Les nymphes

Théodore Géricault-œnone et une nymphe (recto)-Ottawa, Musée des Beaux-Arts du Canada .

« Les arbres des forêts sont des femmes très belles,
dont l’invisible corps sous l’écorce est vivant. »

Pierre Louÿs, Les Hamadryades III, 1929.

« Œnone et une nymphe » – Théodore Géricault,
conservée à Ottawa, Musée des Beaux-Arts du Canada.

3 réflexions sur “Les nymphes

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s