Accueil > Chênes forestiers > Le chêne de Nerthe, Magescq (Landes)

Le chêne de Nerthe, Magescq (Landes)

Continuons l’exploration des Landes avec Éric, qui nous avait déjà fait découvrir deux chênes emblématiques de ce département [1][2]. Mais ce coup-ci, il nous emmène en ballade dans la forêt landaise à la découverte d’un sacré gaillard.

chnedenerthe2.jpgchnedenerthe4.jpg

“Le chêne de Nerthe, situé sur la commune de Magescq, à proximité de Dax dans les Landes, est vraiment splendide. Un chêne vigoureux, sans blessure aucune, sans branche morte, un jeune chêne en somme. Mais la circonférence du tronc mesure tout de même de 6,40 mètres à 1,60m de hauteur  !” (clic les photos)

“Un chêne impressionnant et magnifique, qui vaut le détour. On peut éventuellement s’y rendre en voiture, mais le chemin est quelque peu difficile. On s’y rend plus aisément à pied, dans le cadre d’une promenade d’environ 1 km.”

Merci pour la découverte Éric, quel chêne exceptionnel avec un tronc de toute beauté ! Vraiment je suis tombé sous le charme, et j’irais bien lire un livre adossé à ce fût qui semble si accueillant, sans aucun doute l’hôte de ces bois.

Pour vous y rendre, suivez la piste forestière qui part de Nerthe, le chêne est indiqué par un cercle rouge sur la photo satellite (voir ici), sinon demandez aux forestiers…
___

Mise à jour 10/09/09 :  Bernard est un grand admirateur de ce chêne, et il est actuellement en train de “batailler” pour le faire labelliser arbre remarquable.

“Ce chêne  est situé en pleine forêt de pins dans un ancien Airial (ruines de maisons autour). Sa circonférence à 1.30m est de 6.50 m, pour 27 mètres de hauteur.”

“Son âge estimé à 600 ans parles habitants du coin semble être confirmé par les méthodes d’estimation en fonction de la circonférence et du diamètre qui donnent des valeurs comprises entre 500 et 600 ans. Sa particularité est sa beauté, son harmonie son équilibre, sa majesté. Il n’est connu, compte tenu de son isolement (en pleine forêt à 2-3 km de la première habitation),  que par les randonneurs, joggeurs et vététistes. Vous trouverez ci joint quelques photos prises cette semaine.”

Ces coordonnées GPS sont : Latitude: N 43-7651988 / longitude : W 001- 1172886
En Lambert II E :    X :  321629.77 / Y :  1868730.31

26 mai 2010 : “Le processus de labellisation en arbre remarquable par l’association A.R.B.R.E.S. est en phase terminale. L’officialisation de cette labellisation devrait s’effectuer vers la mi septembre lors de la visite de A.R.B.R.E.S. dans les Landes.”
____

Août 2010 : chute d’une des branches principales du chêne de Nerthe.

Cette branche mesure 3,30 m de circonférence !

Ce vieux chêne vient d’être labélisé Arbre Remarquable par l’association A.R.B.R.E.S.
La cérémonie officielle de remise du label aura lieu le Samedi 18 septembre à 14h30.

Publicités
Catégories :Chênes forestiers
  1. Sisley
    20 août 2009 à 19:44

    Un chêne sans pareil celui-ci !!
    J’ai eu quelques fois l’occasion de me promener dans ces vastes pinèdes et je ne sais que trop bien que de voir autre chose que du résineux est devenu plutôt rare.
    Il parait qu’a l’époque les Landes était majoritairement recouvertes de chênes pédonculés, bouleaux, peupliers et moins de pins.

    P.S :Pour te répondre, oui j’ai passé de bons séjours (Ardèche, Aveyron, gironde, Haute-Savoie ), j’ai rencontré un recenseur d’un CPIE de Rouergue, on risque d’avoir pas mal de surprises d’ici qq mois ! sinon, j’ai effectivement qq découvertes étonnantes et autant de témoignages d’autres personnes mais sans photos.

