Accueil > Chênes de parcs, Peupliers > Le parc du château de Mantelon, Denée (Maine-et-Loire)

Le parc du château de Mantelon, Denée (Maine-et-Loire)

(Un article de Gilougarou, l’arpenteur des bois)

Ce parc est connu des passionnés du monde des arbres grâce à ses peupliers noirs qui sont classés et référencés par l’association A.R.B.R.E.S. et que l’on trouve au pied de l’orangerie du château de Mantelon. Cela faisait longtemps que je désirais m’y rendre, et ce fut chose faite par une après-midi glaciale. Pas l’idéal, mais la prévision météo m’avait indiqué une belle journée lorsque j’avais pris mes rendez-vous. (clic les photos).

Guidé par madame Anne de Perthuis qui m’a courageusement accompagné même lorsque la pluie verglaçante a commencé à tomber, j’ai tout d’abord découvert l’arbre qui figure sur tous les ouvrages ou sites dédiés à ce lieu et qui revêt, en quelque sorte, le rôle d’emblème. Il affiche une circonférence de 5m70 (à 1m30 comme tous les arbres qui suivent) et une hauteur d’environ 30 mètres. Sa silhouette équilibrée au milieu de ce parc étendu a tendance à le rendre moins impressionnant qu’il n’est en réalité, mais il s’agit bel et bien d’un géant.

Mais il n’est pas le seul peuplier noir remarquable de ce lieu. S’il sort du lot, c’est par son port sans défaut et son état sanitaire parfait. En contrebas, le long du Louet, deux autres peupliers nous attendaient avec des circonférences tout aussi imposantes : 5m40 et 5m90.

C’est un magnifique tir groupé qui contenterait n’importe quel amoureux de la nature. Le portrait ne s’arrête cependant pas là.

Plus loin en aval, derrière un bouquet de cyprès chauves, on trouve deux chênes séculaires qui sont, à n’en pas douter, les doyens de ce pré inondable. En effet, alors que les peupliers semblent avoir dépassé le centenaire, ceux-ci auraient plutôt passé le cap du bicentenaire.

Au bord d’un étang gelé, le premier se pose là avec ses 5m50 de tour de tronc. Il semble en pleine santé contrairement à son voisin dont le houppier est largement dégarni. C’est sans doute la présence de ses grosses charpentières mortes qui m’a influencé, car je l’ai trouvé plus impressionnant que le précédent. Pourtant, au niveau des mesures, il n’en est rien car il n’affiche “que” 5m10.

La visite du parc est terminée, mais pensez-vous que ce soit la fin de cet article ? Que nenni !

En flânant le long de la rivière, vers l’amont, j’ai croisé deux autres magnifiques peupliers têtards. Contrairement aux précédents, ils ont été régulièrement taillés. Le premier est le plus singulier, car sont écorce est usée sur tout le pourtour du tronc, mais il ne semble pas en pâtir. 5m40 pour celui-ci, il n’est donc pas moins vénérable.

Enfin, voici le dernier qui, avec ses 5m10 n’a pas mauvaise mine non plus.

– 

Et si je vous disais qu’un peu plus loin au milieu d’un pré à chevaux, il y en aurait au moins un autre ? Si, si, sans blague. C’est tout ce petit bord de Loire qui est décidément remarquable. D’ailleurs, sans quitter le parc du château, on trouve encore au moins deux peupliers et deux chênes dont je n’ai pas parlé car ils étaient un peu plus petits que les autres mais qui valent le coup d’oeil. Au final, tous ces peupliers ne sont pas aussi gros que d’autres que l’on a déjà croisé [1][2][3], et à en trouver autant dans un même lieu, on serait tenté de ne pas penser qu’ils soient remarquables. Mais il suffit de se dire qu’on n’en trouve pratiquement pas ailleurs pour saisir toute la beauté.

Pour conclure, je tiens à remercier tout particulièrement mon hôtesse qui s’est montrée d’une patience d’ange sous ce temps à ne pas mettre les pieds dehors. Rendez-vous est pris, je retournerai si possible à Denée au printemps pour prendre des photos en feuilles et sous le soleil !

Catégories :Chênes de parcs, Peupliers
  1. Anne de Perthuis
    20 janvier 2010 à 15:36

    Je trouve votre documentaire remarquablement bien fait et vous attends avec joie pour un nouveau au printemps quand le temps sera plus color.

  2. 20 janvier 2010 à 17:58

    Merci pour ce compliment et au plaisir !🙂

  3. Sisley
    20 janvier 2010 à 20:55

    Trs ‘populus’ cette ballade, j’en ‘tremble’…

    De bien beaux exemplaires !
    Par contre, certains ne doivent pas trop apprcier la prsence questre d’aprs le tronc !
    a doit faire plaisir d’en contempler sous toutes leurs formes possibles : champtre en port libre, bilatral basse fourche, ancienne trogne multi brins,

  4. 20 janvier 2010 à 21:36

    Bel esprit Sisley !
    Et merci pour les termes techniques ! Je le replaerai un jour le « bilatral basse fourche » LOL
    Ca me laisse toujours une drle d’impression d’en trouver autant d’un coup, moi qui aime tant passer un maximum de temps autour d’un seul individu la fois… Presqu’un sentiment d’over-dose.

  5. Sisley
    20 janvier 2010 à 23:30

    De rien (lol) !

    Ce sentiment d’overdose, il m’est dj apparu, quand je devais me hter dans les visites (journe trop courte, route faire) et aussi quand j’tais avec des personnes qui apprcient les arbres mais un autre degr (sentiment de bcler le travail ).
    Enfin,……..
    Prends toi quelques arbres de rfrences et fais y de temps autre des visites plus sereines.
    Des fois, quand je me ballade, j’observe tellement d’arbres, j’essaye de les valuer, de bien de les apprcier, de dterminer telles ou telles espces, que j’en perd l’attention premire, qui est de profiter de ces instants d’harmonie.

  6. 21 janvier 2010 à 10:58

    Je vois qu’on se comprend parfaitement🙂 …

  1. 7 juin 2010 à 22:29
  2. 10 juin 2010 à 17:00
  3. 22 décembre 2014 à 11:50

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s