Accueil > Celtes > Noms d’arbres dans l’Auraicept

Noms d’arbres dans l’Auraicept

L’Auraicept na n-Éces « le manuel des lettrés » est un livre du VIIè siècle, remanié maintes fois pendant les siècles qui suivirent avant d’être recopié au XIIè siècle. Ce livre a été écrit 600 ans avant « De vulgari eloquentia » de Dante Alighieri, et 200 ans avant l’oeuvre du moine bulgare Chernorizets Hrabar. George Calder a établi une traduction en 1917, en utilisant différentes sources : le Livre de Ballymote, le Livre Jaune de Lecan, le manuscrit Egerton, les textes du Trefhocul.

L’Auraicept affirme que Fenius Farsaidh a découvert quatre alphabets : l’hébreu, le grec et le latin, et enfin l’Ogham – et que l’Ogham est le plus perfectionné, car il a été découvert en dernier. Le texte est à l’origine de la tradition qui veut que l’écriture Oghamique a été nommée d’après les arbres [1], le texte répartit les arbres en quatre catégories.
Ce tableau vous explique comment on peut reconstituer les Oghams tels que les anciens les connaissaient, dans l’orthographe qu’ils utilisaient et avec le sens qu’ils lui donnaient. En lisant ce tableau, vous verrez que les anciens n’avaient pas une seule opinion sur les lettres oghamiques. (clic les tableaux)

Les arbres chefs de clan :

tableaudesnomsdarbredanslauraicept1232644648875.jpeg

Les arbres paysans :

tableaudesnomsdarbredanslauraicept1232644623849.jpeg

Les arbres buissons :

tableaudesnomsdarbredanslauraicept1232644599314.jpeg

Les arbres herbes :

tableaudesnomsdarbredanslauraicept1232644571372.jpeg

Notes :

Police de caractères Times new Roman : Ogam de Fenius (4 groupes d’arbres énumérés)

Police Book Antiqua : Ogam  d’Ogma (3 groupes annoncés, deux énumérés explicitement)

Entre parenthèses le rang des arbres selon Ogma quand il diffère de celui de Fenius. Il arrive quand même qu’ils soient d’accord, alors les noms donnés par Ogma sont simplement en police Antiqua grasse (exemple : le chêne). La liste des arbres donnée par Ogma est incluse dans celle donnée par Fenius. Quand vous ne voyez pas de nom d’arbre en Book Antiqua, c’est qu’il est absent de la liste d’Ogma.

[note 1] En Grande-Bretagne, il existe trois sortes de sorbiers natifs, souvent appelés « Service Tree. » Cela crée une confusion avec l’if, quelques fois lui aussi appelé « service-tree » (et toujours par Calder). Cette imprécision dans la traduction de Calder explique une confusion courante entre le sorbier et l’if dans les livres parlant de l’Ogam.

Ces sorbiers diffèrent par leur taille, et par la disposition et la taille de leurs fruits (qui varie de celle d’une petite baie à celle d’une prune).
1. Rowan (Sorbus aucuparia) ou Mountain Ash ou ‘True Service Tree’. Irlandais moderne: caorthann. C’est le sorbier des oiseleurs.
2. Whitebeam (Sorbus aria) [Poutre blanche].
3. Wild Service Tree [Arbre de service, sauvage]  (Sorbus torminalis) Chequers.

_____________

Si voulez poursuivre plus avant, je vous conseille la lecture de cet article : « Les noms de lettres de l’Ogam, leurs équivalents végétaux et leurs équivalents poétiques » [2].
Ou encore ces pages de traduction qui fournissent des renseignements précieux [3] [4].

Sans oublier de consulter le livre de Robert Graves « Les mythes celtes », celui de Christian Guyonvarc’h « Magie, médecine et divination chez les Celtes ». Les Oghams transcrits en langue gaélique ont subi de nombreuses variations au cours des siècles, (leur traduction se révèle parfois bien compliquée) ; plusieurs alphabets dans lesquels on se perd, car les caractères de l’alphabet oghamique ont aussi un rôle divinatoire ou magique…

Ci-dessus, une page du livre de Ballymote (clic pour agrandir).

Catégories :Celtes
  1. Sisley
    28 avril 2009 à 12:57

    Un peu le langage des arbres !
    Intéressant et ça montre les liens entre les essences et ce à quoi on les reliait.

  2. 28 avril 2009 à 13:40

    C’est un vieux matériau qui a traversé les siècle depuis très loin…
    Tu as lu dans les notes sur les 3 sorbiers natifs d’Angleterre ?

  3. 28 avril 2009 à 13:56

    Je ne dirai qu’une chose : passionnant…
    Comment vais-je faire pour me plonger là dedans ?
    C’est carrément la crise au niveau du temps qui passe…

    Amitiés iséroises
    Paul

  4. 28 avril 2009 à 14:35

    Salut Paul,

    content de te relire, tu te fais rare ces derniers temps.
    Comme tu le rappelles, c’est « passionnant » de se plonger dans l’Auraicept,
    il s’agit d’un très vieil alphabet qui a traversé les âges…

  5. Sisley
    28 avril 2009 à 22:47

    Oui, oui les sorbiers natifs.
    Ils font partie de mes essences préférées
    et c’est pas pour rien que le cormier est un proche parent !

  6. 30 avril 2009 à 15:16

    Reste plus qu’à trouver un lecteur anglais…

  1. 9 juin 2010 à 14:11

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s