  2. 23 août 2009 à 17:04

    Salut Sisley,

    une belle découverte ce bon gros chêne, perdu au beau milieu d’un immense peuplement de résineux. J’ai aussi lu sur la composition de cette forêt dans les temps passés, d’autres essences – un cycle d’exploitation plus long…

    Les derniers chênes de la forêt landaise se trouvent dans les airials, petits havres de feuillus entourant et protégeant de vielles propriétés forestières. Et comme celui-ci, ils résistent à toutes les tempêtes, solidement enracinés.

  3. 25 août 2009 à 21:13

    Les charpentières sont terriblement imposantes en effet.
    Quelle belle découverte !

  4. julien46
    26 août 2009 à 12:51

    J’aime bien ce chêne d’une part parce qu’il est très beau (circonférence, santé …) et d’une autre part il casse la monotonie des vastes étendues de conifères qui sont propres aux Landes.

  5. 13 octobre 2009 à 14:30

    Il mérite bien d’être classé en effet.
    Qui faut-il aller voir pour que cela devienne une réalité ?

  6. Capitaine Margaret
    21 décembre 2009 à 00:16

    A l’époque ?

    C’était il y a vraiment très très très longtemps puisque les défrichements massif dans les Landes ont commencé, comme dans beaucoup d’autres endroits, au néolithique et ont atteint leur paroxysme au Moyen âge, pour libérer les immenses parcours à moutons, indispensables pour apporter de quoi fumer les maigres terres de cultures.
    Les études de pollen qui ont pu permettre de remonter sur plusieurs milliers d’années dans certaines petites tourbières montrent cependant, avant les défrichements, une forêt mélangée composée majoritairement de chênes et… de pins (en grande quantité si l’on juge d’après les graphiques).

    Ceci dit, dans le Marensin, où se situe Magescq, la forêt a perduré. Et, si les chênes y occupaient leur part, les pins étaient dominants car valorisant mieux les sols les plus pauvres et produisant la résine et les goudrons, stratégiques et rémunérateurs.
    Toujours dans le Marensin, il est tout de même un peu caricatural de dire que l’on ne trouve plus de chênes lièges que dans les airiaux, les peuplements mélangés de pins avec un sous-bois de chêne liège ne sont pas rares (on y trouve 82% des chênes lièges, les 18% restants se répartissant entre les zones urbaines – 17%- et les airiaux -1%, les plus vieux).

    Pour le reste de la forêt, voir des feuillus n’est pas si rare que ça et il sont en augmentation, contrairement à ce que vous affirmez, même s’ils sont souvent en bordure, en sous-bois, rabougris et donc peu visibles; sans préjuger du fait que le pin est très largement dominant.

    Quand au peuplier, il n’a jamais prospéré dans les Landes dont les sols acides très contraignants sur l’eau ne lui conviennent absolument pas (à peine trouve-t-on quelques plantations dans des vallées en limite du Bas-Armagnac ou de la Chalosse), le peuplier noir est quasiment absent des vallées landaises où l’espèce la plus proche que l’on peut trouver est le tremble (et encore, il faut chercher un peu). A voir le site d’Archéolandes et celui du Liège Gascon pour plus d »informations.

    Vos photos sont superbes et ce blog très intéressant.

  7. 25 décembre 2009 à 13:50

    Merci pour toutes ces précisions.

    Nous sommes friands de toutes les données qui peuvent venir s’accumuler sur les articles déjà publiés. Ce blog est collaboratif et se propose de faire une somme de connaissances sur les arbres en général. Nous ne sommes que d’humbles amateurs passionnés, donc merci encore pour ces indications qui éclairent notre lanterne ainsi que celles de nos lecteurs.
    A très bientôt sur d’autres articles j’espère.

  8. 27 décembre 2009 à 10:38

    Bonjour capitaine !

    désolé de ma réponse tardive, mais j’ai des soucis de connexion…
    Merci pour toutes ces précisions sur la forêt landaise, il est bien agréable de vous lire car on sent que vous maitrisez votre sujet. Peut-être pourriez-vous nous aider à découvrir quelques arbres remarquables qui se cachent au cœur de cette forêt. Je pense aussi aux airiaux qui sont peu connus du public, et certains abritent quelques chênes somptueux. Ce blog est collaboratif, et c’est avec plaisir que je publie photos et mesures dendrologiques, nous ne sommes qu’une bande d’amateurs bénévoles, alors surtout n’hésitez pas !

