Accueil > Cormiers > Cormiers, Gresswiller (Bas-Rhin)

Cormiers, Gresswiller (Bas-Rhin)

Sisley s’est rendu vers la mi-septembre à un chantier organisé par le Conservatoire des Sites Alsaciens [1], afin d’aider au ratissage de la fenaison des pelouses sèches, sur les pentes du Wurmberg au Sud de Gresswiller.

“Une fois le matériel sorti, quelle ne fut pas mon étonnement, un honorable cormier juché là, à versant de pente sur la prairie et près de lui, un jeune âgé d’une quinzaine d’années. Le plus gros faisait 1,48 m de tour pour 10 m de taille. Un beau comité d’accueil !”

“Et quand, je questionnai le responsable à propos d’éventuels sujets dans le secteur, il m’en indiqua un beau sur une parcelle distante de 400 m, et de plus un vieux spécimen, bien posté en évidence sur une bute et visible des environs. Une fois avancé dans la journée et après l’avoir maints fois observé au loin, les nuages laissèrent place au soleil, je ne pouvais louper cet occasion, la distance me paru dérisoire tant j’avais hâte de le rencontrer.”

“Des vieux mirabelliers, un cerisier sur le déclin et quelques haies variées, puis le seigneur de ce terres qui apparut enfin face à moi. Une drôle d’impression, et je me lançai le voir de plus près. Un sorbier pas très grand, environ 11-12 m et une forme bien typique des sujets anciens, un feuillage assez clairsemé, la saison déclinait.”

“Arrivé à hauteur du tronc l’aspect du cormier respectable saute aux yeux, cette écorce si distinguée sur un ton de gris soutenu. Mis à part, un trou menu au bas du tronc, je ne remarquait pas de signes alarmant à première vue.”

“Et vint la fameuse mesure de circonférence, quelques dizaines de cm après, le ruban s’arrêta sur ces chiffres : 2,86 m à 1 m puis 2,98 m à 1,6 m. Des dimensions tout à fait appréciables, quand on estime qu’il à pu voir le jour sous l’époque napoléonienne. Je m’explique : le technicien, également fervent protecteur des cormiers, à mis des années à acquérir cette parcelle, car le terrain total est la réunion de multiples morceaux appartenant à des propriétaires différents. Une fois trouvés, il réussit à acheter la surface entourant l’arbre plus les environs.”

“Sur les plans cadastraux du début du XVIIIè on remarqua, que le parcellaire n’avait pratiquement pas changé et qu’actuellement on trouve encore des pierriers, résultant de l’activité du travail du sol datant de ces années. Cela ne prouve pas complètement l’âge de cet individu, mais connaissant quelques peu leurs croissance, les 150 ans sont un vrai minimum. Il est situé de telle manière à dominer complètement les alentours et derrière lui on voit clairement le piémont vosgien qui s’affiche. un endroit spécial, entre verger, haies, pelouses sèches, cultures et bosquets. On m’avait aussi mentionné un autre plus loin vers le village, mais j’ai du le manquer de peu, peut-être une autre fois… En somme une partie de l’Alsace bien fournie en fruitiers anciens. Normalement, un article faisant l’éloge d’un groupement assez important devrait voir le jour d’ici quelques semaines.”

Merci pour cette découverte l’ami Sisley, décidément tu es un ‘chasseur’ infatigable de ces vieux fruitiers. Les deux premier annonçaient déjà que la journée serait placé sous leur égide. Mais quel spectacle nous offre le doyen des lieux ! Idéalement placé, il déploie une superbe ramure et semble veiller sereinement sur les lieux depuis plus d’un siècle. (Chouette ta dernière photo avec les crocus).

Catégories :Cormiers
  1. gilougarou
    8 décembre 2009 à 17:38

    N’empêche, grâce à toi, Sisley, je sais reconnaitre les cormiers maintenant et j’en ai donc repéré plusieurs autour de chez moi. Bon, ils ne sont pas du même calibre que ceux que tu nous fais découvrir, mais on sait jamais, au détour d’un chemin… Je me tiens prêt !

  2. 8 décembre 2009 à 21:20

    Salut Gilles,

    c’est marrant, il m’est arrivé la même chose, maintenant j’en découvre dans des endroits insoupçonné, et même par ici il en existe quelques exemplaires. Bon après pour être au niveau du Sisley, faut s’accrocher !

    Du coup, j’ose espérer que ces arbres se sont dévoilés aux lecteurs de la même façon que pour nous, et que d’autres découvertes viendront enrichir l’inventaire. Sûr que ça plairait à Sisley si on lui en dévoilait poussant sur d’autres terroirs. Replantons des fruitiers anciens !

  3. Sisley
    8 décembre 2009 à 22:16

    Hello, l’ouest et le sud-ouest !

    Gilles,

    J’ai repensé à une petite série de vieux spécimens dans le pays des Mauges (pas si loin, nan ? )

    (peut-être en avez-vous déjà eu connaissances )

    – La Bourrelière, Liré (propriété privée, visible dps la route/ C: 3,5 m ; H: 18 m )
    – La Guillerie, Les landes fleuries, Andrezé
    Propriétaires – M. Barré et Perdriau ( C : 3 et 3,85 m )
    – Le martreil, Sainte Christine, propriété de M. de Romans, visitable de juin à septembre. Tel : (02 41 70 60 91)

    extrait de ( Des Racines et des Cîmes/ Les arbres remarquables des Mauges )
    Dommage, qu’ils sont tous dans le privé. La plupart sont toutefois visitables

    Et sinon, les quelques centaines répartis dans la Sarthe, dont une bonne quinzaine dépassent les 3 m de tour.

    Finalement tu risques de nous étonner plutôt que tu le penses !…

  4. gilougarou
    9 décembre 2009 à 09:37

    C’est là qu’on reconnaît les vrais passionnés !
    Ils sont capables depuis l’autre bout de la France de t’indiquer les beaux arbres qui poussent à proximité de chez toi. LOL.

    Décidément, Liré est une commune intéressante, après le Châtaignier, voici le Cormier et je vous envoie bientôt un magnifique chêne…

  5. Francis
    10 décembre 2009 à 18:11

    Te connaissant j’imagine très bien que t’as pas dû le lâcher du regard de la matinée celui-là ! A la première occasion hop-la plus de Sisley dans les parages. Magnifique cormier que voilà, faudra que tu me le présentes !

  6. Sisley
    13 décembre 2009 à 02:32

    Salut,

    Après, un peu de retard, voici ma réponse :

    – et oui, les arbres n’ont pas de limites géographiques pour les reporters invétérés ! (lol) , je dois tout de même avouer que tu as pas mal, fait fort avec certains reportages !!
    Un 6e sens pour l’arbre ‘remarquable’ ou pour nous, trouvé et jugé des fois au feeling !!

    Je vais essayer d’avoir plus d’infos sur les cormiers, histoire de faciliter les rencontres,…
    C’est pour autant chose gagner,…, car vous savez de quoi de je parle !

    …….

  7. 2 février 2010 à 00:14

    Cher Sisley,
    c’est avec plaisir que nous vous accueillerons, et avec vous tous les amoureux du cormier, pour venir voir le cormier du parc du Martreil (49170 Ste Christine).
    Un des plus beaux de l’ouest de la France, avec une circonférence de 3,70 mètres à 1,20 m de hauteur.

  1. 7 juin 2010 à 21:59

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :