Accueil > Chênes isolés > Le vieux chêne du Graau, la Morinière, Andrezé (Maine et Loire)

Le vieux chêne du Graau, la Morinière, Andrezé (Maine et Loire)

Ce chêne se trouve dans le pré du Graau , à la Morinière, commune d’Andrezé dans le Maine et Loire. Le vieux chêne du Graau s’inscrit dans un ensemble de chênes remarquables disséminés aux quatre coins des Mauges et toujours plus rares puisque l’on en compte plus qu’une trentaine à ce jour. Bien que vieillissant, le vieux chêne – fort de ses 25 mètres de haut et d’une circonférence de plus de 6 mètres – est toujours solidement ancré.

« Voilà pourtant soixante-dix ans qu’il ne devrait plus agrémenter les paysages du Graau. Offert par la famille Bigot, il aurait dû être abattu pour assurer le chauffage de l’école d’Andrezé, entre les deux guerres ; ce ne fut pas ainsi et personne ne s’en plaindra. »

On remarque aisément, sur le tronc du vieux chêne, d’importantes galeries. Celles-ci ont été creusées par la larve d’un insecte coléoptère : le Grand capricorne, que l’on appelle localement « biche ». Bien que protégée à l’échelle européenne, l’espèce n’est pas rare dans les Mauges, et elle recherche les vieux chênes dépérissant.

chenedugraau5.jpg

« Cet arbre est situé dans un pré que mon père exploitait il y a longtemps déjà puisque maintenant il a 86 ans. Depuis ses terres ont été vendues à la commune qui en a fait un lieu de balade à pied ou à cheval, puisqu’un centre équestre est installé sur ces même terres. Cet arbre, je le connais depuis que je suis toute petite et à vrai dire, il m’interpelle plus maintenant qu’à l’époque où je vivais à côté. Un ancien lavoir a été rénové dans ce même pré et près de cet arbre. C’était là que ma mère venait laver son linge. Mon petit fils qui a 8 ans adore aller se balader dans cette propriété où je ne manque pas de lui raconter les anecdotes de mon enfance. Entre autre, il a du mal à imaginer que ma mère venait laver son linge dans ce lavoir aussi éloigné de la maison. Le monde a bien évolué, la preuve ! »

Merci pour le partage Marie-Hélène, il s’agit d’un vieux chêne bien ancré dans son terroir, ça me plait quand l’histoire d’un arbre rejoint celle des hommes habitant à côté. Et je me suis plu à lire l’histoire de ta famille et le lien qu’elle entretient avec ce vieux chêne. Il semblerait donc que les Mauges recèlent bien des trésors arboricoles…

Marie-Hélène écrit un blog, rendez-lui une petite visite, c’est par ici.

___

Mise à jour octobre 2009 : Gilles s’est rendu auprès de ce vieux chêne.

De passage dans les environs, j’ai fait un crochet pour aller voir le gros chêne du Graau et je dois dire qu’il vaut le détour. J’ai pourtant déjà vu quelques gros chênes, et en plus, celui-ci est à moitié mort, mais il en impose avec son tronc de 16 mètres au moins de haut. Il est très élancé et ses charpentières sont énormes. Sa circonférence à 1m30 est de 6m tout rond. Il est l’un des chênes les plus impressionnants de l’Anjou.

A l’entrée du parc, se trouve un panneau qui décrit la balade avec une ancienne photo couleur de l’ancêtre qui le montre recouvert de feuilles et sans branche morte. Les « biches » semblent donc faire du « bon » travail en le minant à vitesse accélérée.

Je suis bien content d’avoir pu le contempler de son vivant. Je n’avais pas beaucoup de temps, alors je n’ai pas fait le tour du parc du château, mais il m’a semblé qu’il accueille de très beaux arbres. J’y retournerai donc sûrement, pour les découvrir.
____

Février 2011, Gilles s’est à nouveau rendu auprès de ce vieux chêne.