    Bientôt un article sur les pins gemmés de la forêt de la Teste de Buch…

  9. saubanere
    23 mars 2010 à 15:49

    je ne vous le fait pas dire j’ai la chance de pouvoir mirer ce majestueux car ma mère est née non loin de ce chêne à la ferme de Nerthe et nous depuis tout gosse nous avons la chance de le voir s’élancer tout droit comme pour percer le ciel et de le voir au fil des saisons résister aux tempêtes en espérant que jamais rien ni personne ne vienne ternir son espace de vie !!!!!

  10. 24 mars 2010 à 15:19

    Bonjour,

    une voisine de ce chêne fabuleux ? Quelle joie cela doit être d’habiter près de ce magnifique chêne séculaire, si tout se passe bien c’est un arbre qui devrait bientôt se voir protégé et classé. Si vous connaissez d’autres monuments naturels dans les environs, c’est avec plaisir que je publierais photos & mesures.

    à bientôt

  11. Sisley
    6 août 2010 à 23:10

    Le chêne se rééquilibre ou est-ce des agents extérieurs qui l’ont défait de cette grosse branche ?!

    Toutefois, même si c’est dans l’ordre des choses, j’espère qu’il avait un peu anticiper le coup pour mieux créer la barrière contre le monde de dehors et ses opportunistes.

  12. 7 août 2010 à 13:58

    C’est toujours terrible et impressionnant à voir de telles images.
    Merci, en tout cas à Bernard de nous l’avoir fait découvrir à l’apogée de sa gloire.
    Il va entrer maintenant très vraisemblablement dans une longue phase de sénescence et il n’est donc que justice qu’il obtienne son label qui accompagnera ainsi sa « retraite » que l’on souhaite encore longue : il en a les moyens !

  13. 9 août 2010 à 11:39

    Salut Sisley & Gilles,

    Pas plus d’infos sur la chute de cette grosse charpentière – un gros coup de vent, la vieillesse ? J’ai pris peur en ouvrant le mail, j’ai eu peur qu’il soit plus abimé que ça ! Mais comme la labellisation est là, dorénavant les hommes seront aux petits soins avec lui, et un bon arboriste devrait venir sous peu lui prodiguer quelques soins nécessaires pour entamer sa retraite dans les meilleures conditions possibles.

    On aura des nouvelles régulièrement grâce à Bernard.

  14. 14 août 2010 à 13:27

    C’est bien dommage !!

  15. alternatives Abesse SaintPaullèsDAX
    16 septembre 2010 à 20:23

    ci joint un doc sur Nerthe et son histoire…
    Extrait article publié dans le bulletin de la société de Borda :
    Laurence Puyoo et Iñaki Zubillaga :1999 3ème trimestre

