Accueil > Utopiste, Anarchie ? > Ce que veulent les anarchistes

Ce que veulent les anarchistes

.

.

Les anarchistes sont partisans d’une société organisée d’une manière beaucoup plus rationnelle et logique que la jungle capitaliste ou les dictatures marxistes-léninistes. Nous voulons construire une société libre sans classes ni États, sans patries ni frontières dont les buts sont les suivants :

.

Appel du comité central de la garde nationale aux électeurs parisiens, le 25 mars 1871 :

.

  • L’émancipation des individus, leur libération en tant qu’êtres autonomes, libres de leurs choix, lucides, critiques et responsables ;
  • L’égalité sociale, économique et politique de tous les individus (quelque soit l’age, le sexe, la couleur..) dont les conséquence sont la fin des classes sociales, des divisions entre les « normaux » et les « déviants » ;
  • La liberté de création, seule garantie réelle contre l’uniformisation, telle qu’on peut l’observer dans la Chine maoïste ou dans nos sociétés de consommation de masse infantillisante ;
  • La justice, qui découle de l’égalité, ces principes étant incompatibles avec l’existence d’institutions répressives tant judiciaires que policières ou militaires ;
  • L’éducation libertaire et permanente, permettant cet épanouissement le plus complet possible de l’individu et non son adaptation soumise au système productiviste d’aujourd’hui ; la condition en est l’égalité, dès la naissance, des moyens de développement, c’est à dire d’éducation et d’instruction, dans tous les domaines de la science, de l’industrie et des arts
  • L’organisation sociale sur les bases de la libre fédération des producteurs et des consommateurs (autogestion) ; la démocratie directe, non pas électorale et parlementaire mais communale et fédéraliste : pas de mandat en blanc, la coordination des affaires sociales par des délégués élus pour des mandats précis et révocables à tout moment ;
  • Une économie tournée vers la satisfaction des besoins et non vers le profit, c’est la consommation qui doit orienter la production et non l’inverse ;
  • La possession collective ou individuelle des moyens de production et de distribution en excluant toute possibilité pour certains de vivre en exploitant le travail des autres ;
  • L’abolition du salariat, de toutes les institutions étatiques ou autres qui permettent et maintiennent l’exploitation de l’homme par l’homme ; le salariat est le processus par lequel les détenteurs des moyens de production et de consommation indemnisent ceux qui n’ont que leur force de travail à louer, l’abolir c’est casser ce rapport exploiteurs/exploités ;
  • Le partage égalitaire des tâches d’intérêt général, l’absence des divisions entre manuels et intellectuels ou entre éboueurs et  » jeunes cadres dynamiques » ;
  • L’écologie non seulement pour préserver notre environnement mais pour promouvoir un développement de l’humanité basé sur la qualité de la vie ;
  • La libre union des individus ou des populations selon leurs convenances ou leurs affinités
  • La liberté d’expression, c’est à dire le droit absolu pour tout individu d’exprimer ses opinions, par oral, par écrit ou à travers tout autre média ; la liberté des uns s’arrêtant là où commence celle des autres ;
  • La libre circulation des individus, l’abolition des frontières, avec l’instauration d’une nouvelle citoyenneté : le fait de s’installer, de vivre dans une commune donnant droit à l’entière participation aux prises de décisions concernant l’ensemble de la vie politique, sociale, économique et culturelle.

« La lutte est comme un cercle, elle peut se commencer à n’importe quel point,
mais ne se termine jamais. » (sous-commandant Marcos)
____

Et si on continuait en musique ? petite compilation de chants libertaires.

Les ogres de Barback & les Hurlements de Léo : Grand-mère :

Collectif d’artistes sur une scène anarchiste : Bella Ciao :

Le grand Léo Ferré : les anarchistes :

L’inoubliable Boris Vian : le déserteur :

Reprise des Béruriers noirs par Les ogres de Barback & HDL : Salut à toi :

François Béranger toujours d’actualité : magouille blues :

Les Amis de ta femme : Anarchie vaincra

Troïka : le chant des partisans

Keny Arkana et son rap lucide & conscient : l’Ordre Mondial :

François Béranger - photo Annie Le Lann

François Béranger chez nous en Bourgogne, début des années 80 (photo de ma maman).