« Tu peux découvrir qu’il a été élagué franchement (mais pas drastiquement) de son bois mort pour prévenir toute chute de branches pourries et le délester. »

« Les grosses charpentières sèches n’ont pas été entièrement enlevées car elles servent de contre-poids, preuve que l’acte a été finement réfléchi. En effet, sur une de mes nouvelles photos, on aperçoit clairement que l’arbre a poussé penché. Or le bois mort se trouvait à l’opposé. Il aurait été hasardeux de tout enlever au risque de provoquer la chute de l’arbre entier. Malheuresement, c’est ce qui l’attend. En effet, une petite moitié de la base du piètement est morte, creusée par les insectes. Pour l’instant, il s’agit de bois dur et solide, mais quand on voit l’évolution du Montaloyer dont ce même bois mort s’effrite maintenant sous la main, ce cataclysme risque fort d’arriver plus tôt qu’on croit. »

« L’arbre aux enfants » on en a ici la preuve !

Catégories :Chênes isolés
  1. gilougarou
    23 avril 2009 à 16:47

    Marie-Hélène, tu peux nous faire encore 30 autres articles comme celui-ci pour Krapo, si tu veux. Je suis arrivé en Anjou récemment et j’étais loin d’imaginer tous les trésors arboricoles qui s’y trouvaient.
    C’est vraiment sympa !

  2. 23 avril 2009 à 17:43

    Bonjour Gilles,

    je suis d’accord, Marie-Hélène peut nous préparer plein de reportages arboricoles pour nous présenter les arbres d’Anjou. Je vais te faire passer une petite liste, tu verras ce département agricole recèle de trésors…

  3. 23 avril 2009 à 18:05

    Bonjour à toi,

    ce vieil arbre offre certainement encore le gite est le couvert pour une multitudes d’animaux en tout genre, elle est pas belle la vie, quand on pense qu’il aurait dû être abattu. Il reste encore des gens sensés et c’est bien. Une amicale pensée.

  4. 23 avril 2009 à 19:08

    Bonjour Booguie,

    Comme il aurait dû servir à chauffer l’école, cet arbre est aussi appelé « chêne aux enfants » par les habitants. Ce qui lui va bien, car la vallée du Graau devient ouverte au public, et ce sombre gardien risque d’avoir nombre de visiteurs turbulents pour ses dernières années.

  5. Sisley
    23 avril 2009 à 20:34

    J’adore !!

    Un chêne qui finit son périple au bord d’un étang dans un petit pré enclavé.
    ça doit être un peu l’éden des chênes grabataires !

  6. cheyenne
    24 avril 2009 à 09:22

    …quel bel endroit ! Très bucolique…. on se croirait dans la Comté !

  7. 24 avril 2009 à 11:58

    Bonjour Sisley & cheyenne,

    un endroit bucolique pour finir ses jours tranquillement, il est vrai que cela rappelle un peu la Comté vallonnée et verdoyante… Pourtant j’avais trouvé des photos de cette lointaine contrée, et il me semblait que c’était de l’autre côté de la Manche…
    https://krapooarboricole.wordpress.com/2008/05/19/trees-and-wood/

  8. 23 mai 2009 à 23:27

    Bonsoir,

    Ravie de voir que ce document ait attiré votre attention et qu’il vous ait permis de découvrir cet endroit bien joli et agréable où vit ce grand chêne. N’hésitez pas à vous arrêter lui faire une petite visite si vous passez dans cette région. Vous pourrez aussi faire une jolie promenade autour du château. Alors ne vous privez pas et bonne balade à ceux qui viendront le découvrir.

  9. 25 mai 2009 à 14:56

    Bonjour Marie-Hélène,

    en espérant que ce chêne reçoive encore de nombreuses visites…

  10. Yves Gallard
    12 janvier 2011 à 00:36

    Enfant, je me cachais à l’intérieur de son tronc. Merci d’avoir réveillé ce souvenir…

  11. 12 janvier 2011 à 10:46

    Salut Yves,

    merci de ton témoignage, c’est chouette de lire les mots d’un enfants devenu grand, et qui se rappelle encore avec émotion qu’il se cachait au creux du vieux chêne, aussi appelé « chêne aux enfants ».

  1. 7 juin 2010 à 20:16
  2. 8 juin 2010 à 22:15
  3. 10 juin 2010 à 17:01
  4. 11 juin 2010 à 15:07

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s