Accueil > Divers > La propolis : des abeilles & des arbres

La propolis : des abeilles & des arbres

La propolis est un ensemble de substances résineuses, gommeuses et balsamiques récoltées par les abeilles sur les bourgeons de certains arbres. De consistance visqueuse, les abeilles peuvent en modifier la composition en apportant certaines de leurs sécrétions et de la cire.

Les grecs avaient constaté que certaines races d’abeilles réduisaient l’entrée de la ruche avec cette résine végétale pour défendre leur colonie. Ils l’apellèrent « pro-polis » qui signifie « en avant de la cité ». Le mot propolis viendrait aussi du verbe latin « propolire » qui signifie « enduire ». En effet, l’abeille enduit l’intérieur de son habitat de cette résine pour se protéger des agressions microbiennes.

Beaucoup moins connue que le miel, la propolis a pourtant été découverte et utilisée dés l’Antiquité. Aristote la considérait déjà comme un « remède aux affections de la peau, plaies et suppurations ». Les prêtres égyptiens l’utilisaient traditionnellement depuis 6000 ans pour la momification des cadavres. C’est dire les propriétés « conservatrices » très puissantes de la propolis. A Rome, la propolis se vendait plus chère que le miel. Chaque légionnaire en possédait un morceau au moment des campagnes militaires. Pline disait qu’elle retirait les aiguillons, réduisait les enflures… diminuait les douleurs nerveuses, guérissait les ulcères, les abcès et les furoncles…

« La propolis est placée entre ces deux couches et la cire ; on s’en sert beaucoup dans les compositions médicamenteuses. La commosis forme la première couche ; elle a un goût amer : la pissoceros vient ensuite ; c’est une cire plus molle, comme si les abeilles voulaient poisser leurs constructions. La propolis provient de la gomme de pins douce et des peupliers : c’est une substance déjà plus dense, à laquelle du suc de fleurs a été ajouté ; mais et n’est pas encore de la cire ; elle est le fondement des rayons, et ferme les issues au froid et à toute influence nuisible ; elle a aussi une odeur forte, à tel point qu’on s’en sert généralement en place de galbanum. » (Source : Pline, l’Histoire Naturellelivre XI, 6).

Catégories :Divers
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 9 juin 2010 à 16:39

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s