Une p’tite dernière, Ma Fleur, François Béranger :


___

Quelques textes sur les élections et le droit d’abstention…

« Voter, c’est abdiquer ; nommer un ou plusieurs maîtres pour une période courte ou longue, c’est renoncer à sa propre souveraineté. Qu’il devienne monarque absolu, prince constitutionnel ou simplement mandataire muni d’une petite part de royauté, le candidat que vous portez au trône ou au fauteuil sera votre supérieur. Vous nommez des hommes qui sont au-dessus des lois, puisqu’ils se chargent de les rédiger et que leur mission est de vous faire obéir.

Voter, c’est être dupe ; c’est croire que des hommes comme vous acquerront soudain, au tintement d’une sonnette, la vertu de tout savoir et de tout comprendre. Vos mandataires ayant à légiférer sur toutes choses, des allumettes aux vaisseaux de guerre, de l’échenillage des arbres à l’extermination des peuplades rouges ou noires, il vous semble que leur intelligence grandisse en raison même de l’immensité de la tâche. L’histoire vous enseigne que le contraire a lieu. Le pouvoir a toujours affolé, le parlotage a toujours abêti. Dans les assemblées souveraines, la médiocrité prévaut fatalement.

Voter c’est évoquer la trahison. Sans doute, les votants croient à l’honnêteté de ceux auxquels ils accordent leurs suffrages – et peut-être ont-il raison le premier jour, quand les candidats sont encore dans la ferveur du premier amour. Mais chaque jour a son lendemain. Dès que le milieu change, l’homme change avec lui. Aujourd’hui, le candidat s’incline devant vous, et peut-être trop bas ; demain, il se redressera et peut-être trop haut. Il mendiait les votes, il vous donnera des ordres. L’ouvrier, devenu contre-maître, peut-il rester ce qu’il était avant d’avoir obtenu la faveur du patron ? Le fougueux démocrate n’apprend-il pas à courber l’échine quand le banquier daigne l’inviter à son bureau, quand les valets des rois lui font l’honneur de l’entretenir dans les antichambres ? L’atmosphère de ces corps législatifs est malsain à respirer, vous envoyez vos mandataires dans un milieu de corruption ; ne vous étonnez pas s’ils en sortent corrompus.

N’abdiquez donc pas, ne remettez donc pas vos destinées à des hommes forcément incapables et à des traîtres futurs. Ne votez pas ! Au lieu de confier vos intérêts à d’autres, défendez-les vous-mêmes ; au lieu de prendre des avocats pour proposer un mode d’action futur, agissez ! Les occasions ne manquent pas aux hommes de bon vouloir. Rejeter sur les autres la responsabilité de sa conduite, c’est manquer de vaillance. »

(Elisée Reclus en septembre 1885)
____

« […] Entre ses voleurs et ses bourreaux, il a des préférences, et il vote pour les plus rapaces et les plus féroces. Il a voté hier, il votera demain, il votera toujours. Les moutons vont à l’abattoir. Ils ne se disent rien, eux, et ils n’espèrent rien. Mais du moins ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera, et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons, l’électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des Révolutions pour conquérir ce droit. Ô bon électeur, inexprimable imbécile, pauvre hère, si, au lieu de te laisser prendre aux rengaines absurdes que te débitent chaque matin, pour un sou, les journaux grands ou petits, bleus ou noirs, blancs ou rouges, et qui sont payés pour avoir ta peau ; si, au lieu de croire aux chimériques flatteries dont on caresse ta vanité, dont on entoure ta lamentable souveraineté en guenilles, si, au lieu de t’arrêter, éternel badaud, devant les lourdes duperies des programmes ; si tu lisais parfois, au coin du feu, Schopenhauer et Max Nordau, deux philosophes qui en savent long sur tes maîtres et sur toi, peut-être apprendrais-tu des choses étonnantes et utiles. Peut-être aussi, après les avoir lus, serais-tu moins empressé à revêtir ton air grave et ta belle redingote, à courir ensuite vers les urnes homicides où, quelque nom que tu mettes, tu mets d’avance le nom de ton plus mortel ennemi. Ils te diraient, en connaisseurs d’humanité, que la politique est un abominable mensonge, que tout y est à l’envers du bon sens, de la justice et du droit, et que tu n’as rien à y voir, toi dont le compte est réglé au grand livre des destinées humaines.

