le Ray sur la commune de La Forêt-Auvray. (clic les photos)

Ce chêne fut photographié pour la première fois en 1897 par Henri Gadeau de Kerville.

Un chêne vraiment impressionnant, pas de mesures, mais ça ne devrait tarder !

Solidement ancré par des racines aventureuses qui participent au spectacle.

Un chêne colosse comme on aimerait en croiser plus souvent…

Très peu d’informations pour cet arbre, si ce n’est une photographie ancienne…

Super sympa d’avoir accepté de partager tes clichés avec nous Han, car il s’agit là d’un digne représentant de l’espèce. Un tronc imposant et bosselé qui traduit son âge avancé, et pourtant ce chêne semble encore bien fringant ! Il fait partie des arbres remarquables normands dévoilés par Henri Gadeau de Kerville il y a maintenant un siècle [4], ce serait vraiment instructif de retrouver ceux qui sont encore debout.

(Installé à l’entrée d’une propriété privé, ce chêne ne peut se visiter)

Visitez les pages de Han van Meegeren consacrées aux vieux arbres de France, par ici.

Catégories :Chênes colosses
  1. Sisley
    30 janvier 2010 à 00:19

    Tout simplement formidable !!
    Un arbre que Gadeau de Kerville a photographié y a 113 ans, si seulement y en avait eu plus, des passionnés comme lui.

    On voit nettement, qu’il était déjà en déclin avec la perte de grosses branches, puis est survenu la descente de cîme, et résultat aujourd’hui encore fringant à l’entrée de sa Ferme.
    Heureux est le propriétaire qui peut contempler ce remarquable patriarche rural, au fil des saisons.

    Surprenant , on n’a pas encore vu trop de chênes avec cette allure.

  2. 30 janvier 2010 à 00:21

    Salut Sisley,

    je savais bien que ce vieux normand te plairait !
    Ah si on réussissait à embaucher un reporter pour la Normandie…
    il y a tant d’arbres vénérables à découvrir dans ce coin de France.

  3. 30 janvier 2010 à 00:40

    Cet arbre est vraiment formidable. C’est un des plus beaux qui reste des photos de Gadeau de Kerville. Mais il y plus.
    Si un personne sait ou je peut acheter les vieux publications de Gadeau de Kerville, je suis tres heureux.

    If someone knows how I could get the old publications of Gadeau de kerville, i am very happy.
    I looked in many bookshops in France, but only could find the book ‘Les vieux arbres de la Normandie. But the index of that book is very bad.
    Greetings Han

  4. 30 janvier 2010 à 00:59

    Bonsoir Han,

    un livre récent avec 113 photographies de Henri Gadeau de Kerville :
    https://krapooarboricole.wordpress.com/2009/04/08/les-vieux-arbres-de-normandie-henri-gadeau-de-kerville-photographe/

    Les photographies de Gadeau de Kerville ont fait l’objet de quelques études (Radigues – 1990, Lerond et Luce – 1993, et 1996) qui constituent en fait des recensements des arbres encore existants autour desquels les auteurs présentent et discutent de la notion d’arbre remarquable.
    Je ne sais si on peut retrouver les publications…

  5. Sisley
  6. Sisley
    30 janvier 2010 à 02:12

    « Le savant photographie les arbres au printemps, de façon à mettre en valeur le port sans le feuillage, sauf pour les conifères. Il les cadre au centre de l’objectif, l’arbre prenant si possible tout le cadre, sans personne autour. Le temps de pose est long, il peut consacrer beaucoup de temps pour un cliché. « Il m’est arrivé de rester des heures entières à côté de mon appareil, prêt à déboucher mon objectif, en suppliant Eole d’exaucer mes prières. »

    Quelle patience, il ne pouvait certainement pas mitrailler de clichés chaque arbres qu’il rencontrait, comme nous aujourd’hui (lol ).

  7. 30 janvier 2010 à 03:09

    Introduction aux vieux arbres de Normandie :

    C’est vraiment une étude pleine d’intérêt que celle des vieux arbres, de ces vénérables patriarches du monde végétal, les uns développés sous la seule action de la nature, les autres cultivés, soit dans un but pratique, soit dans un but ornemental, soit à un point de vue religieux ou hygiénique, tels que les ifs plantés dans les cimetières par nos ancêtres, qui les regardaient comme symbole de l’immortalité, croyant aussi, bien à tort, qu’ils avaient la propriété de chasser les miasmes provenant de la décomposition des corps et de tenir éloignée la peste.

    A tous égards, les vieux arbres méritent le respect, et nous devons les conserver par tous les moyens possibles ; aussi est-il désolant de voir des gens inconscients ou stupidement vaniteux leur causer parfois un réel dommage, non seulement au point de vue artiste, mais au point de vue de leur existence même, en gravant leur nom dans l’écorce. Il faudrait que l’on mit, à côté de tous les arbres remarquables, un écriteau portant l’interdiction d’y toucher. Certainement une semblable inscription aurait quelque effet bienfaisant.

    Qu’ils croissent en massif, isolément, dans une forêt, un parc, un cimetière, qu’ils soient dans la pureté de la nature, ou qu’ils soient affublés d’icônes de la Vierge, de croix, de buis bénit, de chapelets, de couronnes, jusqu’à des langes, des bas et des souliers d’enfant, manifestations d’une superstition excusable seulement chez les primitifs, ces vénérables et imposants témoins des siècles éteints sont fortement suggestifs, et font naitre, dans les cerveaux qui savent penser, des réflexions et des rêveries, comme en déterminent les forêts et les bois, sources intarissables et sublimes de très pures jouissances.

    En terminant cette introduction, j’appelle de tous mes vœux des travaux sur les vieux arbres de la France, analogues à celui que je viens d’entreprendre, et faits, pour chaque, province, par un naturaliste minutieux, moyen Le plus sûr, à mon avis, pour obtenir des documents aussi exacts et aussi complets que possibles. (…)

    Henri Gadeau de Kerville (1890)

  8. 30 janvier 2010 à 09:25

    Je vais souvent sur le site de Han , donc je l’avais déjà vu, mais il y a aussi de nouvelles photos ici, c’est sympa !

    Il est magnifique, ça montre bien comment un arbre survit une fois sénile après la perte de ses charpentières. Souvent l’arbre décline et meurt, mais celui-ci semble avoir trouvé un second souffle. 6m50-7m?

  9. 30 janvier 2010 à 11:02

    Salut Gilles,

    un sacré pépère ce vieux chêne ! A vue de nez, je l’ai classé dans les chênes colosses. Envoyé des mails pour obtenir une mesure de récente de la circonférence, j’espère que ça va marcher !

  10. 9 février 2010 à 00:25

    Mercy Sisley
    I hope I can write in English for you. You gave me a link to a book of Gadeau de kerville. Unfortunally it’s already sold out. I was too late. If another link passes your way, I would be very glad to hear it.

    Thank’s for your help,

    greetings
    Han

  11. 9 février 2010 à 00:30

    Bonsoir Christophe

    Thanks for your link to a book about Gadeau de Kerville. But that book is already in my little library. It’s a very nice book in the way it’s made. It’s my inspiration for my webpage of French trees. Only the index of that book is not very good. There are a few mistakes in it. ‘The French way’ I guess. Pardon me, excusez les mots.

    greetings and thanks, Han

  1. 10 juin 2010 à 14:25
  2. 13 novembre 2010 à 11:48
  3. 30 janvier 2011 à 17:03

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s