Accueil > Par régions... > Arbres remarquables en Touraine

Arbres remarquables en Touraine

25 janvier 2008

arbresenmayenne836x919.jpg

Auteur : Jean-Mary Couderc, Stéphan Bonneau & Cédric Niel
Editeur : Berger M. Editions
Date de dépôt : novembre 2006
Le patrimoine des arbres remarquables au fil des années fait l’objet de superbes publications départementales. Ce nouvel ouvrage publié chez « Berger M. éditions » met à l’honneur celui de la Touraine (Indre-et-Loire), région déjà réputée pour son patrimoine bâti. Ce livre au texte bilingue (français et anglais) met en avant des arbres remarqués pour leur rareté, leur histoire, leurs dimensions, leur port, leur âge, leur pérennité, leur symbolique…

Jean-Mary Couderc est maître de conférences honoraire de biogéographie et d’archéologie du paysage à l’université de Tours et a été plusieurs fois président de la SEPANT (Société pour l’Etude, la Protection et l’Aménagement de la Nature en Touraine). Il est donc naturellement intéressé par les arbres de sa région. Auteur de livres sur les paysages de la Touraine et de la Loire à maintes reprises, il s’attache cette fois-ci à sensibiliser aux arbres exceptionnels, à leur valeur et à leur fragilité. Grâce à des photographies de Stéphan Bonneau, spécialisé dans la nature (auteur de « Loire, patrimoine nature », CLD, 2006), l’histoire et la richesse d’un territoire sont dévoilées à travers ces arbres « monuments » auxquels le lecteur ne peut pas rester insensible, processus qui devrait, en tout cas souhaitons-le, permettre de mieux les protéger car ils sont parfois en péril pour des simples raisons de place ou de consommation de bois.

___

Les arbres sont classés suivant 11 chapitres : arbres de nos grandes sylves, variations sur des espèces particulières de chênes, sentinelles de nos campagnes, splendeurs de nos parcs, monuments de nos villes, raretés botaniques, des arbres à remonter le temps, le sort funeste des arbres politiques, de vénérables curiosités, de nobles allées et les grands disparus. Photographiés sur une page, un commentaire bilingue (français et anglais) en vis-à-vis les décrit (origines, caractéristiques, dimensions, situation…) avec parfois des prises de vue en gros plans sur les feuilles, fruits ou écorce. En annexe du livre, un guide de 32 pages, également bilingue (traduction, comme le livre, due à Yvonne Lawrence), intitulé « Comment les trouver ? » permet de localiser plus d’une centaine d’arbres à travers le département grâce à une classification par régions et communes (Bouchardais, Bourgueillois, Chinonais, Gâtine de Montrésor, Gâtine tourangelle, Lochois, pays d’Amboise, vallée du Cher, plateau de Sainte-Maure, Touraine, Richelais, vallées de la Claise et de l’Indre). Les explications des clichés en noir et blanc et surtout un format réduit facilitent son transport ou son rangement dans la boîte à gants d’une voiture. Il est alors aisé de trouver le Sequoiadendron giganteum var. pendula au nord de Tours, rescapé d’une pépinière, mais aussi le chêne sortant du mur de l’église de Cheillé ou encore les ormes (Ulmus montana) du manoir des Forges. Hélas d’autres arbres moins chanceux ne sont plus de ce monde, mais leur histoire est retracée à l’appui d’une iconographie d’archives et de photographies rendant hommage au marronnier de François Ier, au houx d’Agnès Sorel, aux ormes de Sully, aux chênes de Jeanne d’Arc.

Tous les arbres sélectionnés et toujours visibles ont des intérêts évidents et certains font même partie du patrimoine de jardins réputés comme le grand châtaignier des jardins de la Chatonnière* à Azay-le-Rideau, l’arbre aux quarante écus (Ginkgo biloba) du jardin botanique de Tours*, le chêne-liège du parc du châteauroyald’Amboise, le cèdre du Liban du jardin du musée des Beaux-Arts à Tours, labellisé « Arbre remarquable de France » par l’association « A.R.B.R.E.S. » en 2001, les cyprès chauves (Taxodium distichum) de l’île du parc des Prébendes d’Oé* à Tours ou du parc du château d’Azay-le-Rideau, le buis de Ronsard aux jardins du prieuré de Saint-Cosme* à La Riche, l’allée de platanes des jardins de Chenonceau* à Bléré. Des groupes d’arbres sont également appréciables in situ comme l’allée cavalière des jardins de Valmer* à Chançay plantée de marronniers, érables, châtaigniers et noyers, mais aussi les allées et mails du parc du domaine de Richelieu* auquel « Berger M. éditions » toujours consacre un livre « Richelieu, le château & la cité idéale », également présenté au sein de cette même rubrique Internet. Outre des chênes verts (Quercus ilex), des chênes tauzins (Quercus pyrenaica), des frênes ou les arbres caractéristiques des cimetières (cyprès et ifs), des curiosités sont à apprécier comme des amandiers aux troncs spiralés et bien d’autres raretés botaniques [micocouliers, alaternes, fusain du Japon, filaria à feuilles moyennes (Phillyrea media), oranger des Osages, métaséquoia, cédrèle de Chine, peuplier aux feuilles de neige (Populus nivea Wildenow)]. Si certains de ces arbres ont souffert de la cohabitation avec les hommes, certains artistes ont quant à eux trouvé l’inspiration dans le patrimoine arboré comme en témoignent deux œuvres recensées dans les pages du livre. Le premier est un cerisier en bronze sur la place Jean Moulin à Saint-Pierre-des-Corps. Il est l’œuvre du sculpteur Ernest Pignon-Ernest (sujet d’une récente monographie publiée chez Bärtschi-Salomon). La seconde sculpture est l’arbre métallique du Technopôle de Tours, signé du sculpteur tourangeau Michel Audiard.

Il y a la Touraine des châteaux, celle des vins, celle des poires tapées, il faut aussi compter avec celle des arbres, tout aussi remarquable.

Source : http://www.conservatoire-jardins-paysages.com/livres.php?id=667
___

Des reporters arboricoles sont recherchés pour nous faire découvrir le patrimoine arboré de ce département, voir la liste à disposition par ici.

.

Publicités
Catégories :Par régions...
  1. Aimé Le Lann
    16 décembre 2008 à 16:51

    Parfait équilibre pour cet arbre, ses branches harmonieusement disposées sur leur tronc qui les maintient joliment. Il est beau ses bras en liberté apparente… Félicitations à l’auteur

    Aimé Le Lann le papi de Krapo

  1. 8 juin 2010 à 15:43
  2. 9 juin 2010 à 14:58
  3. 14 juin 2010 à 13:58
  4. 17 juin 2010 à 23:56
  5. 27 avril 2011 à 12:52
  6. 10 mai 2011 à 12:53
  7. 26 novembre 2011 à 19:26
Les commentaires sont fermés.