Rêve après cela, si tu veux, des paradis de lumières et de parfums, des fraternités impossibles, des bonheurs irréels. C’est bon de rêver, et cela calme la souffrance. Mais ne mêle jamais l’homme à ton rêve, car là où est l’homme, là est la douleur, la haine et le meurtre. Surtout, souviens-toi que l’homme qui sollicite tes suffrages est, de ce fait, un malhonnête homme, parce qu’en échange de la situation et de la fortune où tu le pousses, il te promet un tas de choses merveilleuses qu’il ne te donnera pas et qu’il n’est pas d’ailleurs, en son pouvoir de te donner. L’homme que tu élèves ne représente ni ta misère, ni tes aspirations, ni rien de toi ; il ne représente que ses propres passions et ses propres intérêts, lesquels sont contraires aux tiens. Pour te réconforter et ranimer des espérances qui seraient vite déçues, ne va pas t’imaginer que le spectacle navrant auquel tu assistes aujourd’hui est particulier à une époque ou à un régime, et que cela passera. Toutes les époques se valent, et aussi tous les régimes, c’est-à-dire qu’ils ne valent rien. Donc, rentre chez toi, bonhomme, et fais la grève du suffrage universel. Tu n’as rien à y perdre, je t’en réponds ; et cela pourra t’amuser quelque temps. Sur le seuil de ta porte, fermée aux quémandeurs d’aumônes politiques, tu regarderas défiler la bagarre, en fumant silencieusement ta pipe.

Et s’il existe, en un endroit ignoré, un honnête homme capable de te gouverner et de t’aimer, ne le regrette pas. Il serait trop jaloux de sa dignité pour se mêler à la lutte fangeuse des partis, trop fier pour tenir de toi un mandat que tu n’accordes jamais qu’à l’audace cynique, à l’insulte et au mensonge.

Je te l’ai dit, bonhomme, rentre chez toi et fais la grève. »

(Octave Mirbeau, La grève des électeurs – 1888)
____

Lire l’article de Paul en intégralité sur son blog, c’est par ici.

Catégories :Utopiste, Anarchie ?
  1. 14 février 2008 à 22:56

    oui ! enfin un gars qui remet l’anarchie dans son côté non pessimiste !
    bravo!!

  2. 16 février 2008 à 10:08

    Ben oui, mon utopie est positive, optimiste…
    content de voir qu’au moins un lecteur est passé sur cette page égarée au milieu des arbres, à plus « behappy »

  3. keridwenna
    3 avril 2008 à 09:07

    salutations

  4. 6 juillet 2008 à 23:31

    Enchanté keridwenna

  5. 5 octobre 2008 à 16:10

    L’anarchisme est la plus haute idée de l’humanité, cette humanité qui sort à peine de la glaise originelle.
    Au-delà, une seule question subsiste qui me laisse sceptique : qui garantira une telle société des travers de la nature humaine ?

  6. 5 octobre 2008 à 16:33

    Anarchiste… utopiste…

    Pour ce qui est des travers de l’espèce humaine, ça ne peut être pire que sous une monarchie, une dictature ou même dans une démocratie…. Mon rêve est que tous les humains atteignent la liberté suprême, sans qu’on leur dise comment penser, ou comment vivre… Et puis, a-t-on réellement autant besoin de bureaucrates gratte-papiers (qui ne produisent rien), autant d’hommes politiques qui se foutent totalement de nous ??? Avons-nous besoin de de toutes ces armées ?

    Après tant de révolutions, de guerres et de changements de régimes dans tous les pays, nous revenons toujours au même point. Arrêtons de nous faire continuellement rouler dans la farine, et prenons nos vies en main !

    Essayons autre chose…

  7. Freedom
    8 décembre 2008 à 00:28

    M’intéressant aux idées anarchistes et plus particuli-rement a l’utopie anarchiste je trouve cette page vraie et suffisamment concise pour que même un néophyte puisse comprendre =)

    Je te remercie pour tes infos et si tu a le temps, aurais-tu divers liens vers des sites tels que le tien ?

    enjoy freedom !

  8. 8 décembre 2008 à 14:12

    Bonjour freedom !

    je ne saurais te conseiller que quelques livres pour aborder ce thème :
    – le dictionnaire de l’anarchie, de Michel Ragon :
    http://astore.amazon.fr/krapoarborico-21/detail/2226186980
    .
    – Anthologie de l’anarchisme, ni dieu ni maitre, Daniel Guerin (2 tomes) :
    http://astore.amazon.fr/krapoarborico-21/detail/2707130346
    http://astore.amazon.fr/krapoarborico-21/detail/2707130354
    .
    L’excellente BD de Tardi sur la commune de Paris, « le cri du peuple », 4 tomes
    http://astore.amazon.fr/krapoarborico-21/detail/2203399279
    http://astore.amazon.fr/krapoarborico-21/detail/2203399295
    http://astore.amazon.fr/krapoarborico-21/detail/2203399309
    http://astore.amazon.fr/krapoarborico-21/detail/2203399317
    ________________
    Anarchopédia pour clarifier tout ça :
    http://fra.anarchopedia.org/Accueil

    Sites libertaires :
    http://bellaciao.org/fr/
    http://1libertaire.free.fr/index.html

    le site de la CNT, syndicat anarchiste révolutionnaire
    http://www.cnt-f.org/

    à plus camarade !

