Accueil > Chênes isolés > Chênes centenaires, Vigeois (Corrèze)

Chênes centenaires, Vigeois (Corrèze)

Lors de mon excursion en Corrèze, j’avais dessiné sur ma carte une boucle qui me mènerait pour le dernier jour vers le plus vieil arbre de ce département, à savoir l’if de Vigeois. De bon matin je mets en route pour parcourir les 40 kilomètres qui me séparent de l’ancien, rencontre avec plusieurs bons samaritains qui me prennent en stop jusqu’à Uzerche, et en avance sur mon programme, je me décide à parcourir la dizaine de kilomètres restants à pieds par la campagne. Bien m’en a pris, car mes pas m’ont mené à travers champs à deux belles découvertes arboricoles.

Le premier chêne rencontré se situe dans un pré à vache, court et trapu, j’ai de loin aperçu sa silhouette sombre qui se distinguait nettement en bord de haie.

chenea5.jpgchenea4.jpg

A ses pied s’étend une vaste prairie, et qui à en juger par les végétaux présents, semble être humide une bonne partie de l’année. Une circonférence de 4,95 mètres à 1,50m de haut ; pour seulement 11 mètres de hauteur. (clic les photos)

chenea6.jpg

Il m’a fait une bonne impression, après avoir vadrouillé par les forêts de Haute Corrèze dédiées aux épicéa, Douglas et hêtres ; quelle joie de retrouver un bon chêne bossu ! Un tronc tourmenté et abimé, de la mousse, des empreintes de vaches tout autour, les poils accrochés sur son écorce prouvent qu’elles aiment venir se gratter et se débarrasser de leurs parasites contre son écorce rugueuse ; un chêne sympathique !

Je regarde partout alentours car quand il y a un gros chêne… un autre ne se trouve jamais loin… Mais rien à l’horizon, je me remets donc en marche, et moins de 400 mètres plus loin un tronc épais se distingue aisément dans un bosquet de chênes.

cheneb1.jpg

Je saute la clôture, et je cours presque jusqu’à lui…

Guère plus gros que l’autre avec 5,10 mètres de circonférence à 1,50m de haut, mais en bien meilleur état sanitaire. Un tronc bosselé avec une drôle de forme, mais c’est surtout sa hauteur qui m’a impressionné : environ 22 mètres (soit le double du premier). Petite pause bien méritée, adossé contre son tronc je découvre l’endroit, le pré en pente douce mène à un étang bordé par un bois épais. Une petite visite s’impose, et j’y découvre quelques beaux hêtres élevés et aussi de vieilles carcasses de châtaigniers morts…

Un duo de chênes sympathiques, bicentenaires mais qui surtout n’étaient pas prévus au programme, quel bonheur de découvrir au hasard de la marche de vieux troncs… Pour les retrouver, de Vigeois prendre la route qui mène au stade de Foot (dir. Uzerch), un chemin proche de l’étang vous permettra de vous garer, faites le reste à pieds.

.

Catégories :Chênes isolés
  1. 11 septembre 2009 à 11:17

    Une très belle balade hein ! Cerise sur le gâteau deux beaux arbres, comme quoi la marche à pied a du bon, en voiture on ne voit rien.

    merci pour ce partage

  2. 11 septembre 2009 à 11:31

    Salut Booguie,

    et oui, la marche à pied ça a du bon !

  3. Sisley
    11 septembre 2009 à 13:09

    Ça j’adore ! Quand Krapo part en expédition hors des sentiers battus,
    et qu’il narre son tracé avec de belles descriptions.

    Pour un raccourci champêtre, ça nous dévoile deux bons chênes bicentenaires, ce n’est tout de même pas rien.

    Et l’if ?! Débusqué du coup ?
    ou ce sera pour une autre fois ?

  4. 11 septembre 2009 à 13:10

    Hello Sisley !

    j’étais tellement content de tomber sur eux…
    un département inexploré qui doit réserver bien des surprises…

    quant à l’if, oui je l’ai découvert mais ce sera pour un autre article ; bien vieux et avec 14 mètres de circonférence – il n’a rien à envier aux ifs normands !

    à plus

  5. 11 septembre 2009 à 13:10

    Salut !

    Les vieilles trognes champêtres…
    J’ai vraiment un faible pour ces chênes qui trônent au fond de leurs prés et semblent jouer aux bergers en veillant sur les troupeaux et qui les protègent de l’ardent soleil en leur prodiguant leur ombrage séculaire.
    A propos de vénérable qui peut en cacher un autre, c’est bien vrai !
    Tu te souviens de mon premier article
    https://krapooarboricole.wordpress.com/2009/03/31/chenes-de-la-soriniere-thouarce-maine-et-loire/
    et bien je t’envoie de suite un complément pour le chêne de Chemillé
    https://krapooarboricole.wordpress.com/2009/06/15/chene-de-chemille-maine-et-loire/
    qui étayera lui aussi cette théorie.

  6. 11 septembre 2009 à 13:55

    Salut Gilles,

    excellent ! « un gros chêne en cache toujours un autre… »

    dès que je publie, je te préviens par mail,
    le châtaignier de Liré se dévoilera demain… ou aujourd’hui…
    https://krapooarboricole.wordpress.com/2009/09/11/chataignier-venerable-la-beuverie-lire-maine-et-loire/

    je te souhaite un bon week-end

  1. 10 juin 2010 à 17:01

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s