Des épicéas suédois, doyens des arbres ?

Samedi 12 avril 2008, 09h34

STOCKHOLM – Des scientifiques ont découvert un bosquet d’épicéas, dans les montagnes de l’ouest de la Suède qui, âgés de 8.000 ans, seraient les arbres vivants les plus vieux au monde. Ces épicéas de Norvège ont été retrouvés en altitude sur un versant de montagne où ils sont restés à l’abri de dangers comme l’abattage, mais où ils ont été exposés aux conditions météorologiques rigoureuses de la chaîne de montagnes séparant la Norvège et la Suède. La datation au carbone de ces arbres, effectuée dans un laboratoire de Miami en Floride, a montré qu’ils dataient de 8.000 ans, ce qui en fait les arbres vivants les plus anciens au monde, a déclaré un professeur de l’université d’Umea, Leif Kullman.

L’arbre baptisé Mathusalem, un pin de Bristlecone (Pinus longaeva) situé dans les White Mountains en Californie, est souvent cité comme l’arbre vivant le plus âgé au monde. Son âge est évalué entre 4.500 et 5.000 ans.

Deux autres épicéas, également découverts dans le cadre d’études menées sur les changements climatiques dans le comté suédois de Dalarna, sont âgés de 4.800 à 5.500 ans.
“Ce sont les premiers arbres qui ont poussé après l’ère glaciaire”, a expliqué Lars Hedlund, chargé des études sur l’environnement dans le comté de Dalarna.

J’ai d’ores et déjà contacté Lars Hedlund par mail à l’université d’Umeå en Suède, histoire d’en apprendre un peu plus ; et pourquoi pas obtenir des photos ?
____

Article de Ch. D (Ria novosti) extrait de la Garance voyageuse n° 84

« Jusqu’à récemment, le record de longévité chez les plantes était détenu par un pin de Bristlecone (Pinus longaeva) poussant à plus de 3000 m d’altitude en Californie. Son âge vénérable de 4840 ans, déterminé par dendrochronologie, lui a valu le surnom de Mathusalem. Mais cet arbre est “un jeunot”, comparé à l’épicéa découvert en Suède à 950 m d’altitude. Présent au sein d’un bouquet d’épicéas rabougris, ce Picea abies ne dépasse pas 2 m de hauteur, taille ridicule comparée aux 35 à 55 m normalement atteints par ses congénères. Son “nanisme” excluant l’utilisation de la dendrochronologie, c’est la datation au carbone 14 qui a révélé un âge record de 7890 ans. Le doyen des arbres a donc vu le jour juste après la dernière glaciation et sa petite taille peut s’expliquer par les conditions climatiques extrêmes auxquelles il a été soumis dans cette région de la Suède. Mais les chercheurs supposent que cet âge de presque 8000 ans n’est pas le maximum que puissent atteindre les arbres. Reste à trouver celui qui pourra battre ce nouveau record. »

Photograph courtesy of Leif Kullman at Umeå University’s Department of Ecology and Environmental Science.

11 réflexions sur “Des épicéas suédois, doyens des arbres ?

  1. cruiziat

    j’ai pris connaissance de vote court article sur la découverte de ces très très vieux épicéa en Suède. Je voudrais en savoir plus. Il y a t-il un ou des articles scientifiques publiés sur ces arbres ? Si oui auriez vous la gentillesse de m’en indiquer les coordonnées. Vous dites avoir écrit à l’un des scientifiques engagés ? Vous a-t-il apporté des éléments intéressants ?
    Quelle est le nom latin de ces épicéas ?

    Mille mercis
    P.C.

  2. Bonjour Pierre,

    je n’ai toujours pas de réponses au mail envoyé, ni photos…

    des précisions, l’âge a été calculé au carbone 14 sur les racines, donc il y a un doute sur l’âge réel de ces épicéas. Pas encore de vrais articles disponibles. De toute façon, plusieurs fois par an, des scientifiques affirment avoir trouvé des arbres plus vieux que les autres… Dès que j’en apprend plus, je ne manquerais pas d’écrire un article,

    cordialement

  3. Ping : La suite de l’index… « Krapo arboricole

  4. Si on prend la notion d’arbre tel qu’on le décrit, un système racinaire, un tronc et un houppier, on pourrait dire que les plus vieux arbres sont des pins de Bristlecone, de plus de 4800 ans.

