Accueil > Bible > Les arbres du Jardin d’Éden

Les arbres du Jardin d’Éden

Il y a deux arbres dans le jardin d’Éden, qui symbolisent ainsi le bonheur auquel l’humain est appelé : l’arbre de vie, et l’arbre de la science (connaissance) du bien et du mal.

Iahvé fit germer du sol tout arbre agréable à voir et bon à manger, ainsi que l’arbre de vie au milieu du jardin et l’arbre de la science du bien et du mal. (Genèse II, 9)

Le premier arbre, l’arbre de vie, se rencontre dans beaucoup d’autres mythes des peuples de l’Orient ancien, comme la célèbre épopée de Gilgamesh [1]. On y raconte comment le héros entend parler d’un arbre qui peut donner la vie éternelle, qui est le but de sa longue quête. Il en vient à trouver cet arbre, mais il lui est volé par un serpent, qui change de peau après avoir mangé de cet arbre. Tout cela signifie un renouvellement de vie et plénitude de vie (le serpent, parce qu’il change de peau, a toujours été interprété dans les anciennes mythologies, comme un symbole de vie éternelle, et chez les premiers chrétiens, de résurrection). Si le jardin d’Éden symbolise le bonheur humain, un des aspects de ce bonheur est la vie pleine, abondante et même éternelle qui est un don de la divinité.

A l’homme il dit : « Parce que tu as écouté la voix de ta femme et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné un ordre, en disant : Tu n’en mangeras pas ! maudit soit le sol à cause de toi ! C’est dans la souffrance que tu te nourriras de lui tous les jours de ta vie. » (Genèse III, 17)

L’arbre de la science du bien et du mal est sujet à de nombreuses interprétations. Il semble plutôt que l’arbre symbolise le pouvoir absolu. En hébreu, comme dans les autres langues sémitiques, on aime indiquer une totalité par ses deux extrêmes. Ainsi, « le ciel et la terre » signifie l’univers. De cette manière, « le bien et le mal » ne signifierait pas l’un ou l’autre de ces deux réalités, mais les deux, c’est-à-dire « tout ». Quant au mot « connaissance » (utilisé dans de nombreuses traductions), il n’a pas le sens abstrait que nous lui donnons dans nos langues. Dans les langues sémitiques, il implique connaissance profonde, intimité, pouvoir. Quand on connaît, on a créé des liens intimes et puissants avec le connu.

Alors Iahvé Élohim dit : « Voici que l’homme est devenu comme l’un de nous, grâce à la science du bien et du mal ! Maintenant il faut éviter qu’il étende sa main, prenne aussi de l’arbre de vie, en mange et vive à jamais. » (Genèse III, 22)

L’arbre de la science du bien et du mal symboliserait donc un autre désir profond de l’humain : celui d’être en mesure de connaître tout et d’utiliser ce pouvoir de façon absolue. En ce sens, le serpent dit à la femme, en reprenant l’expression « connaître le bien et le mal », que la manducation du fruit de cet arbre les rendrait comme des dieux. Être comme un dieu, avec un pouvoir absolu, c’est-à-dire ne plus être limité par la condition humaine, c’est bien là une tentation universelle pour tout humain à toutes les époques.

Il chassa l’homme et il installa à l’orient du jardin d’Éden les Chérubins et la flamme tournoyante de l’épée pour garder l’arbre de vie. (Genèse III, 24)

____

Deux cartes :

une localisant l’Éden biblique au cœur des contrées habitées par les Patriarches,
(Paradise or the Garden of Eden with the countries inhabited by the patriarchs – 1690)

l’autre, une carte de l’Éden où apparaissent au centre l’Arbre de Vie et la Source de Vie.
(A map of the Garden of Eden – The Gentleman’s Magazine, frontispiece 1736)
____

La Bible – Ancien Testament, traduit par Édouard Dhorme, édition La Pléiade, 1956.
____

Le lieu de l’Éden biblique se situerait en Irak à Al-Qurna (70 km au Nord d’Al-Basrah), où l’on pouvait trouver l’Arbre d’Adam (Tree of Knowledge of Good and Evil). L’arbre sacré est mort en 1944 (d’un accident de voiture), mais un jeune plant a pris la relève.