  9. 25 février 2009 à 22:28

    D’accord avec toutes les revendications, le seul souci aujourd’hui est d’en finir avec le capitalisme, responsable de toutes les misères du monde, qui comme son nom l’indique n’aime que capitaliser de façon individualiste ce qu’il gagne pour lui seul (ses dirigeants) et donner des miettes à ses serviteurs.

    Il faut donc un minimum d’organisation pour le contrer…que nous n’avons pas pour le moment, ou si éclaté qu’on se demande comment les choses vont finir. Je suis très sensible aux thèses anarchistes générales, mais je ne parviens pas à concevoir la façon qu’a l’anarchisme d’envisager le collectif…pas de contrôle ? pas d’armes ? contre ceux qui ne manqueraient pas de défendre leurs biens pied à pied, voire de tirer les premiers comme on l’a vu lors de bien des évènements historiques (commune de Paris par exemple ou autres plus récents…).

    L’individualisme anarchiste ou autre (capitaliste) ne me semble pas de nature à régler les problèmes sur terre. On risque bien de se retrouver avec de terribles contradictions et divisions entre tous les intérêts particuliers…Je ne sais pas si j’ai raison, je cherche… comme beaucoup d’entre nous aujourd’hui, devant les catastrophes en chaîne qui s’annoncent et commencent même à se produire (+ 90 000 chômeurs ce mois-ci ! etc…). A bientôt…

  10. 25 février 2009 à 23:25

    Salut Daquin,

    moi aussi je cherche, encore et encore…

    Après mure réflexion, ma conclusion est qu’il faut supprimer le pouvoir centralisé, être en mesure de révoquer nos élus, de contrer les lobby industriels et financiers. Car ce sont eux qui réellement décident de nos vies.

    En anarchie, il y a des élus et des représentants « une démocratie directe, non pas électorale et parlementaire mais communale et fédéraliste : pas de mandat en blanc, la coordination des affaires sociales par des délégués élus pour des mandats précis et révocables à tout moment  »

    Pour moi l’anarchisme n’est pas individualiste, bien au contraire ! Mettre en commun et partager… le problème est que le mot communisme est devenu tabou du fait de Staline. L’autre problème est qu’il faut se battre contre les 5% de la population qui possèdent l’argent, le pouvoir, les privilèges, les médias… pas facile !

    Ne pas avoir peur de s’autodéterminer, ne pas se laisser mener à la baguette par des élites qui se foutent royalement de nos gueules, ne pensent qu’à leur privilèges… Aucun député n’a voulu voter le non cumul des mandats (de droite comme de gauche), immunité totale devant la justice : faux électeurs, détournements de fonds publics, vente d’arme, mise en place de dictatures en Afrique… la liste est longue, et à bien y réfléchir ; elle est devenue quoi la démocratie ? Cela ressemble de plus en plus à une monarchie parlementaire…

    Atteindre la liberté… enfin !

  11. 26 février 2009 à 04:25

    J’aime ton côté anarchiste et le côté utopiste aussi !

    Cependant, sommes nous vraiment prêts à vivre en toute liberté sans empiéter sur celle de l’autre ? Sommes nous vraiment prêts à accepter les unions quelles qu’elles soient (inter raciale ou intersexe) ? sommes nous vraiment prêts à partager tous les travaux d’intérêts généraux (TIG me rappelle vaguement quelque chose) avec notre voisin ? En résumé, l’être humain est il vraiment prêt à vivre dans l’anarchie sans qu’il y ai le moindre débordement ? je n’en suis pas persuadée.

    Bonsoir
    Fabienne

    PS: parles tu quelque part du ginkgo biloba ? Bien que n’étant pas une férue des arbres et de la nature en général, cet arbre me fascine .

