Accueil > Chênes colosses, Europe > Le chêne des Bosses, Châtillon (Suisse)

Le chêne des Bosses, Châtillon (Suisse)

Voici le dernier maillon de la chaîne des vieux et gros chênes d’Europe, le chêne des Bosses à Châtillon dans le Jura Suisse. Dans l’espoir d’en obtenir quelques clichés, j’écris à la mairie de Châtillon, mais plusieurs semaines passent et toujours pas de réponses…
Ne me décourageant pas, j’écris à Agnès, une amie Suisse [1][2], qui accepte de s’y rendre, mais prise de court par la nuit, elle ne put prendre de photos du chêne ; mais me donne l’adresse d’un ami à elle, Denis, passionné par les vieux arbres, et qui à son tour accepte de m’aider et partage les photos qui suivent (clic pour agrandir).

Le chêne des Bosses est un arbre hors du commun, qui doit son nom à son vieux tronc très tourmenté fait de bosses et de renflements, est considéré comme le plus grand et le plus vieux chêne pédonculé d’Europe (il est d’ailleurs présenté comme tel dans le livre des records). Le chêne des Bosses, arbre remarquable du patrimoine naturel jurassien, est protégé comme un monument historique.

“Il faut 8 à 9 hommes bras étendus pour en faire le tour, il a une circonférence de 8,40 mètres. Son âge est difficile à déterminer, mais certains disent qu’il avait 1032 ans en 2007. Il est en tout cas multiséculaire, mais il n’est pas possible de le dater par dendochronologie, car son cœur est en putréfaction. Il doit probablement sa longévité à sa situation dans un creux qui le met à l’abri des courants, tout en lui laissant une lumière favorable.” (Wikipédia)

Le pâturage sur lequel il est situé contient d’autres magnifiques chênes, c’est pourquoi une légende est née, qui dit que chaque fois qu’un jeune homme épousait une fille du village, il devait planter un chêne la première nuit de noce…

Le chêne des Bosses sur le site de la ville de Châtillon, plein d’autres photos ici.

Découvrez le reste de la chaîne des chênes millénaires, avec le chêne-chapelle d’Allouville Bellefosse en Normandie, puis avec le gros chêne de Liernu en Belgique.

Un grand merci à Agnès et Denis, correspondants ‘arboricoles’ suisses, qui nous permettent de contempler cet arbre légendaire. Denis possède un site internet “Jura sauvage”, où une grande partie est consacrée aux arbres remarquables rencontrés en randonnées, faites un tour, c’est par ici que commence la balade…
____

Agnès vient de me faire parvenir des photos, elle a découvert un visage sur le chêne :

un article de Serge Jubin paru le 06/07/2005 [1] :

Il figure au livre des records comme chêne pédonculé le plus vieux d’Europe. A Châtillon, on le dit millénaire. Un dendrochronologue ne lui donne pourtant «que» 400 ans. Polémique

De loin, il apparaît râblé et désordonné, enfoncé dans une cuvette naturelle au milieu du pâturage de la Metteneux qui l’a préservé des tempêtes et du gel. Son tronc cossu est si tourmenté, fait de renflements et d’excroissances, qu’il a donné son nom à l’arbre, le chêne des Bosses. Pourtant, plus on s’en approche, plus le sentiment de majesté croît. Une fois sous la frondaison qui couvre plus de 500 m2, au pied d’un tronc à la circonférence irrégulière de 8 m70 qui nécessite huit hommes bras tendus pour en faire le tour, le grand chêne de Châtillon n’inspire que respect. Les habitants du lieu, qui le disent millénaire, célébreront ses 1000 ans en 2007 à travers un spectacle commandé au metteur en scène Gérard Demierre.

«Je ne voudrais pas vexer l’amour-propre des gens de Châtillon, explique le dendrochronologue neuchâtelois Patrick Gassmann. Mais le scientifique que je suis démontre que le chêne des Bosses, Quercus robur, a environ 400 ans, à plus ou moins vingt ans. Ce qui n’enlève rien à son caractère exceptionnel.» La bourgeoisie de Châtillon, propriétaire du grand chêne, lui a interdit tout carottage. «Ca ne sert à rien, puisque l’arbre est creux au centre», affirme Serge Comte, ancien maire du village, employé au service forestier cantonal durant quarante ans.

Patrick Gassmann formule son verdict en s’inspirant d’arbres de même espèce, même taille et même port, «pour lesquels nous possédons une tranche entière de la moelle à l’écorce; le chêne de Gampelen, entre les lacs de Neuchâtel et Bienne, abattu dernièrement, remplit ces critères». Avec son diamètre de 79,5 centimètres, il a atteint l’âge de 208 ans. Par simple transposition, Patrick Gassmann a la possibilité de dater le chêne de Châtillon. «A ma connaissance, ajoute-t-il, il n’en existe qu’un plus âgé et étudié dendrochronologiquement, un chêne polonais vieux de 520 ans.»

Indignation à Châtillon: «La Société suisse de dendrochronologie que j’ai reçue sous le chêne des Bosses n’a pas parue choquée lorsque j’ai affirmé que l’arbre avait 1000 ans. Elle publiera même mon exposé», s’insurge Serge Comte, qui cite encore divers éminents professeurs venus sur place et qui n’ont pas contesté l’âge millénaire du chêne.