    Problèmes concernant les animaux :
    Les loups :
    Le 22 septembre 1811, un étranger à la commune, originaire de Linxe, est interpellé par les St-Paulois. Ceux-ci le soupçonnent d’être un déserteur. Il s’agit d’un journalier qui a « subi le sort » dans la ville de Linxe. Sa mésaventure est consignée dans les registres des procès verbaux : « Arrivé il y a quatre ans dans la commune de Gourby, il fut attaqué par un loup qui venait de dévorer un pasteur, il a reçu des blessures si graves que son corps en est meurtri, en danger de mourir et transporté à l’hospice civil de Dax, où il avait été trépané…21 ». L’individu est conduit à la gendarmerie de Dax. Le 15 mai 1827, une battue est organisée: le loup a été repéré dans la barthe du moulin de la Nabe, c’est un endroit facile pour le surprendre aux dires des chasseurs. « Ils réunissent le plus grand nombre possible des braconniers et traqueurs », arrivés à Angouade, lieu de rendez-vous. Le loup est mis en fuite par un coup de feu maladroit. L’animal franchit la prairie de la Nabe et les champs de Lacroutz. « Ils nous échappent dans l’endroit où personne ne serait attendu de le voir passer, on le voit s’en aller tranquillement du côté de Doute… » Les traqueurs le suivent puis finissent par perdre sa trace aux abords du ruisseau de Lez. Le 22 juillet 1829, des loups sont réfugiés dans le bois de Nerthe, en limite de la commune de St-Paul. Les habitants de Magescq, St-Paul, St-Vincent-de-Paul, Téthieu, Gourbera, Herm, Taller, Mées, Angoumé, Rivière, Gourby, Saubusse et St-Geours se regroupent et organisent une battue intercommunale à Abesse. Trois loups ont détruit la moitié d’un troupeau. (Soient 50 moutons tués, les autres se sont dispersés, blessés). Ces animaux sauvages sont dans le secteur depuis plus d’une année, ils se déplacent à deux ou trois : « Ils dévorent les vaches ou autres bestiaux, on entend le bruit épouvantable que font les vaches sur la lande, qui se réunissent pour se défendre » .Voilà comment le garde-champêtre de St-Paul nous décrit cette fameuse battue, : « Une vingtaine de braconniers sont dispersés depuis l’endroit appelé Ferrière Vieille, vers le nord, en logeant les pignadas du Baron et de Pintesèque, pour tenir le bois de Nerthe… Les braconniers sont chargés de se rendre à Nerthe pour prévenir le maire de Magescq, propriétaire de Nerthe. Nous restons environ deux heures dans cette position sans recevoir des nouvelles. Bientôt nous voyons nos gens traverser la lande de Nerthe à Abesse pour s’en revenir. Les habitants de Magescq tenaient la ligne à l’ouest et sud du bois de Nerthe, nous avions déjà entendu quelques coups de fusils tirés dans la partie de cette ligne. Le maire de St-Paul nous envoie le pied d’un loup qu’il a lui même abattu, un second a été blessé et un troisième leur a échappé et a disparu… ». Cette chasse aux loups se termine par des réjouissances. Le 27 mai 1830, dans une correspondance du maire au sous-préfet, on apprend les ravages commis par les loups. Les loups se sont habitués au pays car on constate la présence de louveteaux. Ils se réfugient dans les bois, les Barthes, les pignadas des environs (communes précitées). Leur lieu de passage et de refuge habituel est le bois de Nerthe, souvent à la même heure, en début d’après-midi. Pour éviter les incidents tels qu’une chasse à d’autres gibiers, il est désormais interdit de tirer un seul coup de fusil ni de faire un seul bruit en dehors de la battue organisée.
    C’est la sous-préfecture qui fixe le jour de la battue, le maire de St-Paul préfère qu’elle ait lieu un jour de fête (St-Jean ; St-Pierre) plutôt que les dimanches où les habitants ont à faire au bourg. Le 28 juillet 1840, les loups se refugient toujours à Nerthe après avoir effectué des ravages dans les communes voisines.

    21. cf article dans Le Journal des Landes du 11 mai 1807 n°473 où les faits relatés confirment les dires de ce « vagabond »: un pasteur a été dévoré par les loups et un pâtre qui se trouvait là fut blessé très grièvement.

  16. Thomas Renée
    19 septembre 2010 à 10:34

    Nous sommes 3 filles (70-78 ans) à faire la promenade du lac de Christus à pied – env. 3 h – les bois sont magnifiques et étions jusqu’ici à l’ombre des pins – avec l’abattage des bois nous ferons notre promenade printemps ou automne mais le chêne est tellement magnifique que souffrir un peu de la chaleur cela vaut le déplacement (2 ou 3fois par an)

  17. Sisley
    23 décembre 2010 à 17:03

    Extrait de la labellisation du 18 septembre 2010 :

    http://picasaweb.google.com/filipendula9550/CheneDeNerthe#slideshow/5553905099063913202

    – – – –
    Quelques photos supplémentaires :

    http://allo-olivier.com/Forums/viewtopic.php?id=7622

  18. 24 décembre 2010 à 09:00

    Merci Sisley !