  12. 26 février 2009 à 14:12

    Bonjour Fabienne,

    moi je suis prêt !

    le problème est que bien souvent le terme d’anarchie est utilisé pour désigner bien d’autres choses dans les médias. On désigne par anarchie : un bordel ambiant, des terroristes… Or il y a confusion, volontaire ou non, entre deux mots : anomie et anarchie
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Anarchie
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Anomie

    Plusieurs tentatives par le passé, mais on ne l’enseigne pas à l’école…
    Prenons le cas espagnol, nos démocraties européennes ont préféré aider Franco, les fascistes et les industriels… plutôt que d’aider la liberté. Le vrai combat est de réussir à résister aux puissants qui pour ne pas perdre leurs privilèges et argent, sont prêt à mettre en place des dictatures…
    Au Mexique, le sous-commandant Marcos et ses partisans ont bien réussi à mettre en place des communes autonomes, encore une fois c’est contre les militaires et le financement américain qu’il a fallu lutter.

    Aujourd’hui le plus dur est de lutter contre le modèle imposé, la pensée unique des médias, depuis que l’URSS a détruit l’idée communiste ; le seul modèle proposé et accepté par la masse, est le capitalisme ultra-libéral…

    L’anarchisme, c’est la volonté de supprimer le pouvoir centralisé, stopper tous ces privilèges et ces nantis qui vivent sur notre dos… Mais cela ne veut pas dire que l’ordre ne règne pas, on change la donne.

    Nos sociétés occidentales ont mis en avant l’argent et l’individualisme comme valeurs ultimes ; plus on avance et moins les individus s’imaginent être solidaire, fraternels. A croire aussi que la liberté fait peur aux troupeaux de moutons !

  13. 27 février 2009 à 06:06

    Bonsoir,

    Bien sûr que la liberté fait peur. Quand tu es habitué depuis toujours et qu’en plus tu acceptes d’être commandé, guidé pour tout ce que tu fais et que d’un seul coup, on t’annonce que ça ne sera plus comme ça, tu as peur, c’est normal .
    Je vis dans un tout petit village, je sais de quoi je parle, juste à mon tout petit niveau, on me met toujours en garde contre je ne sais quel danger à vouloir vivre comme je l’entends…… alors, cela mis à l’échelle d’un pays, je m’imagine que l’anarchie, et je parle bien d’anarchie, fait peur.

    Par contre je pense qu’effectivement, les gens confondent anarchie et anomie, d’où leur réticence.

  14. 27 février 2009 à 14:48

    Bonjour,

    c’est sûr on n’a pas encore trouvé la solution…
    content d’échanger malgré tout, ça fait avancer mon raisonnement.

    Mais il s’agit d’une toute petite partie du blog ; content que tu prennes plaisir à tes promenades dans la forêt. Et pour répondre à ta question, ce n’est pas mon métier (malheureusement), en fait je suis cuisinier…

    Bonne journée,

  15. 28 mars 2009 à 17:17

    Merci Krapo, pour cette page sur laquelle je suis tombée par hasard.
    Je ne la trouve pas du tout déplacée dans ton blog nature.

    Cela me conviendrait tout à fait pour enfin sortir de cette société faite de malhonnêteté et d’injustice… En tous cas, c’est ce que je vis douloureusement pour l’instant et qui m’écoeure profondément depuis longtemps…

    Encore merci pour cette note d’optimisme dont nous avons tous besoin !

    Amicalement

  16. 1 avril 2009 à 16:31

    Bonjour Eustache,

    bien content d’avoir mis un peu d’optimisme dans le quotidien,
    à tout bientôt dans la forêt…

  17. 10 janvier 2010 à 13:48

    Salut Krapo. J’ai lu un peu tes ecrits sur l’anarchie, c’est très intéressant. C’est clair et bien illustré. Je cherche un chemin qui semble se rapprocher de ton anarchie. Je ne me dis pas anarchiste mais peut-être le suis-je. Je repasserai par ici.

  18. 11 janvier 2010 à 15:58

    à chacun de construire sa ‘propre’ anarchie…

  19. Vincent
    29 janvier 2010 à 17:12

    Bonjour,

    Si l’ensemble de votre propos me semble mériter les éloges qui lui sont faites, c’est la photo de François Béranger qui m’a touchée. Vous l’avez sans doute connu, vu que, si j’ai bien compris, cette photo serait de votre mère : belle photo et belle personne. merci.

