Le Câd Goddeu – « le Combat des Arbres »

Le Câd Goddeu est un ancien mythe gallois, « le Combat des Arbres » est livré entre Arawn roi d’Annwn « le lieu sans fond » et les deux fils de Dôn, Gwydion et Amaethon. Ce combat des arbres fut occasionné par un vanneau, un chevreuil et un petit chien d’Annwn.

Le Roman de Taliesin contient un long poème, ou groupe de poèmes alignés bout à bout, désigné comme le Câd Goddeu et dont les vers semblent être dénués de sens, parce qu’ils ont été délibérément mélangés.

Robert Graves, avec beaucoup de patience a séparé bon nombre de lignes du poème du combat des arbres, avec quatre ou cinq autre poèmes auxquels ils sont mêlés. Voici une tentative de restauration des parties faciles :

De mon siège à Fefynedd (lignes 41 – 42)
La cité solide,
J’observais arbres et végétaux
Passer d’un pas rapide.

Voyageurs épouvantés (lignes 43 – 46)
Et guerriers surpris
croyaient voir ressuscités
Gwydion et ses conflits

A l’attache de ma langue (lignes 32 – 35)
Un combat s’engage ;
Par-derrière, dans ma tête,
Un autre fait rage.

L’aune se jette en la bagarre. (lignes 67 – 70)
Il est au premier rang.
Mais le saule et le sorbier
Sont bien plus prudents.

Comme un fort inexpugnable (lignes 104 – 107)
Le vieux houx vert sombre
Lacère les mains rougies
De coups de griffe sans nombre.

L’infanterie du chêne ébranle (lignes 117 – 120)
La terre et les cieux
Le “vaillant gardien de la porte”
Est célèbre en tous lieux.

L’ajonc magnifique combat (lignes 82- 81- 98- 57)
Tout près du jeune lierre.
L’arbitre était le noisetier
En ces temps de sorcière.

Le bouleau, pourtant fier, (lignes 84 – 87)
Prit lentement sa place.
Non pas qu’il fut couard,
Mais de trop noble race.

La bruyère consolait (lignes 114- 115- 108- 109)
Les soldats à bout,
Surtout les grands peupliers
Brisés de partout.

Leur troupe au champ de bataille (lignes 123 – 126)
Crut faire naufrage
Tant y creusa de trouées
L’ennemi sauvage,

Ô rois j’exalte la vigne, (lignes 127- 94- 92- 93)
Son emportement
Les ormes étaient ses pages
Partout la suivant.

Troènes et chèvrefeuilles (lignes 79- 80- 56- 90)
S’attardèrent ensemble.
Peu coutumier des faits d’armes
Le joli pin tremble.

« Les commentateurs, trompés par l’enchevêtrement des vers, se sont pour la plupart, bornés à laisser croire que la tradition celtique attribuait aux druides le pouvoir de transformer les arbres en guerriers et de les envoyer au combat. Mais le combat décrit par Gwion n’est pas un combat frivole, pas plus qu’un engagement physique, mais une bataille menée intellectuellement dans les cerveaux et dans les langages d’initiés. » (Robert Graves)

Lire la version entière du poème, traduite par DW Nash, c’est ici (237 vers).

Si vous souhaitez approfondir le sujet, je vous invite à lire les Mythes Celtes de Robert Graves (il développe sur plusieurs dizaines de pages…), l’Alphabet des arbres de Myriam Philibert (une approche différente), ainsi que l’analyse qu’en a faite Christian Guyonvarc’h dans “Magie, médecine et divination chez les celtes“. Car ce n’est pas une mince affaire de comprendre toute la portée de ce texte, et chacun des auteurs apporte quelques nuances intéressantes.

L’illustration choisie “Birth of Taliesin” est de Katherine Sunderland, d’autres dessins sont visibles sur son site, par ici.

Lire un fac-similé du manuscrit original, ici. (le lien est mort)

15 réflexions sur “Le Câd Goddeu – « le Combat des Arbres »

  1. Voilà qui est drôlement intéressant en effet ! On sent bien qu’il ne faut pas prendre la description du combat au premier degré, mais quant à en saisir le sens profond, c’est une toute autre affaire !

  2. Sisley

    .
    J’ai toujours été conscient que les arbres savent se battre à leur manière, alors qu’en je vois que des aulnes guerroient et des saules, sorbiers suivent ça m’encourage ! Ah ces gallois, ils avaient vraiment su apprécier les arbres à leur juste valeur !

  3. Salut Sisley,

    content que ce texte te parle…
    il a servi d’inspiration à des écrivains comme Shakespeare,
    ou des contemporains comme J.R.R. Tolkien avec la marche des Ents…
    mais il faut voir plus loin qu’un simple combat d’arbres… bien plus loin…

    à plus

  4. Je ne sais pas où vous avez trouvé ces images, mais super !
    je prendrais un peu plus de temps pour lire tous cela.
    Bon, continue ainsi

    moi aussi je suis en train de monter un projet, jetez un coup d’œil
    salut! !

  5. Bonjour alfaslam,

    les images… c’est beaucoup de lectures et de recherches…
    et puis j’essaie d’en dénicher de nouvelles, qui ne sont pas encore sur le net,
    oui, prends le temps de relire ce poème, un vieux mythe gallois,
    à l’origine de tant d’histoires d’arbres qui se mettent en marche…

    Il faut lire le poème en entier pour percevoir le mystère :
    Version de D.W. Nash ;

    Version de C.J. Guyonvarc’h ;

    Version de Jean Markale ;

    à plus

  6. Ping : Index : symboles, mythes, textes divers « Krapo arboricole

  7. Ping : Les forêts-frontières chez les Celtes « Krapo arboricole

  8. Ping : Câd Goddeu, le Combat des Arbres, traduction de D.W. Nash « Krapo arboricole

  9. Ping : Les alphabets des arbres « Krapo arboricole

  10. Ping : Câd Goddeu, le Combat des Arbrisseaux – traduction de C.J. Guyonvarc’h « Krapo arboricole

  11. Ping : Câd Goddeu, Combat des Arbrisseaux – Jean Markale « Krapo arboricole

  12. Ping : La forêt dans la tradition celtique. – Culture druidique.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s