Arbre, classement des connaissances, l’arborescence du savoir

L’idée de classer le savoir sur un arbre, comme on classe les membres d’une famille, se développe au XIIIè siècle, période-clé pour le classement du savoir : c’est à cette date, par exemple, que s’impose le classement alphabétique. Ce sont d’abord les connaissances théologiques (la science de Dieu) qui prennent cette forme nouvelle, et destinée à perdurer, de l’arborescence du savoir.

Troyes - ms 0252 folio 029vSpeculum virginum (1200) : base de l’arbre : allégorie de l’Orgueil tenant le calice d’or de Babylone ; six rameaux avec sept feuilles de part et d’autre du tronc, un rameau de douze feuilles au sommet, tous dirigés vers le bas ; à la base de chaque rameau, nom d’un vice : quatre rameaux du bas avec vices de l’esprit (tristesse, colère, envie, orgueil), trois rameaux du haut avec vices du plaisir matériel (dissipation, gourmandise, avarice) ; dans les feuilles, vices subsidiaires ; au sommet de l’arbre, Adam cachant sa nudité ; deux hybrides zoomorphes autour du tronc, deux mordant le rameau supérieur.

Arbor moralisArbor moralis (1635) : arbre des vices et des vertus. Le thème de l’arbre connaît des interprétations négatives ou positives. Le pédagogue catalan Raymond Lulle (auteur notamment d’une Doctrine d’enfant) a privilégié cette dernière approche en moralisant le motif de l’arbre. Son “arbor moralis” se compose d’un tronc divisé en deux branches (le Y pythagoricien), au faîte duquel trône le Christ, ce dernier œuvre activement pour le bien : armé d’une hache, il s’efforce de trancher les hautes branches du mal. Le fidèle est donc invité en toute connaissance de causes à choisir sa voie : le bien (à droite du Christ, à gauche dans l’image), où s’épanouissent les 7 vertus chrétiennes, ou le mal (à gauche – senestre, en français médiéval – du Christ, le pan “sinistre” : le mauvais côté, où siègent les 7 péchés capitaux). Au sommet de la ramure, s’épanouissent les bourgeons de gloire, du bon côté, et de peine, du mauvais : promesse de paradis ou d’enfer… A la fourche où se choisissent les options, la vertu (virtus) est opposée au vice (vitium), que d’aucuns choisiront. A l’origine, pourtant, est proposée à l’humanité une gamme de valeurs positives, classées dans les 18 racines de l’arbre : 9 “principes absolus” (bonté, grandeur, éternité, puissance (prise en bonne part), sagesse, volonté, vertu, vérité, gloire) et 9 “principes relatifs” (différence, concordance, contrariété, commencement, fin, milieu, infériorité, supériorité, égalité).

Arbor_scientiae_venerabilis_et_caelitus_[...]Raymond_Lulle_bpt6k1520048r_928468922De nova logica, de correllatiuis necnon & de ascensu & descensu intellectus

Puis au XVè siècle, le motif engage des savoirs plus simples (l’alphabet, les arts libéraux…), avant de s’appliquer au XVIIè siècle, à l’ensemble des connaissances humaines dans l’encyclopédie de Diderot et D’Alembert.

Panckoucke_Charles-Joseph_1780_Essai_d_une_Distribution_Genealogique_des_Sciences_et_des_Arts_Principaux –Diderot - systeme figure des connaissances humaines

Si cette encyclopédie vous intéresse, voici un lien qui vous permettra de télécharger les planches d’illustrations en format .pdf , c’est par ici.

15 réflexions sur “Arbre, classement des connaissances, l’arborescence du savoir

  1. Ping : L’arbre évolutionnaire « Krapo arboricole

  2. Guillaume ANTOINE

    Votre article est intéressant mais sachez que cette idée se développe un siècle plus tôt au XIIème ( le Speculum Virginum) date en effet de 1140 environ, comme vous pourrez le vérifier sur le plus ancien exemplaire connu conservé à Londres, British Library, MS Arundel 44.
    Bonnes recherches !

  3. Ping : ARBRE | Pearltrees

  4. Raymundi Lullij … De nova logica, de correllatiuis necnon & de ascensu & descensu intellectus : quibus siquide[m] tribus libellis p[ro]breui ac facili artificio non solum logicaliu[m] inte[n]tionu[m] & rer[um] phisicarum, sed & theologaliu[m] co[n]templationum no[n] mediocris habetur cognitio : opuscula ad archetypos eme[n]data feliciter introductio

    Publicació
    Impressum inclyva civitate Valentia : p[er] Georgium Costilla, VI id[us] dece[m]b[ris] 1512 [8 desembre 1512]

    Livre conservé à la Biblioteca Pública Episcopal del Seminari de Barcelona (BPEB)
    http://discovery.url.edu/iii/encore/record/C__Rb1349330__SDe%20Nova%20Logica__P0%2C1__Orightresult__X6?lang=cat&suite=def

  5. ESSAI D’UNE DISTRIBUTION GÉNÉALOGIQUE DES SCIENCES ET DES ARTS PRINCIPAUX.
    Selon l’Explication détaillée du Système des Connaissances Humaines dans le Discours préliminaire des Éditeurs de l’Encyclopédie publiée par M. Diderot et M. d’Alembert, À Paris en 1751
    Réduit en cette forme pour découvrir la connaissance Humaine d’un coup d’œil.
    Par Chrétien Frederic Guillaume Roth

    https://encyclopedie.uchicago.edu/content/arbre-g%C3%A9n%C3%A9alogique
    https://atlas-disciplines.unige.ch/Images/Source_images/Index/Panckoucke.html

  6. Ping : L’arbre des batailles – Krapo arboricole

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s