Un dossier complet sur cet arbre légendaire est disponible ici.
____

Des illustrations du jardin d’Éden à découvrir sur le blog, c’est par ici.

Catégories :Bible
  1. 28 juin 2010 à 20:17

    Complètement remanié cet article, à l’origine écrit il y a plus de 2 ans, au tout début du blog, il était devenu bien imprécis. Au vu des autres publications sur la Bible, je me devais de relever le niveau !

    Je reviendrai plus longuement sur l’arbre de la science du bien et du mal, son fruit n’est pas désigné clairement dans la Bible – beaucoup d’hypothèses : s’agissait-il d’une figue, d’une poire, d’une grenade, ou d’une pomme ? Car ce n’est que bien plus tard que la pomme s’est imposée, notamment dans le Cantique des Cantiques…

    Mais avant il faudra que j’évoque le fabuleux pommier des Hespérides ; mais il me faudra également préciser les croyances celtes en ce qui concerne la pomme, car pour eux il s’agissait du fruit qui leur permettait de rester en contact avec l’Autre Monde (et non de s’en faire chasser).

    Et également revenir sur l’importance du pommier dans la cosmologie indienne, le pommier serait né de lors de la réapparition brillante du Soleil, des Dieux avait fait expiation pour le Soleil qui ne brillait pas en lui offrant une vache blanche.

    Quel mythe a emprunté à l’autre ?

    Ou bien est-ce une erreur de la part des traducteurs ?

  2. fabrice Montépino
    23 juillet 2012 à 18:21

    vous dites beaucoup de choses erronés, le fruit de l’arbre de vie est tout simplement l’esprit de jésus, sa nature propre se trouve dans la bible galates 5 verset 22, le fruit de la connaissance se trouve dans le verset précédant a savoir que les personnes qui font le mal iront en enfer et ceux qui font le bien iront aussi, c’est pourquoi seul ceux qui passe par jésus donc le fruit de vie auront la vie éternel, jésus a dit je suis le chemin la vérité la vie …..
    exemple Coluche un homme bien aux yeux de tous peut très bien aller en enfer, car il n’a pas accepter jésus dans sa vie.
    et dans la bible le serpent c’est satan rien de plus il est l’origine du mal c’est pourquoi il a une rédemption pour les hommes et pas pour satan et ces démons, la chute de satan se trouve dans Esaïe

    • Pierre Hang Huler
      18 août 2012 à 19:15

      Je trouve bien présomptueux de se faire le porte-parole du Christ et l’exégète des Evangiles ou pire de l’Ancienne Loi. Accepter le Christ, est-ce simplement et benoitement : avoir reçu à l’âge de 3 ou 6 mois, le Baptême, où est-ce d’avoir essayé toute sa vie de faire le bien et d’aider les autres? S’il suffisait de recevoir le Baptême, Adolph Hitler a reçu le Baptême! votre vérité laisse beaucoup à désirer. Pour ma part, je n’ai aucune certitude si ce n’est que la réalité de la Foi et du Paradis dépassent de très loin tout ce que l’homme peut imaginer. Et encore n’est-ce QUE MA PERCEPTION de la Foi et du Paradis.

  3. Jean-Pierre HAMEL
    13 janvier 2013 à 05:00

    Je mets en ligne aujourd’hui sur mon blog ( http://citationdujour.blogspot.fr/2013/01/citation-du-13-janvier-2013.html) un Post qui rend en ces termes hommage à votre remarquable travail :
    Avant d’aborder le thème du Jardin d’Eden, je tiens à remercier ici l’auteur de ce blog qui en amoureux passionné et érudit des arbres nous donne à profusion sa science. Lui au moins il n’est pas comme le Seigneur-Dieu à interdire d’y goûter
    Bravo !

  1. 9 juin 2010 à 13:36
  2. 27 septembre 2010 à 22:35
  3. 3 mai 2011 à 16:30
  4. 24 septembre 2015 à 20:06
  5. 20 avril 2016 à 20:03

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s