Accueil > Chênes de futaie > Chêne des Partisans & Chêne Claudot, Saint-Ouen-lès-Parey (Vosges)

Chêne des Partisans & Chêne Claudot, Saint-Ouen-lès-Parey (Vosges)

Le chêne des partisans est l’un des arbres mythiques des Vosges avec un âge attribué de 700 ans. De passage dans les Vosges, Gilles s’est donc rendu sur la commune de Saint-Ouen-lès-Parey afin d’en savoir plus. Et là – surprise ! – il découvre qu’il est tombé il y a déjà fort longtemps.

« Si son nom hante encore notre mémoire collective, cela vient du fait que c’était vraiment un arbre hors norme. Sur place, les lieux sont balisés et des panneaux, agrémentés de photographies d’époque, expliquent l’histoire de cet arbre de légende. »

En 1634, les troupes françaises faisant le siège de la forteresse militaire Lorraine de La Mothe, pillent et incendient les villages environnants. Les habitants de Vrécourt, Sauville et Saint-Ouen-les-Parey sont ainsi contraints de se réfugier en forêt. Des groupes de partisans du Duc de Lorraine se forment pour lutter contre les troupes de Louis XIII et se donnent rendez-vous sous ce roi de la forêt, symbole de majesté, de longévité et de force.

Ce chêne multi-centenaire a été étêté en septembre 1926, par une forte bourrasque de vent. La description qu’en fait M. Viard en 1833 dans une lettre adressée à M. Laurent, sous-préfet de Neufchâteau, est la suivante : «  Ce chêne a, de circonférence à sa base, 13 mètres, … 5,70m à la naissance de ses principales branches qui se développent à 7,50m du sol… L’élévation de cet arbre est de 33.96m et son envergure de 25m. Son tronc et ses principales branches sont évalués à 171 décistères de bois d’œuvre, non compris 300 décistères de bois de chauffage. »

Vers 1926, un autre texte mentionne qu’il mesure plus de 14 mètres à sa base, 7,50m à la hauteur d’un homme pour une taille totale de 55m. Bien que nous n’ayons pas d’informations sur son âge, nous savons que son patronyme lui fut attribué lors de la guerre de Trente ans.

Au début de XXe siècle, ce chêne remarquable était classé parmi les curiosités naturelles du département. Plusieurs autres sujets aux dimensions toutes aussi imposantes, bordaient cette tranchée forestière tel, le chêne de la République, le chêne Henrys, le chêne Charles VIII et le chêne Claudot. Ce dernier est le seul subsistant à ce jour.

« En effet, de l’autre côté de l’allée forestière qui mène à la reconstitution en béton de la souche du chêne des partisans, on découvre un beau chêne, bien vivant celui-là. Le chêne Claudot doit son nom à un inspecteur des eaux et forêts de Mirecourt qui le fit classer par décision du Ministre des Beaux Arts en date du 29 Juin 1926. »

« Voilà un spécimen de plus de 30 mètres de haut que j’ai pu mesurer à 5,10 mètres de circonférence à 1m30. Il correspond au maximum de taille que l’on trouve communément dans nos futaies. Et c’est avec nostalgie que je me dit qu’au début du XXe siècle, ce maximum était supérieur, et qu’il est désormais de plus en plus rare de trouver des chênes forestiers à dépasser cette limite. Souhaitons lui encore une longue existence afin qu’il puisse atteindre les dimensions phénoménales de son illustre prédécesseur et ainsi pérenniser les légendes attachées à ce lieu. »

Ben ça alors, moi aussi j’avais le chêne des Partisans sur mes listes… Merci pour ce reportage Gilles,  en plus des photos, tu nous fourni de précieux détails sur l’histoire de cet arbre légendaire. Et puis, quoi de mieux pour fêter le centième article de la catégorie “chênes” que de saluer la mémoire d’un patriarche forestier disparu, et de présenter un plus jeune en bonne santé qui a repris le flambeau… Longue vie au chêne !
____

Mise à jour 30août 2010 :
L’association pour La Mothe – forteresse lorraine située à 10 km du chêne des partisans et rasée en 1645 sur ordre de Mazarin après avoir subi 3 sièges – vient de publier un article sur l’histoire et la légende du chêne des Partisans pour son bulletin 2010 « les cahiers de La Mothe ». (J’avais donné mon accord pour l’utilisation d’une photo de Gilles).