Pour Patrick Gassmann, la vérité mérite d’être dite, «ne serait-ce qu’en respect d’autres arbres jurassiens plus âgés, comme l’érable sycomore du Chaumont, à l’ouest de l’étang de la Gruère, vieux de 460 ans, et des ifs de la région de Crémines, qui ont potentiellement entre 1000 et 2000 ans.»

Reste que le chêne des Bosses figure dans le livre des records comme le chêne pédonculé le plus grand et le plus vieux d’Europe, ayant survécu aux attaques de la foudre et à l’incendie de 1960, provoqué par l’imprudence d’un homme qui voulait détruire un nid de frelons.

Vénéré par les habitants du village, le grand chêne a produit quantité de glands pour nourrir les cochons. Mais il est également source d’ésotérisme: lors de sa nuit de noce, pour s’assurer une relation solide et fertile, tout homme mariant une fille du village devait à son tour planter un chêne.

Catégories :Chênes colosses, Europe
  1. 13 novembre 2008 à 16:19

    Ce qui s’appelle faire la chaîne des chênes !

    Bravo pour les photos et longue vie à ce vénérable sage.

  2. 13 novembre 2008 à 17:13

    Salut Pierre,

    une chaîne humaine pour retrouver ces chênes européens,
    millénaires et toujours verts… oui longue vie aux sages !

    à bientôt,

    ps : je reviens de ton blog, il y a vraiment de belles photos
    bien aimé les nervures végétales, c’est saisissant..

  3. cheyenne
    13 novembre 2008 à 19:03

    … superbe ! encore un arbre sous lequel on aimerait s’asseoir… et écouter la brise dans ses feuilles. Mais dis, son cœur en putréfaction est-il le signe de son déclin ?

  4. 13 novembre 2008 à 19:11

    Salut Cheyenne,

    terrible ce chêne si vieux, son tronc est creux car il a plusieurs fois pris la foudre, puis un incendie déclaré pour tuer un essaim de frelons (il y a pas si longtemps…) et forcément il commence à pourrir.
    mais il peut continuer à vivre tranquillement sans problèmes ; s’il devient trop creux, peut-être devront-il l’aider à soutenir ses branches ?

    A plus

  5. 14 novembre 2008 à 20:07

    Il est vraiment superbe celui là !
    Il a dû en voir des gamins grimper entre ses branches…

  6. 15 novembre 2008 à 01:15

    Salut Patrick,

    oui, j’imagine d’ici toute la colonie d’enfants,
    qui sur des décennies ont joué aux Robinsons Suisses…

    à bientôt

  7. 17 novembre 2008 à 03:31

    Salut Krapoarboricole,

    Tout un parcours pour avoir cet arbre magnifique sur ton blog…Tu as fait du bon boulot🙂.

    De plus, la narration et les liens sur le chêne des Bosses, Châtillon (Suisse) sont remarquables alors je te dis un gros BRAVO !

    Sur le site de la ville de Châtillon, j’ai bien aimé le chêne des Bosses sous la neige… Magnifique

    merci pour la balade
    @micalement
    ~Bonsai~

  8. 17 novembre 2008 à 16:13

    Salut Bonsai,

    et oui, c’est faire la chaîne des chênes (comme le dit Pierre)
    pour trouver les photos de ce chêne, c’était une véritable aventure,
    plein de mails envoyés et des rencontres humaines…

    J’aime bien les photos sur le site de la ville, celle sous la neige est extra,
    mais j’aime bien aussi celles avec les suisses réunis sous ses branches…

    A bientôt l’ami

  9. Aimé Le Lann
    29 novembre 2008 à 20:02

    Hé ! C’est du solide, planté droit dans ses bottes !!! Ses voisins ne l’ont sans doute jamais gênés. IL me semble avoir eu une vie heureuse. On est heureux aussi de le regarder. Qu’il est beau !
    Mais…
    dites moi, cette dame à droite n’a-t-elle pas une aile triangulaire ?
    ne dirait on pas qu’elle vient d’atterrir ? Grossissez la photo…

    Aimé

  10. Sisley
    6 mai 2009 à 20:14

    Comme quoi une fois de plus l’age est grandement arrondi au supérieur. Mais avec le recul je me dis qu’un chêne de 400 ans c’est déjà un arbre qui a un très long parcours ! Chaque village ne peut se vanter de posséder un patrimoine arboré équivalent.

    L’érable du Chaumont m’intéresse carrément !

  11. 13 mai 2009 à 11:12

    « l’érable sycomore du Chaumont, à l’ouest de l’étang de la Gruère, vieux de 460 ans, et des ifs de la région de Crémines, qui ont potentiellement entre 1000 et 2000 ans. »

  12. Jeanningros
    13 juin 2010 à 22:43

    Jai rencontré ce CHENE avec beaucoup d’émotion le 13.06.10.

  13. 14 juin 2010 à 14:02

    Un chêne vénérable, sans aucun doutes !

  14. 22 octobre 2011 à 20:18
  1. 8 juin 2010 à 14:39
  2. 8 juin 2010 à 22:15
  3. 9 juin 2010 à 01:31
  4. 9 juin 2010 à 01:35
  5. 10 juin 2010 à 14:10
  6. 2 février 2016 à 10:17

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s