    Ensuite si on considère, la notion de clones, de souches mères dont sont issus de nombreux brins se succédant de génération en génération, on peut ajouter l’épicéa scandinave, les pins de Huons (8000-10000 ans) et des chênes de Palmer dans une zone aride aux USA (13000 ans ) et le faux tremble hybride dont je n’ose même pas inscrire des chiffres……

    http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en|fr&u=http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_oldest_trees

    http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en|fr&u=http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-1237973/Worlds-oldest-plant-13-000-year-old-oak-survives-cloning-itself.html

  5. Damien

    Merci Sisley, je ne suis pas trop d’accord pour l’utilisation du mot « clone », un clone est un être entièrement nouveau et indépendant du pied-mère (« végétalement » parlant).
    Je lui préfère en effet celle de souche ou pied-mère.
    Une racine ou une souche régénérant un houppier n’est pour moi pas un clone, mais bien un seul et même arbre.

    Par exemple le tilleul de Nolléval serait un clone si l’on statue ainsi.
    Le grand et beau tilleul d’antan n’est plus, à la place se trouve une souche ayant refait un houppier et qui n’a plus rien à voir avec ce qu’il était auparavant.
    Ce tilleul je le considère comme un ancien, au même titre que ceux de son âge ayant réussi à conserver son tronc entier (ou presque).
    Je ne pense pas qu’il démérite car il n’est plus ce géant qu’il était.

    Sauf les « colonies » de racines s’étendant sur des hectares au fur et à mesure du temps comme aux USA ; je crois pour ma part que tant qu’une partie de l’arbre est là depuis le début c’est l’arbre entier que l’on prend.
    Ici il est probable que les houppiers de nos épicéas soient bien plus jeunes que la souche, mais ils proviennent d’une souche ayant plusieurs milliers d’années.
    Elle est là depuis le début et fait partie de l’arbre, si l’on exclue je crois que c’est dommage…

    Ensuite ce vieux pin bristlecone qui lui est là en entier et depuis toujours a ce mérite, je l’accorde, car il est plus difficile chez les végétaux de rester entier que de repousser.
    En revanche vu son état j’ai du mal à croire qu’il est encore vivant…
    Il n’a plus une seule aiguille de verte, plus d’écorce, sa croissance serait si infime qu’il faudrait des générations pour un résultat encore invisible à l’oeil nu…

    Le plus vieil arbre sur Terre sera pour moi celui qui sera encore vert, qu’il provienne d’une souche ou ai conservé un tronc digne de ce nom 🙂

    1. Si tu veux un exemple concret de clone, il y a l’exemple des sorbiers hybrides, où une graine donnera une arbre génétiquement identique au pied mère, je crois que là on est d’accord.

      J’avais mal utilisé le terme de clone.
      Pour ce qui est des peuplements issus d’une souche et des réitérats sortant de vieilles racines, je suis d’accord pour dire qu’il est toujours question d’un individu, mais je pense qu’il faut le spécifier, car à mon sens je ne dit pas qu’un tel spécimen est moins remarquable, mais un arbre ayant depuis toujours conservé l’ensemble de sa structure est davantage à mettre en avant. Ce n’est pas discriminatoire, c’est juste mon avis personnel..

      Pour le pin de Bristlecone, tu en as encore de bien fournis :

      http://www.waymarking.com/wm/details.aspx?f=1&guid=2bcac6b1-af31-450a-a84a-66ec424b72aa

      http://rangerdavid.blogspot.com/2010/09/bristlecone-pines.html

  6. Damien

    On est d’accord là dessus 🙂
    Un arbre ayant conservé son intégrité est davantage à mettre en avant.
    Je déplore juste que l’on oublie un peu trop souvent ces arbres aux houppiers parfois plusieurs fois centenaires (quand même) ayant pour base une racine ou une souche plusieurs fois millénaire, elle…

    On ne peut dire qu’un réitéra est le semblable d’un arbre toujours sur pied bien sûr, mais je pense que l’on oublie un peu trop les autres.
    Le jour où ce vieux pin Mathusalem mourra (je lui souhaite de me survivre !) on en fera les gros titres, alors que si c’est cet épicéa deux fois plus vieux, il passera à la trappe dans l’anonymat le plus total.
    Dommage quand même !

    En ce qui concerne les pins de Britlecone, je te parlais exclusivement de Mathusalem !
    Je sais qu’il en existe de très fournis, de moins fournis et presque plus…
    Mais notre doyen à tous est plus sec que sec tu ne trouves pas ?
    Comment peut-on dire de lui qu’il encore « vivant » au sens strict du terme, c’est prouvé ?
    Parce que si le tronc est entièrement mort et que ce sont ces racines qui vivent, le fait d’avoir gardé son tronc ne change plus grand chose…

    Je ne veux pas lui retirer son titre honorifique, je cherche juste à comprendre pourquoi lui et pas un autre serait le plus vieux 😉

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s