Publicités
Catégories :Chênes de futaie
  1. Francis
    17 septembre 2009 à 10:07

    J’adore !!! L’émotion est indescriptible lorsqu’on arrive aux pieds de Géants de la forêt tel que ce quercus là ! Et comme le dit si bien Gilles, il est de plus en plus rare de voir encore de tels spécimens orner nos forêts ! Par chez moi, il yen a quelques uns j’ai pas à me plaindre, mais pour combien de temps encore… Malheureusement à mon avis la relève n’est pas assurée, les forestiers devrait sélectionner dès maintenant des chênes (ou autres) de 3 à 4m de circonférence pour que plus tard les générations futures aient la chance de voir de tels monuments naturels !
    Et cela passe dès l’enseignement à l’école forestière, qui à mon avis est encore trop axée sur la production !
    Sait-on ce qui est arrivé aux 3 autres chênes de dimensions comparables qui tenaient compagnie au chêne des partisans ?
    ___
    Voici quelques beaux articles que je viens de découvrir sur un site, retraçant un peu l’histoire de notre vieille forêt gauloise et des croyances qui tournait autour. Bonne lecture.

    http://artsacre.info/ecrits/culture/linfluence_de_la_foret_sur_linconscient_des_francais.html

  2. 17 septembre 2009 à 14:49

    Salut Francis,

    Perso, je n’ai aucune information concernant les autres chênes disparus. Mis à part le chêne Henrys dont on peut trouver l’ancienne localisation sur une carte IGN. Mais peut-être notre Krapo possède-t’il quelques informations dans sa besace…

  3. 18 septembre 2009 à 13:56

    Salut Gilles & Francis,

    dans l’espoir d’avoir un peu plus d’infos sur les chênes disparus, j’ai écrit hier à l’ONF Vosges… en espérant qu’ils nous répondent !

  4. Isa
    21 octobre 2009 à 23:24

    bonjour,

    Oui, c’est génial un tel géant de la foret ! C’est une splendeur végétale et un témoin de l’Histoire comme de la vie quotidienne.
    En Angleterre, avec ma famille, nous étions allés dans la Forêt de Serwood, celle de Robin Hood ( Robin des bois, « hood » qui veut dire capuche, celle de Robin, et pas « wood » ).
    Nous avons admiré des chênes de 400-500 ans, sur environ 2 KM, avant de parvenir à un très fameux d’entre eux, très âgé, soutenu par des installations tout de même esthétiques autant que faire se pouvait, il avait été estimé à + 700 ans !
    Nous avons rapporté des cartes postales de ces beautés.
    Amicalement

  5. 21 octobre 2009 à 23:56

    Bonjour André,

    veuillez m’excuser pour le retard, mais ce commentaire était passé inaperçu.
    cela fait longtemps que je rêve de me rendre dans cette forêt mythique, je serais très intéressé par ces cartes postales, s’il vous est possible de les scanner, faites-les moi parvenir et je serais heureux de les publier (signalez-moi le nom des photographes indiqué au verso des cartes)

    Tous mes vœux pour cette année qui débute.

  6. Claudot-Helland Andr
    22 octobre 2009 à 00:08

    bonsoir,
    je ne retrouve pas mon commentaire sur les beaux arbres et sur celui de la foret de Sherwood (Robin des Bois).

  7. 22 octobre 2009 à 13:18

    Juste en dessous de ton dernier commentaire

  8. Jean CHARLES
    1 janvier 2010 à 19:09

    Bonjour,

    L’association pour La Mothe, forteresse lorraine située à 10 km du chêne des partisans et rasée en 1645 sur ordre de Mazarin après avoir subi 3 sièges, prépare justement un article sur l’histoire et la légende du chêne pour son bulletin 2010 « les cahiers de La Mothe ». Pouvez-vous l’autoriser à reproduire la photo des restes de la souche que vous avez publiée ? Le crédit photo; sera mentionné selon vos instructions. Merci. Cordialement. Jean CHARLES

  9. 2 janvier 2010 à 13:04

    Bonjour Jean,

    vous pouvez bien sûr utiliser cette photo pour votre bulletin « les cahiers de la Motte », Photographe : Gilles Montavon / publiée sur le krapo arboricole

    si cela est possible j’aimerais recevoir une photocopie ou l’article scanné
    (j’essaie de garder une trace de toutes les publications)

    Tous mes vœux pour l’année qui débute

  10. 3 janvier 2010 à 21:44

    Bonsoir Jean,

    Krapo vous a déjà répondu mais je le fais également :
    C’est avec plaisir que je mets ces photos à disposition selon les indications qu’il vous a transmises.
    Toujours heureux de voir que mon modeste travail de Krapo-reporter peut s’avérer utile.

  11. Descrot Jacques
    4 mai 2010 à 23:30

    Jacques Descrot a fait installer un menhir au pied de la souche du chêne des partisants en souvenir du menhir de la pierre hardie qui se trouvait à la forteresse de la Mothe ,il a fait un courrier au maire de St Ouen les Parey ,Jean Pierre Millot à l’époque pour que le chêne Claudot ne soit pas abattu,une grande réunion a eu lieu un soir à la mairie de St Ouen en présence des représentants de l’ONF (qui ont retracé la vie du chêne et celle du garde forestier ),le conseil municipal,des habitants de St Ouen.Un Grand Moment où a été évoqué la vie de la forêt Vosgienne et celle de ses Géants.

  1. 7 juin 2010 à 22:27
  2. 10 juin 2010 à 14:12
  3. 5 juillet 2010 à 11:40
  4. 17 septembre 2010 à 15:20
  5. 29 septembre 2010 à 10:04
  6. 11 juillet 2017 à 13:25

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s