    • 25 août 2011 à 17:26

      je suis une habituée du gros chêne de nerthe puisqu’ayant mais racines ancrées non loin de là. A titre indicatif pour tous ceux qui se questionne sur la chute de la branche du chêne ce n’est en aucun cas l’intervention de l’homme qui a eu raison de la majestueuse mais seulement l’usure du temps , le passage des frelons et abeilles qui ont élues domicile et creusé des galeries où s’est infiltrée l’eau de pluie ainsi que le gel des hivers passants. Sous son poids et sa fragilité celle ci n’a pu que cédait et abandonné l’ossature de l’arbre le laissant meurtri et ouvert à coeur. Et c’est çà qui m’interpelle aujourd’hui car lors de l’inauguration il avait été promis qu’un pansement serait appliqué sur le moignon restant mais un an bientôt et toujours rien ne panse sa blessure!!!!je crains pour l’hiver qui vient qu’il ne s’abime et ne souffre d’autres infiltrations ou gelées.J’ai dans mes connaissances une personne paysagiste qualifiée pour ce genre de chose qui m’a proposé son aide bénévolement pour réparer le moignon abimé mais je ne sais pas à qui il faut que je m’adresse pour obtenir l’autorisation de faire soigner le majestueux avant l’hiver si possible
      merci de m’informer au plus vite afin que j’effectue les démarges nécessaire afin que bien encore des générations puissent venir admirer ce morceau de patrimoine que l’on a la chance d’avoir!!!!

  19. 25 août 2011 à 19:10

    Il faut faire attention, si il y a utilisation d’enduit, d’en prendre un qui laisse passer l’air, car le bois doit à tout prix respirer.

    Le mieux serait de tronçonner la partie en moignon afin d’atteindre une section plane, c’est à dire couper les 40-50 cm de déchirures et seulement après disposer votre protection.

    L’arbre est labellisé par l’association a.r.b.r.e.s. donc la commune de Magescq gère à l’heure d’aujourd’hui cette arbre.
    I
    l faut soit s’adresser en mairie, soit à l’onf locale, s’y il se trouve en forêt domaniale.
    Sinon je ne sais pas trop qui contacter….

  20. 28 août 2011 à 12:22

    merci pour la reponse je vais me renseigner aupres de la mairie car il n’est pas en foret domanial le terrain appartient à une proprio privée pas d’inquietude pour la cicatrisation il est prevu de faire couper une partie de moignon afin d’appliquer le goudron sur une surface plane et lisse j’espere obtenir l’autorisation avant l’hiver!!!!!

  21. christophe
    30 octobre 2011 à 19:53

    bj ai visité le chéne de nerthe il est magnifique ! ne faudrait t il pas retaille la branche cassé au raz du tronc pour évité qu il ne pourisse de l;interieur ca serait dommage!!!!!

  22. ros
    6 septembre 2012 à 09:44

    J’ai attendu une année avant de découvrir ce chêne. Magnifique! J’y retourne bientôt…

  23. wim Brinkerink
    10 septembre 2012 à 22:07

    Hi French people. I am in Landes since a few days and today I have been looking for this tree. Pity I couldn’t find it. I cane very far. I saw some people have given signs, but in the end I couldn’t find it. Hi Sisley we have met before in a Dutch site. Could you give some extra indications?
    .

  24. 11 septembre 2012 à 12:07

    Hi.

    The oak is near the ruins of ‘Grande Nerthe’ in a perimeter of 100 m around the site.

    The three photos can explane the localisation of the tree.

    https://picasaweb.google.com/112658962006782750269/MagesqOak

    • wim Brinkerink
      13 septembre 2012 à 11:52

      Thank you Andre. I am not sure if I will still be able to go and see it, but neverheless thanks. Wim

  25. bascolandais
    4 novembre 2012 à 20:45

    je suis tombé dessus et je peux vous dire qu’un arbre comme celui la j’en ai jamais vu d’autres .Il est magnifique

  1. 7 juin 2010 à 20:01
  2. 8 juin 2010 à 00:36
  3. 8 juin 2010 à 15:16
  4. 10 juin 2010 à 15:05

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s