Accueil > Chênes verts, Ifs, Séquoias > Séquoias géants de Thouarcé (Maine-et-Loire)

Séquoias géants de Thouarcé (Maine-et-Loire)

(Un article de Gilougarou, l’arpenteur des bois)

Le village de Thouarcé nous avait déjà livré deux chênes imposants lors de mon premier article pour krapo [1], mais il n’est pas nécessaire d’aller se perdre en haut du coteau pour trouver de gros arbres. En plein cœur du village et en bordure du Layon, siègent deux séquoias dont les dimensions supplantent largement nos quercus.

Le premier, et le plus remarquable, se dresse fièrement au milieu de la place principale du village juste devant le centre social de Neufbourg. Ses dimensions sont impressionnantes pour un séquoia français. Sa circonférence à 1m30 atteint 6m90. Sa hauteur frise les 30 mètres et elle pourrait encore être supérieure vu que sa tête est bifide [2] ce qui indique un étêtage il y a une bonne vingtaine d’année. (clic les photos)

J’ai cherché à me renseigner sur son histoire et les services municipaux mon orienté vers un ancien du village qui m’a indiqué : “que les raisons de sa plantations se sont malheureusement perdues, mais que son âge serait compris entre 150 et 180 ans”. Les séquoias ont été introduits pour la première fois en France dans les années 1850, ce qui nous indiquerait un âge de 160 ans au maximum pour cet arbre en admettant qu’il fasse partie des tous premiers à avoir été semé.

Pour découvrir le second de ces arbres américains, il convient de se rapprocher du Layon qui coule au pied du bourg.

Il a été planté dans la discrétion d’une cour à l’arrière d’une maison au bord de la route. Mais c’était mal connaître cette espèce monumentale, et l’arbre a depuis longtemps dépassé les toits et se repère de très loin.

Avec ses 5m90 à 1m30 et sa hauteur qui dépasse allègrement les 25 mètres, il n’a pas à rougir face à son ainé du centre-ville. Son aspect indique également un âge moins avancé, car il a une forme parfaitement conique et moins tourmentée. De plus son feuillage est plus clair et plus fin. Sur place, j’ai trouvé une indication précieuse pour évaluer son âge : une souche d’if de 2m10 de circonférence qui m’a permis de dénombrer 103 cernes.

Au fond du petit jardin attenant, subsistent deux autres taxus qui encadrent l’entrée d’un pré. Leurs dimensions à 1m30 sont de 1m30 et 1m75. Le plus gros des deux présente lui aussi 2m10 à la base. Tout ceci donne de très bonnes indications sur la croissance des ifs (une moyenne de croissance de 1m50 à 1m30 par siècle semble donc une bonne base de départ), mais semble également me donner l’âge du séquoia. Pour compléter le tableau comparatif des arbres centenaires, on trouve aussi dans ce jardin un joli chêne vert de 15 à 20 mètres de haut pour 2m40 de circonférence à 1m30.

Partant de ce constat, on pourrait réévaluer l’âge du premier séquoia et ne lui attribuer plus que 120 ans. Mais il existe entre les deux d’importantes différences d’implantation : alors que l’aîné à du croître au milieu d’une place très fréquentées et souvent piétinée, le cadet, lui, est resté tranquillement dans un sol frais et meuble à une dizaine de mètres seulement du lit de la rivière. Je pense qu’il peut en résulter d’importantes différences de vitesse de croissance et je maintiens donc mon évaluation qui donne 100 ans à l’un et 150 à l’autre.

Pour conclure, je remercie tous les gens qui m’ont fourni des indications sur ces arbres et plus particulièrement le propriétaire du second séquoia qui m’a gentiment ouvert les portes de son jardin qui s’est avéré riche en enseignements. D’ailleurs, il est viticulteur et travaille dans une exploitation bio qui fait du Quart de Chaume [2].

Catégories :Chênes verts, Ifs, Séquoias
  1. Sisley
    9 janvier 2010 à 21:08

    Bien gaillards, tes deux spécimens !

    C’est quand même dingue, les différences de croissance chez le sequoiadendron en France : dans une fourchette de 110 à 150 ans, des individus peuvent aller de 3,80 m de tour à plus de 12 m !!
    L’eau et la fraîcheur de l’air lui vont à merveille et c’est pourquoi, quand les conditions sont réunies, on arrive à des constats étonnants. Tu as également trouvé une belle brochette d’autres espèces pour ce village.

    Voici le sequoiadendron /parc Neuvic d’Ussel (11,30 m de tour) :

  2. 9 janvier 2010 à 22:24

    Oui, c’est vraiment étonnant de trouver des arbres si gros pour « à peine » 100, 150 ans. Rien que dans cet article, on mesure les disparités de croissance entre les espèces : à 100 ans, on trouve un if de 1m30 et un séquoia de 5m90 ! Quatre fois et demie plus gros ! Merci pour ce séquoia gigantesque !

    J’ai pris contact et j’espère me rendre dès mardi prochain pour en voir un du même gabarit à la Belle Poule près d’Angers ! J’ai grand hâte !

  3. 10 janvier 2010 à 16:25

    Salut Gilles,

    un beau séquoia avec toujours ces dimensions impressionnantes pour si peu d’années d’existence. Comme beaucoup d’entre eux ont été plantés au début du XXè siècle, ils affichent des dimensions quasi identiques.
    Ce serait bien de retrouver les premiers exemplaires plantés dès 1853, qui ont des dimensions un peu plus imposantes (hauteur et circonférence). D’autres spécimens sont également remarquables avec des branches basses horizontales (comme celui de Carquefou en Loire-Atlantique).

  1. 7 juin 2010 à 22:29
  2. 10 juin 2010 à 14:28

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s