Accueil > Nordique > La pendaison à l’arbre, rite initiatique

La pendaison à l’arbre, rite initiatique

Dans un des poèmes des Eddas, Odin s’exprime ainsi :

« Je fus pendu, je le sais
A l’arbre battu du vent,
Neuf jours et neuf nuits.
Je fus frappé d’une lance
Et donné à Odin
Sacrifié moi-même à moi-même. »

Odin se (sus)pend à l’Arbre Yggdrasil afin d’acquérir davantage de pouvoirs magiques. Ce rite est assimilable à ceux pratiqués par les chamans d’Irlande ou d’Asie du Nord. Blessé par lui-même Odin, en se privant d’eau et de nourriture, subit la mort rituelle, initiatique, celle à travers laquelle on obtient la connaissance suprême : celle des runes qui sont le langage secret de l’autre monde.

« Ils ne me firent l’aumône
Ni de viande ni d’une goutte d’eau
J’abaissais les yeux,
Je les saisis en criant,
Puis je retombais. »

Les yeux d’Odin qui découvrent les runes ne sont plus ses yeux de chair, mais les yeux de l’esprit. En renonçant à la vue physique, Odin est devenu un voyant. C’est seulement parce le héros ne voit plus la lumière physique, qu’il est admis à contempler la lumière divine. Délivré par la force magique des runes, Odin malgré son abstinence (jeûne), se sent rempli d’une nouvelle jeunesse, il est ressuscité, devenu le dieu non seulement des guerriers, mais des poètes et des sages, c’est-à-dire des chamans.

***

Cela fait penser à Jésus, pendu au bois de la Croix, le corps transpercé par la lance du légionnaire, puis ressuscité ? Si pendant longtemps, on a cru que le récit du sacrifice d’Odin avait été inspiré par la passion du Christ. Les historiens ont depuis renoncé à cette interprétation, car ce n’est pas pour sauver l’humanité souffrante qu’Odin se pend, mais nous l’avons vu, pour acquérir plus de pouvoirs.

Jésus-Psautier de Paris EadwineCette illustration, image du Sauveur crucifié à l’envers, la tête en bas, provient du psautier de Paris Eadwine. Il n’est pas impossible que les concepteurs du psautier aient voulu souligner quelque chose qui constituait, à leurs yeux, une réalité mystique confirmée mais interdite par le contrôle religieux… Quelle que fut leur intention, cette image est unique et ne peut être comparée à rien de semblable dans l’art religieux de cette époque.
(Source : John Lamb Lash, sur Liberterre ici)

***

Le penduLe Pendu est la douzième lame majeure du Tarot. Dans les lectures du Tarot, le Pendu peut être sujet à de nombreuses interprétations: complexé, à savoir stressé et névrosé ou bien être pris dans un dilemme ou bien auto-sacrifice de nature cosmique ou ésotérique. Quelles que soient ses connotations nombreuses, le Pendu soulève indubitablement la notion de l’inversion et suggère que tout n’est pas comme il semble l’être et que la réalité est peut-être à l’opposé de nos conceptions.
“Le Pendu manifeste la fécondité du sacrifice volontaire, de l’oubli de soi, il représente l’âme du mystique qui se dégage de la matière afin de rejoindre le monde spirituel. Ayant renoncé à l’exaltation de ses énergie propres, le mystique s’efface pour mieux recevoir les influences cosmiques, dans le dessein de promouvoir la régénérescence…”
(Source : Jacques Brosse, la mythologie des arbres)

Catégories :Nordique

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s