  20. 29 janvier 2010 à 17:36

    Salut Vincent,

    merci de ton commentaire chaleureux,
    c’est bien une photo prise par ma maman

    François Béranger était un homme fantastique, ami de mes parents, il a passé beaucoup de temps chez nous en Bourgogne. Un grand monsieur qui m’a beaucoup marqué, et aux côtés de qui j’ai énormément appris……

  21. 12 mai 2010 à 07:37

    Bonjour,

    merci pour ton commentaire, je te répond ici car jarrive pas a te répondre a la suite de ton com. Ton blog est pas mal, ten as fait des choses !

    bonne continuation

  22. 11 juin 2010 à 16:59

    Bonjour Krapo!
    Je viens de mettre à jour le lien qui mène sur ton blog..
    Ne crois-tu pas qu’il serait bien d’afficher les derniers commentaires en premier? Si non, nous devons tous les passer pour lire ces derniers!

    Et pour mon passage ici, un poême de Bluette Staeger qui je crois te plaira!
    Amicalement, Unpeudetao!

    Messieurs les manipulateurs…

    Messieurs les manipulateurs de cette terre, les sans-état d’âme, les détenteurs des richesses de ce monde,
    Pensez-vous, quelquefois, à ces enfants là-bas
    Que l’on éduque au combat
    Qui, au lieu de jouer aux billes,
    Jouent à une sorte de survie,
    Portent des fusils,
    Prennent parti
    Pour une histoire
    Sombre et noire
    Qui ne les concerne pas,
    Bien loin de là ?

    Messieurs les manipulateurs de cette terre, les sans-état d’âme, les détenteurs des richesses de ce monde,
    Pensez-vous, par hasard, à ces innocents
    Nés là-bas sans leur consentement,
    Qui meurent du sida,
    De faim, de la guérilla ?
    Pourtant, ils ont dans leurs sous-sols
    Des diamants, de l’or et du pétrole,
    Pillés par des sociétés anonymes
    Ou des dictateurs, des sales trognes
    Choisies par ces mêmes anonymes
    Qui n’ont aucune vergogne.

    Messieurs les manipulateurs de cette terre, les sans-état d’âme, les détenteurs des richesses de ce monde,
    Comment faites-vous pour compter
    Votre fric les yeux rivés sur vos bourses,
    Comme si cela coulait de source ?
    Moi, je n’arrive plus à consommer,
    À m’empiffrer juste pour gonfler vos poches
    Sans vomir et culpabiliser,
    Je me vois terriblement moche.
    Nous devrions tous être condamnés
    Pour non-assistance à personne en danger.

    Messieurs les manipulateurs de cette terre, les sans-état d’âme, les détenteurs des richesses de ce monde,
    Pensez-vous que nous sommes inépuisables,
    Que nous sommes si peu indispensables,
    Que vous pouvez nous traire
    Sans grand mystère
    Comme des vaches,
    Prendre tout notre sang
    Sans faire de tache
    Indéfiniment ?

    D’autres poêmes de Bluette Staeger ici :
    http://www.poeme.caz.ch/index.php?Po%E8mes%26nbsp%3B%26nbsp%3B%26nbsp%3B_%26nbsp%3B_%26nbsp%3B_%26nbsp%3B_%26nbsp%3B_%26nbsp%3B_%26nbsp%3B_%26nbsp%3B_%26nbsp%3B_%26nbsp%3B_%26nbsp%3B_%26nbsp%3B_%26nbsp%3B%26nbsp%3B

  23. 11 juin 2010 à 20:22

    Salut unpeudetao,

    content de te retrouver à la nouvelle adresse et merci pour ce poème !
    En fait pour les commentaires, dans ce sens-là c’est plus agréable de lire les commentaires (surtout pour les articles arboricoles), et cela permet aussi d’avoir les commentaires précédents sous les yeux pendant qu’on écrit un commentaire.

    Enfin c’est les débuts, je tâtonne… ça se met en place doucement…
    mais surement !! à bientôt dans la forêt.

  24. aumasson
    18 avril 2011 à 11:07

    simplement heureux d’avoir trouvé votre site.
    bouffé d’espoir de se sentir moins isolé
    NA

  25. 18 avril 2011 à 11:41

    Sois le bienvenu dans la forêt !

  26. loeiz vuc'h
    11 octobre 2015 à 00:07

    Salué dit
    Grand plaisir est de te voir sympathisant anar!
    Pour rassurer les non initiés , les expériences anarchistes sont légions et sur échelles diverses… l’ennemi principal est généralement extérieur
    Pour l’avoir vécu je peut affirmer qu’avec des gens de bonne volonté , la société anar parait nettement moins utopiste que l’idéal démocrate…
    A bon entendeur

    PS pour la musique je te conseillerai l’excellent groupe anarcho-punk belge Binamé
    Excellent blog keno gant plijadur

  1. No trackbacks yet.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s